Québec opterait pour la séquestration du CO2

Publié le 30/07/2008 à 09:56

Québec opterait pour la séquestration du CO2

Publié le 30/07/2008 à 09:56

Par lesaffaires.com
Le gouvernement du Québec aurait l'intention de financer la création d'une chaire d'étude sur la séquestration géologique du dioxyde de carbone (CO2), dont le mandat serait donné à l'INRS. Selon Radio-Canada, le ministère de l'Environnement devrait, d'ici peu de temps, accorder une subvention de cinq millions de dollars pour une période de cinq ans (2008-2013) à l'Institut national de la recherche scientifique (INRS) pour financer les travaux de cette chaire. La subvention proviendrait du Fonds vert, qui vise à soutenir des mesures ou des projets favorisant le développement durable. La séquestration du carbone consiste, grosso modo, à ensevelir profondément sous terre une quantité importante de CO2, de manière à éviter que ce gaz à effet de serre se retrouve dans l'atmosphère et contribue au réchauffement climatique. Cette perspective est toutefois loin de faire l'unanimité. Plusieurs groupes environnementalistes, dont la Fondation David Suzuki, sont d'avis que Québec devrait plutôt respecter son discours officiel et chercher à réduire les émissions à la source, rapportent ce matin Radio-Canada et la Presse canadienne. «L'avantage du Québec est vraiment dans les énergies renouvelables. Il n'y a pas beaucoup d'opportunités dans la séquestration du carbone. Cela semble être un détournement de l'approche du gouvernement du Québec», soutient Dale Marshall, de la Fondation David Suzuki. Il préférerait que les fonds alloués pour financer la future chaire soient utilisés autrement. Même son de cloche du côté de l'Action démocratique. Son porte-parole Simon-Pierre Diamond a souligné, en entrevue à Radio-Canada, qu'il n'y a pas de garantie sur l'efficacité de la séquestration du carbone. Il croit également que le Québec doit miser sur des changements aux modes de production. Rejoint au téléphone ce matin, le professeur Normand Mousseau du département de physique de l'Université de Montréal est d'avis que la séquestration du CO2 ne représente pas la solution la plus importante pour réduire les gaz à effet de serre. «Le Québec n'est pas un grand producteur de dioxyde de carbone. Où allons-nous prendre le CO2 pour le séquestrer?, lance-t-il à la blague. Devrons-nous attacher une petite poche derrière chaque automobile?» Normand Mousseau demeure donc pour le moins sceptique face à cette proposition du gouvernement québécois. Il est l'auteur du livre intitulé «Au bout du pétrole», qui vient de paraître aux éditions MultiMondes. Rappelons que l'Alberta et la Saskatchewan sont deux provinces qui misent déjà sur la captation et la séquestration du carbone.

image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

eCommerce

Mardi 30 janvier


image

Financement PME

Mercredi 31 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril

À la une

L'ancien maire de Laval Gilles Vaillancourt bénéficiera d'une semi-liberté

L'ex-maire de Laval Gilles Vaillancourt a obtenu une semi-liberté de la Commission des libérations conditionnelles.

Coup de théâtre au procès de Tony Accurso

Le juge James Brunton, de la Cour supérieure, a dû se résigner à décréter l'avortement du procès.

4 questions à se poser avant d'acheter ou de vendre une société

Quiconque veut conclure des fusions et acquisitions doit s'interroger à la lumière des données du marché.