Québec crée la SQC, sa société d'état dédiée au cannabis

Publié le 16/11/2017 à 12:22

Québec crée la SQC, sa société d'état dédiée au cannabis

Publié le 16/11/2017 à 12:22

Par La Presse Canadienne

Le prince autoproclamé du pot dans une échoppe illégale à Montréal. (Getty)

Le cannabis sera vendu par une nouvelle filiale spécialisée de la Société des alcools du Québec (SAQ), il sera interdit d'en faire pousser chez soi et ce sera tolérance zéro en matière de conduite automobile.


Telles sont les grandes lignes du projet de loi 157 déposé par la ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois, jeudi à Québec.


Le secteur du commerce de détail, qui espérait pouvoir tirer profit de la vente de cannabis, devra donc en faire son deuil: la drogue sera vendue exclusivement par la future Société québécoise du cannabis (SQC), décrite comme une "compagnie à fonds social".


Mme Charlebois a indiqué que la vente se fera "dans une perspective de protection de la santé afin d'intégrer les consommateurs au marché licite du cannabis et de les y maintenir sans favoriser la consommation de cannabis".


Par ailleurs, la loi confirme l'interdiction pour un mineur de posséder du cannabis et, contrairement à ce que propose Ottawa _ qui voulait permettre la culture d'un maximum de quatre plants de cannabis pour l'usage personnel _ il sera interdit de cultiver du cannabis à des fins personnelles.


L'usage du cannabis dans l'espace public sera soumis aux mêmes restrictions que le tabac et Québec entend conclure des ententes avec les communautés autochtones pour adapter la réglementation à "leurs réalités particulières".


Les provisions entourant la conduite avec les facultés affaiblies par le cannabis sont strictes: le projet de loi «introduit un nouveau principe de tolérance zéro en matière de drogue en interdisant à toute personne de conduire un véhicule routier (...) s'il y a quelque présence détectable cannabis ou d'une autre drogue dans sa salive», a expliqué la ministre.


La loi permet à un policier d'exiger un échantillon de salive d'un automobiliste suspect et, si ce test «révèle quelque présence de cannabis dans son organisme», la loi prévoit une suspension sur-le-champ du permis de conduire pour une période de 90 jours.


 


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

À la une

Le titre CGI atteint des niveaux records. Devrait-on s'inquiéter?

17/02/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. J’estime que l’occasion est bonne de faire le point sur cette société de chez nous.

Encore fragile, la Bourse peut s'offrir d'autres gains

BLOGUE. Les assises techniques restent vacillantes, mais l'économie et les profits sont deux vents de dos.

Préparez-vous à la Russie de l’après-Poutine

17/02/2018 | François Normand

ANALYSE. Il faut déjà penser à la période d’incertitude qui suivra la fin du «poutinisme».