Stella-Jones allongera 58M$ pour mettre la main sur Ram Forest Group

Publié le 19/06/2015 à 14:10

Stella-Jones allongera 58M$ pour mettre la main sur Ram Forest Group

Publié le 19/06/2015 à 14:10

Par La Presse Canadienne

(Photo: Shutterstock)

Le spécialiste des produits en bois traité sous pression Stella-Jones (TSX:SJ) a annoncé vendredi qu'il allongerait 58 millions $ pour racheter Ram Forest Group, un fabricant ontarien de bois traité sous pression et de matériaux de construction, ainsi que son acheteur de bois, Ramfor Lumber.


Une entente préliminaire avait déjà été annoncée en avril, mais elle ne précisait pas les montants en jeu. L'entente devrait être conclue en octobre.


Ram Forest exploite des installations à Gormley et à Peterborough qui ont généré des ventes d'environ 90 millions $ l'an dernier. 


Le chiffre d'affaires de Stella-Jones s'est établi à 1,25 milliard $ l'an dernier. L'entreprise montréalaise vend des traverses de chemin de fer aux transporteurs ferroviaires nord-américains, des poteaux destinés aux sociétés de services publics et du bois d'oeuvre à usage résidentiel.

Sur le même sujet

Stella-Jones a mieux fait au troisième trimestre

Son bénéfice net progresse de 33,2%.

Les «ennuyeuses», le meilleur antidote à l'incertitude

Édition du 24 Octobre 2015 | Yannick Clérouin

CHRONIQUE. Elles n'évoluent peut-être pas dans les secteurs les plus sexy, mais brillent sur le plan financier.

À la une

Un nouveau sommet pour Mont-Tremblant

Édition du 11 Février 2017 | Claudine Hébert

Il y a près de 25 ans, Intrawest jetait son dévolu sur Mont-Tremblant pour en faire la destination de ski numéro un ...

Une compétition d'apprentis prévisionnistes pour sensibiliser à l'économie

08:18 | LesAffaires.com et AFP

Alors que le président conteste la véracité du taux de chômage, des écoles américaines lancent un concours d'économie.

«Le Canada doit tenir tête à Trump», selon le Mexique

Mis à jour à 08:23 | LesAffaires.com et AFP

C'est ce que soutient le ministre mexicain de l'Économie, Ildefonso Guajardo, en entrevue au Globe and Mail.