Stella-Jones allongera 58M$ pour mettre la main sur Ram Forest Group

Publié le 19/06/2015 à 14:10

Stella-Jones allongera 58M$ pour mettre la main sur Ram Forest Group

Publié le 19/06/2015 à 14:10

Par La Presse Canadienne

(Photo: Shutterstock)

Le spécialiste des produits en bois traité sous pression Stella-Jones (TSX:SJ) a annoncé vendredi qu'il allongerait 58 millions $ pour racheter Ram Forest Group, un fabricant ontarien de bois traité sous pression et de matériaux de construction, ainsi que son acheteur de bois, Ramfor Lumber.


Une entente préliminaire avait déjà été annoncée en avril, mais elle ne précisait pas les montants en jeu. L'entente devrait être conclue en octobre.


Ram Forest exploite des installations à Gormley et à Peterborough qui ont généré des ventes d'environ 90 millions $ l'an dernier. 


Le chiffre d'affaires de Stella-Jones s'est établi à 1,25 milliard $ l'an dernier. L'entreprise montréalaise vend des traverses de chemin de fer aux transporteurs ferroviaires nord-américains, des poteaux destinés aux sociétés de services publics et du bois d'oeuvre à usage résidentiel.


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

Sur le même sujet

Stella-Jones: la réforme Trump arrive à point nommé

La baisse des impôts fait oublier les résultats à court terme. Plusieurs analystes ont relevé leur cours cible.

Profits en baisse pour Stella-Jones, l'action déraille de 5%

Les profits de Stella-Jones ont reculé de 8% au troisième trimestre.

À la une

Le titre CGI atteint des niveaux records. Devrait-on s'inquiéter?

17/02/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. J’estime que l’occasion est bonne de faire le point sur cette société de chez nous.

Encore fragile, la Bourse peut s'offrir d'autres gains

BLOGUE. Les assises techniques restent vacillantes, mais l'économie et les profits sont deux vents de dos.

Préparez-vous à la Russie de l’après-Poutine

17/02/2018 | François Normand

ANALYSE. Il faut déjà penser à la période d’incertitude qui suivra la fin du «poutinisme».