Mission : diversification et modernisation

Publié le 07/02/2009 à 00:00

Mission : diversification et modernisation

Publié le 07/02/2009 à 00:00

Par François Rochon

Selon Emploi-Québec, le secteur du meuble a perdu plus de 1 000 emplois en 2008, par rapport à 2 600 pour le secteur manufacturier dans son ensemble. Et les pâtes et papiers ne sont pas en mode recrutement, comme le montre la prolongation de l'arrêt de production de la Commonwealth Plywood, à Shawinigan, qui touche 80 employés.



De plus, le couperet tangue dangereusement au-dessus de la tête des 500 employés de Smurfit-Stone à La Tuque. Seule la construction a créé plus de 1 000 emplois.


La situation est d'autant plus inquiétante pour la Mauricie que la récession frappe son unique client, les États-Unis, qui accapare plus de 95 % de la valeur des exportations, le plus fort pourcentage de dépendance des 17 régions administratives du Québec.


Des pas dans la bonne direction


Heureusement, de nouveaux secteurs et les PME innovantes qui y sont liés, émergent, comme l'aéronautique avec les Aviatech et Concept Hélico. "Il n'y a pas qu'à Montréal qu'on travaille sur des avions", lance Michel Rivard, coordonnateur, formation, à la commission scolaire Chemin-du-Roy, qui propose trois nouvelles attestations de formation technique en aéronautique.


Autre élément prometteur, le nouveau Technoparc de Trois-Rivières. Selon son maître d'oeuvre, Yves Marchand, directeur général de la Société de développement économique, l'édifice de 60 000 pi2 accueillira en juillet des PME des industries des télécommunications, des énergie propres et des bio-procédés industriels axés sur la fermentation. Le Technoparc s'est aussi donné une mission d'incubation.


"C'est en créant de nouvelles PME que nous gagnerons la bataille de la diversification et de la modernisation", affirme Michel Dorais, président du Fonds Soutien Mauricie, un fonds prêt à investir 2 millions de dollars dans le démarrage et le développement d'entreprises.


L'avenir de la Mauricie continuera toutefois à dépendre de secteurs traditionnels, mais arrimés à des marchés de pointe et faisant preuve d'innovation. "Comme à l'image de Marmen, un fabricant de tours d'éoliennes, ou de Toiture Mauricienne, dont la nouvelle usine de poutrelles en bois est l'une des plus perfectionnées d'Amérique du Nord", signale Lucien Guillemette du ministère du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation. Et le Centre collégial de transfert de technologie en foresterie (CERFO) du Cégep de Sainte-Foy vient d'ouvrir une antenne à La Tuque afin de favoriser l'éclosion des PME de demain en foresterie.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Pourquoi le secteur de l’énergie peut continuer à se démarquer

Le secteur de l’énergie devrait profiter des cours du pétrole et du gaz et de la rotation vers les secteurs sous-évalués

Avez-vous vraiment confiance en vous?

BLOGUE. Pour s'en faire une idée, un petit quiz qui vous prendra trois minutes de votre temps.

Dollar Tree : un rendement de plus de 5 000 % en 19 ans

17/04/2014 | Philippe Leblanc

BLOGUE. La société américaine Dollar Tree (DLTR) a fait le saut en bourse en mars 1996, il y a 19 ...