Moins de 9% de femmes au sommet des sociétés boursières au Québec


Édition du 03 Juin 2017

Les femmes d'affaires sont encore très peu nombreuses dans les hautes directions. D'après notre recensement de la rémunération et du sexe des cinq plus hauts dirigeants de 65 sociétés québécoises cotées en Bourse, elles ne sont que 28 sur 311, soit une représentation de 8,7 %. Et elles gagnent, en moyenne, 71 % de la rémunération de leurs collègues masculins.


Des résultats «décourageants», selon Dana Ades-Landy, présidente de l'Association des femmes en finances du Québec (AFFQ). «C'est humiliant que ce soit si peu, commente-t-elle. Que ces femmes aient 71 % de la paie d'un homme, c'est incroyable en 2017 !»


L'échantillon est diversifié puisqu'il comporte des entreprises valant entre 22 millions et 74 milliards. Les entreprises sélectionnées comptaient parmi les 70 plus importantes sociétés québécoises cotées en Bourse. Cinq sociétés n'avaient pas publié leur circulaire au moment où nous écrivions ces lignes. Le lecteur averti aura remarqué que l'échantillon de 311 dirigeants n'est pas un multiple de cinq. Nous avons exclu quatre dirigeants de plus petites sociétés, soit parce qu'ils ne se versaient pas de salaire, soit parce qu'ils étaient en fait des administrateurs non exécutifs.

Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

Canada Goose s'installe sur Sainte-Catherine Ouest

La populaire marque de manteaux d'hivers occupera l'espace laissé vacant par HMV, au coin de la rue Peel.

Goodfood, Desjardins fait grimper le titre de 4%

Goodfood devient un partenaire de choix pour les épiciers et pourrait même devenir une cible d'acquisition.

À la une

Vous avez des questions au sujet de votre retraite?

En participant à la Clinique Retraite de Les Affaires, vous pourriez avoir des réponses. Appel de candidatures.

Le faux débat de l'immigration

BLOGUE INVITÉ. Je suis fils d’immigrant. Mon père, bourguignon d’origine, est arrivé ...

Goodfood, Desjardins fait grimper le titre de 4%

Goodfood devient un partenaire de choix pour les épiciers et pourrait même devenir une cible d'acquisition.