Réduisons notre empreinte environnementale

Publié le 03/12/2011 à 00:00, mis à jour le 01/12/2011 à 09:39

Réduisons notre empreinte environnementale

Publié le 03/12/2011 à 00:00, mis à jour le 01/12/2011 à 09:39

Par Nathaly Riverin

Le Québec dispose de forces stratégiques indéniables. Le territoire regorge de ressources naturelles variées et en quantité, qui font l'envie de la planète. Et que dire de notre potentiel hydroélectrique ! En matière d'exploitation de nos ressources naturelles, les occasions qui se présentent sont infinies. Cela dit, la meilleure façon d'en disposer pour l'avenir est de mieux consommer ces ressources dès aujourd'hui.


Pour y arriver, nous devons connaître notre empreinte environnementale afin de mieux la contrôler. Chaque ménage doit mesurer sa consommation de ressources et sa production de déchets, et se fixer l'objectif ambitieux de les réduire radicalement.


On ne peut améliorer ce que l'on ne connaît pas.


Quelle est la première chose que l'on communique lorsqu'on met un enfant au monde ? C'est une fille de 6 livres 9 onces, née à 9 h 35 exactement. Et ouf, tout le monde est rassuré.


Que fait-on en entreprise ? Ces dernières ne pourraient pas survivre sans les bons outils comptables, sans un suivi rigoureux des flux de trésorerie et sans... profit. Or, il est vraiment étonnant de constater que notre consommation totale en matière d'énergie, d'eau, de déchets, ainsi que notre impact polluant qui met en péril nos écosystèmes et nuit à notre qualité de vie (et celle de nos enfants) ne soient pas mesurés. À quoi bon recycler la ca-canne si vous gaspillez 2 litres d'eau pour la laver ? Avant de penser à une meilleure exploitation de nos ressources, nous devons impérativement agir sur les comportements individuels.


Le simple fait de prendre conscience de notre consommation d'énergie et d'eau peut la réduire de 7 % à 35 %, selon diverses expériences. Dans le cas de l'eau, Statistique Canada rapporte que seulement 15 % des foyers québécois sont équipés d'un compteur d'eau, par rapport à 55 % des foyers en Ontario. La mesure de notre consommation n'est pas onéreuse. L'instrument nous permettant d'évaluer notre consommation d'eau coûte de 195 à 1 000$ (en moyenne moins qu'un iPhone) installation comprise ! Au Québec, nous consommons 350 litres d'eau par jour par personne, comparativement à 150 litres en Europe.


Nous devons mesurer et améliorer notre empreinte environnementale. Dans les deux prochaines années, nous devons définir les instruments pour mesurer notre empreinte environnementale et imposer l'installation de ces instruments dans tous les foyers et dans toutes les entreprises moyennant un crédit d'impôt. Si ces outils n'existent pas, concevons- les et développons ce marché ! Pour optimiser notre impact et obtenir des résultats collectifs à court terme, nous devons parallèlement élaborer une campagne de sensibilisation visant à mobiliser tous les Québécois à une réduction drastique de notre consommation globale d'eau et d'électricité ainsi que de notre production de déchets et de gaz à effet de serre.


Afin d'atteindre cet objectif, il faudrait répertorier des outils et donner des exemples concrets d'économies possibles par un site Web interactif. Évidemment, ce même site pourrait communiquer les bilans de résultats de façon périodique afin d'encourager les ménages dans la poursuite de cette cible.


Nathaly Riverin est directrice générale de l'École d'Entrepreneurship de Beauce.


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

Sur le même sujet

L'offre culturelle doit mieux nous représenter

Mis à jour le 08/12/2011

La culture, c'est d'abord l'essence de ce que nous sommes. Notre langue, notre musique, nos livres, notre ...

Cessons de tout attendre de l'État

Mis à jour le 24/11/2011

Au cours des derniers mois, on a beaucoup entendu parler de la quasi-faillite de la Grèce et de l'état ...

À la une

Et si Trump était réélu en 2020?

23/06/2018 | François Normand

ANALYSE - On sous-estime les appuis du président et on surestime la capacité des démocrates de rebondir.

New York et Toronto terminent en ordre dispersé

22/06/2018 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

La dégradation des relations commerciales entre les États-Unis et le reste du monde continuent d'inquiéter les marchés.

Risque élevé de guerre commerciale à l'échelle mondiale, estime Leitao

Le risque d'une guerre commerciale globale est élevé, selon le ministre des Finances Carlos Leitao, qui ...