Place Bell Ă  Laval : Molson veut respecter le budget

Publié le 26/11/2012 à 14:59, mis à jour le 26/11/2012 à 17:21

Place Bell Ă  Laval : Molson veut respecter le budget

Publié le 26/11/2012 à 14:59, mis à jour le 26/11/2012 à 17:21

Malgré l'instabilité politique actuelle et les diverses allégations qui touchent Laval, Geoff Molson est confiant de pouvoir y bâtir la Place Bell pour 120 M$ d'ici la fin 2015 et y faire jouer une équipe de hockey professionnelle.


Le président et chef de la direction du Club de hockey canadien était l'invité de la Chambre de commerce de Laval, lundi midi. Il y a fait le point sur le projet de construction de l'amphithéâtre qui abritera trois patinoires. Celles-ci seront respectivement ceinturées de 10 000, 2500 et 500 sièges. La plus grande pourra être transformée en salle de spectacles, tandis que la deuxième sera de dimension olympique.


Lire aussi Protection des sièges sociaux: Geoff Molson en désaccord avec le ministre


L'édifice devait à l'origine être construit sur le boulevard St-Martin, à l'ouest de l'autoroute des Laurentides. Le mois dernier, on a annoncé un changement d'emplacement, forcé par l'instabilité du sol à l'endroit initial. La Place Bell sera maintenant construite devant la station de métro Montmorency.


Bell et Evenko investiront 32 M$ dans l'aventure. Le reste du budget de 120 M$ provient du gouvernement du Québec (46,3 M$) et de la ville de Laval (42 M$). Le budget reste intact, malgré le déménagement et le report du projet, que l'on prévoit compléter à la fin 2015, plutôt qu'en 2014 comme il était prévu à l'origine. L'appel d'offres devrait être publié au printemps.


« L'appel d'offres va indiquer un plafond de 120 M$ et le constructeur ne pourra pas le dépasser », a annoncé M. Molson.


« L'enveloppe est fermée à 120 M$, a renchéri par la suite le nouveau maire de Laval, Alexandre Duplessis. Advenant le cas où des constructeurs arriveraient avec des propositions à 140 M$, c'est terminé, on n'a plus de projet. Ils vont avoir le mandat de le réaliser à l'intérieur de l'enveloppe. S'il y a dépassement de coûts, ce sera leur responsabilité. »


Selon M. Molson, l'amphithéâtre accueillera 140 spectacles et événements dès sa première année. L'entreprise tentera de miser sur la forte croissance de la population de Laval. Celle-ci compte actuellement 400 000 citoyens « et leur nombre augmentera trois fois plus vite qu'à Montréal et à Québec », a estimé M. Molson.


En ajoutant les villes de la Couronne Nord, Evenko estime que la Place Bell s'adressera à un public de près d'un million de personnes.


« Cela constitue un marché autonome solide pour l'industrie du sport et du divertissement », a fait valoir M. Molson.


Le plus haut dirigeant du Canadien a aussi promis aux Lavallois qu'ils verront du hockey professionnel à la Place Bell.


« Avec un amphithéâtre de 10 000 sièges, vous vous attendez à voir du hockey de haut calibre et vous avez raison. Un jour, je pourrai vous communiquer avec plaisir de bonnes nouvelles, mais il est trop tôt pour le faire aujourd'hui. »


Dès l'instigation du projet lavallois, le nom des Bulldogs de Hamilton, club-école du Canadien, a été évoqué. Interrogé à ce sujet, M. Molson n'a pas voulu préciser. « Les Bulldogs sont à Hamilton pour encore 3-4 ans, après, on verra. »


M. Molson a été un peu plus précis en ce qui concerne le Canadien lui-même. Le « grand club » foulera les patinoires de la Place Bell à l'occasion, que ce soit pour son camp d'entraînement, des matchs intraéquipes, des matchs hors-concours ou des matchs d'anciens.

Sur le même sujet

Des PME clientes de Bell se font voler leurs données

03/02/2014

Les renseignements relatifs aux comptes de 22 400 petites entreprises clientes de Bell Canada ont été ...

Les SĂ©nateurs d'Ottawa s'entendent avec Bell MĂ©dia sur la diffusion de matchs

Mis à jour le 29/01/2014

Les SĂ©nateurs d'Ottawa et Bell MĂ©dia ont conclu une entente de 12 ans accordant Ă  TSN et RDS les ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Immobilier: n’achetez jamais à l’aveuglette

18/04/2014 | Yvan Cournoyer

BLOGUE. En immobilier, on jongle avec des milliers de dollars à chaque étape. Un mauvais coup peut être onéreux.

Rio Tinto expérimente la mine sans mineur

Édition du 19 Avril 2014 | Suzanne Dansereau

Afin de mieux traverser la crise financière qui les secoue, les minières doivent investir davantage dans l'innovation.

Pourquoi vouloir imiter Warren Buffett quand on peut acheter Berkshire au rabais

Édition du 12 Avril 2014 | Yannick ClĂ©rouin

Comment constituer un portefeuille qui imiterait celui de Berkshire Hathaway, Ă  l'image des FNB? RĂ©ponse Ă  notre lecteur