Metro dépasse les attentes

Publié le 14/11/2012 à 08:12, mis à jour le 14/11/2012 à 09:56

Metro dépasse les attentes

Publié le 14/11/2012 à 08:12, mis à jour le 14/11/2012 à 09:56

Par Stéphane Rolland

Eric R. La Flèche, le pdg de Metro. Photo: Bloomberg

Metro maintient sa croissance, malgré un marché en maturité où a lieu une forte concurrence, notamment avec la présence croissante de Walmart. L’épicier québécois a dépassé les attentes des analystes au quatrième trimestre de son exercice 2012 terminé le 29 septembre.


Le bénéfice par action atteint 1,24$. Les analystes interrogés par Bloomberg attendaient un bénéfice de 1,18$.


« Nous sommes très satisfaits de nos bons résultats au quatrième trimestre et pour l'exercice financier 2012, obtenus grâce à une excellente exécution par nos équipes, le contrôle de nos coûts et nos investissements constants dans notre réseau, commente Eric R. La Flèche. Bien que nous nous attendons à une concurrence soutenue en 2013, nous continuerons de miser sur nos stratégies axées sur nos clients afin de poursuivre notre croissance. »


Metro a enregistré une forte croissance de son chiffre d’affaires et de ses profits. Certains éléments ont amplifié cette progression : un trimestre contenant une semaine de plus que la période comparable, l’acquisition d’Adonis et la participation dans Alimentation Couche-Tard.


Le chiffre d’affaires de Metro a augmenté de 11,1% à 2,943 G$. En excluant la semaine supplémentaire, les revenus ont été plus élevés de 2,5% par rapport à la période précédente.


L’acquisition des magasins Adonis et de leur distributeur Phoenicia ont contribué pour 63,3 M$ au revenus du quatrième trimestre. Les ventes des magasins comparables, pour leur part, sont en progression de 1,1%.


Le bénéfice net est en progression de 75,9% à 145,1 M$. Le bénéfice avant intérêt, impôt et amortissement (BAIIA) monte de 47,7%.


Metro a aussi indiqué que sa participation dans Alimentation Couche-Tard est moins importante après que l’opérateur de dépanneur a émis 7,3 millions d’actions pour financer l’acquisition de Statoil Fuel & Retail. La participation passe ainsi de 11,6% à 11,1%.


 

Sur le même sujet

10 choses à savoir mardi

21/07/2015 | Yannick Clerouin et Julien Abadie

Le pape fait flamber l'immobilier, nouvelle frontière du piratage informatique et Red Bull surfe sur l'attaque du requin

Cette start-up québécoise veut clouer le bec du coq de Kellogg's

14/07/2015 | Julien Brault

Oatbox, une start-up lancée en novembre, a déjà convaincu 2000 clients de s’abonner à sa boîte mensuelle de céréales.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Le huard est trop faible pour «magasiner» aux États-Unis

Les deux tiers des Canadiens affirment que ça ne vaut plus la peine de faire ses emplettes au sud de la frontière.

Je vais essayer de lancer une start-up en une semaine

BLOGUE. Plutôt que de me rendre au bureau ce matin, je me suis rendu à la Maison Notman avec un objectif particulier.

Qui achète nos terres agricoles et à quel prix?

BLOGUE. De plus en plus de questions sont soulevées par le phénomène d'accaparement des terres agricoles au Québec.