Performance économique du PLQ et du PQ: du pareil au même !

Publié le 18/03/2014 à 15:02

Performance économique du PLQ et du PQ: du pareil au même !

Publié le 18/03/2014 à 15:02

Par Dominique Froment

Crise économique mondiale, conflit armé qui fait grimper le prix du pétrole, ralentissement de la croissance chinoise, fluctuation de la devise... Voilà autant d’évènements qui peuvent affecter n’importe quelle économie nationale.


Avec la mondialisation, les dirigeants ont de moins en moins de contrôle sur l’économie de leur pays. Et pour évaluer la performance économique d’un parti politique, il faudrait isoler tous ces évènements sur lesquels ils n’ont pas ou peu d'emprise.


C’est pourtant ce qu’a fait le scientifique Yvan Dutil pour évaluer la performance économique du Parti québécois et du Parti libéral du Québec. Sa conclusion n'a rien pour donner des munitions à un camp ou à un autre.


«Je n’ai pas été capable de détecter une différence entre les performances économiques intrinsèques des deux grands partis politiques du Québec au cours de 30 dernières années. Ce qui n’est d’ailleurs pas surprenant. Les leviers économiques étatiques sont limités. De plus, d’un gouvernement à l’autre, les différences entre les choix budgétaires ne sont pas énormes. De sorte que sur l’ensemble de l’économie, leurs effets restent limités», écrit-il sur son blogue de l’Agence Science-Presse.


Yvan Dutil, 43 ans, est astrophysicien. Il est membre de la Commission de bioastronomie de l'Union astronomique internationale et du Comité permanent sur la Recherche d'intelligence extraterrestre de l'Académie internationale d'astronautique. Il a été candidat pour le Parti vert lors de l'élection partielle québécoise de septembre 2008 et de l'élection fédérale canadienne de 2011. Il s'intéresse notamment à la réforme du mode de scrutin.


Afin d’isoler le véritable effet des politiques économiques, M. Dutil a d’abord éliminé l’effet des fluctuations économiques, qui se produisent indépendamment des gouvernements. Il a ensuite tenu compte des délais dans le temps entre l’élection d’un parti et l’impact économique de ses politiques.


Pour le filtrage des fluctuations économiques, il a utilisé l’économie des autres provinces comme référence. Après tout, elles présentent beaucoup de ressemblances avec l’économie du Québec, mais aussi des différences. C’est pourquoi la simple comparaison avec une autre province est insuffisante. Afin de traiter ce problème, il a décomposé les fluctuations économiques observées pour chaque province sur une base orthogonale. C’est-à-dire que les différentes composantes qui décrivent les variations sont indépendantes les unes des autres. Il s’agit d’une méthode classique utilisée en mathématiques.


Nous vous faisons grâce du reste de sa méthodologie, que vous pourrez consulter sur son blogue (www.sciencepresse.qc.ca).


 


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Une bonne vitesse de croisière pour l'économie canadienne

Édition du 22 Septembre 2018 | Mathieu D'Anjou

EXPERT INVITÉ. Les comptes économiques nationaux publiés à la fin août ont révélé que l'économie canadienne avait ...

Bonjour le postcapitalisme !

Édition du 22 Septembre 2018 | Olivier Schmouker

Le capitalisme est en train de mourir, là, sous nos yeux, mais nous refusons de le voir.Regardez ces typhons, ces ...

À la une

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

16:11 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi:

MTY et Richelieu graduent au S&P/TSX

Le 24 septembre avant l'ouverture, MTY et Richelieu feront enfin leur entrée au grand indice de la Bourse de Toronto.