Quatre secteurs canadiens à risque dans la dispute entre les États-Unis et la Chine

Publié le 05/04/2018 à 06:31

Quatre secteurs canadiens à risque dans la dispute entre les États-Unis et la Chine

Publié le 05/04/2018 à 06:31

Par La Presse Canadienne

Le conflit commercial entre les États-Unis et la Chine entraîne une certaine nervosité pour l'économie mondiale. L'escalade des mesures tarifaires annoncées de part et d'autre menace la stabilité économique et les secteurs qui sont le plus dépendants de la croissance mondiale.


Le gouvernement chinois a publié mercredi une liste de plus de 110 biens américains qui pourraient être soumis à des tarifs, une mesure évaluée à 50 milliards $ US considérée comme une réponse à une liste de tarifs que le président américain Donald Trump a présentée mardi en fin de journée, d'une valeur à peu près équivalente. Ces tarifs potentiels s'ajoutent à ceux déjà annoncés par les États-Unis sur les importations d'acier et d'aluminium, auxquelles la Chine a déjà riposté.


Voici quatre secteurs canadiens qui pourraient être les plus touchés par de telles mesures. 


Industries


Un potentiel ralentissement pourrait frapper les firmes qui comptent sur l'activité de construction associée à la croissance économique, particulièrement celles qui ont une plus grande exposition à l'international.


Métaux de base


Les prix des principaux métaux industriels comme le fer et le cuivre ont déjà reculé en raison des craintes de guerre commerciale et pourraient le faire davantage, comme c'est habituellement le cas lors des ralentissements de l'économie mondiale. 


Énergie


Le ralentissement de la croissance pourrait avoir des répercussions sur la demande pour le pétrole, et les prix du brut ont reculé après la plus récente annonce sur les tarifs. Les actions des plus petits producteurs et sociétés de services qui comptent sur une croissance soutenue ont été touchées, tandis que celles des grands producteurs qui se concentrent davantage sur la production stable que sur la croissance ont été essentiellement épargnées.


Agriculture


Puisque les tarifs chinois ciblent les produits agricoles américains comme les pommes et les fèves de soya, les producteurs canadiens s'inquiètent de voir la production américaine inonder le marché canadien. Les pomiculteurs ontariens ont déjà sonné l'alarme au sujet des effets potentiels sur les prix, tandis que Soy Canada a estimé que les tarifs entraîneraient des perturbations mondiales et de l'incertitude.


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

Sur le même sujet

Gestion de l’offre: ce que Trump et cies ne vous disent pas

16/06/2018 | François Normand

ANALYSE GÉOPOLITIQUE - Un débat d’idées est le bienvenu, mais encore faut-il considérer tous les éléments. Les voici.

Les États-Unis n'exigeraient plus l'abolition de la gestion de l'offre

Contredisant son président, le secrétaire américain à l'Agriculture dit ne pas vouloir la fin de la gestion de l'offre.

À la une

New York et Toronto terminent en ordre dispersé

17:23 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

La dégradation des relations commerciales entre les États-Unis et le reste du monde continuent d'inquiéter les marchés.

Risque élevé de guerre commerciale à l'échelle mondiale, estime Leitao

Le risque d'une guerre commerciale globale est élevé, selon le ministre des Finances Carlos Leitao, qui ...

Les travailleurs de CAE déclenchent la grève

Sans contrat de travail, les employés de CAE ont rejeté les offres patronales à 93%.