Marché du carbone: le PQ exige des consultations

Publié le 30/06/2017 à 15:45

Marché du carbone: le PQ exige des consultations

Publié le 30/06/2017 à 15:45

Par La Presse Canadienne

L'opposition officielle à Québec réclame des consultations sur l'avenir de la bourse du carbone, la stratégie principale de réduction des gaz à effet de serre (GES) du gouvernement Couillard.


Le Parti québécois (PQ) est appuyé dans sa demande par des organisations telles que Greenpeace et la Fondation David Suzuki, qui émet toutefois des réserves.


En vertu du Plan d'action sur les changements climatiques 2013-2020, le gouvernement devra bientôt adopter une nouvelle réglementation sur le marché du carbone et l'opposition péquiste ne veut pas de consultations restreintes en vase clos sur cet enjeu important, comme il est d'usage pour l'adoption d'un règlement.


Dans une entrevue avec La Presse canadienne, le porte-parole du Parti québécois en matière d'environnement, Sylvain Gaudreault, a fait valoir qu'à mi-chemin dans le plan d'action 2013-2020, il est temps de s'asseoir et d'en discuter, puisqu'on sait déjà que le Québec «n'atteindra pas ses cibles» de réduction de GES.


En effet, en 2015-2016, le Québec avait diminué ses émissions de GES de 1,4 mégatonne par rapport au niveau de 1990, alors qu'il devrait plutôt être à trois mégatonnes, soit 50 pour cent de l'objectif final de réduction de six mégatonnes en 2020.


«Ce sera le meilleur moment d'en jaser de façon ouverte, a déclaré le député de Jonquière. Il y a un enjeu de transparence et d'information du public.»


«Alignement des planètes»


Il a aussi rappelé que les grandes entreprises qui participent au marché du carbone "demandent de la prévisibilité" et veulent savoir à quoi s'attendre après 2020.


«Moi je m'en fais parler, j'ai Rio Tinto dans mon comté et Produits forestiers Résolu, a-t-il argué. On ne décidera pas ça à minuit moins une avant l'échéancier de 2020.»


M. Gaudreault a aussi souligné que la Californie, l'autre partenaire du Québec dans le marché du carbone, a elle-même tenu des consultations en 2016 sur la continuation de ce système.


Par ailleurs, le contexte a changé depuis 2013, a rappelé le député de Jonquière: l'Ontario a adhéré au marché du carbone, le gouvernement Trudeau va mettre en place une taxe sur le carbone, et on attend le bilan de la première phase du Plan d'action sur les changements climatiques.


«Il y a comme un alignement de planètes qui justifie la tenue de consultations», a résumé M. Gaudreault.


Il estime qu'une commission parlementaire serait la "bonne formule" pour entendre dès l'automne prochain les différents acteurs, autant les spécialistes, les groupes écologistes que les entreprises.


Greenpeace


Greenpeace Canada soutient la demande du Parti québécois. Dans un courriel transmis à La Presse canadienne, le responsable climat-énergie de l'organisation, Patrick Bonin, a indiqué qu'il faut faire le bilan de la mise en place du marché du carbone et se pencher sur les hypothèses à venir.


«Nous n'avons plus de marge de manoeuvre et nous ne pouvons pas nous permettre davantage de ratés dans la mise en oeuvre des mesures pour protéger le climat planétaire, a-t-il écrit. Le Québec, comme toutes les juridictions dans le monde, a un rôle important à jouer et il faut s'assurer qu'il fasse sa juste part.»


La Fondation David Suzuki exige aussi des consultations, mais les veut plus larges que sur le marché du carbone. Son directeur général pour le Québec, Karel Mayrand, émet des craintes: l'échéancier est serré et il ne faut pas que certains tirent profit des retards. De même, il ne faut pas que cette question devienne une "patate chaude partisane", à un an des élections générales, a-t-il confié.


«On n'est jamais contre les consultations, c'est de nature à renforcer l'adhésion, mais elles devraient viser à bonifier le marché existant, a-t-il déclaré dans une entrevue téléphonique. On pense que les consultations devraient porter sur l'ensemble de la stratégie climat (du gouvernement).»


Une source proche du dossier redoute également que des entreprises tirent avantage des consultations pour retarder l'adoption d'un nouveau règlement et bloquer ainsi le renouvellement du marché du carbone après 2020.


Un échec coûteux


Enfin, une figure d'autorité dans le domaine de l'environnement, le professeur Normand Mousseau, milite aussi pour un exercice de consultations.


Il estime que la démarche actuelle du gouvernement "manque de coordination" et qu'il faut réévaluer les mesures en place ou à venir.


«Québec tarde à mettre en place une palette de crédits compensatoires», a cité en exemple le professeur de physique à l'Université de Montréal et directeur de l'Institut de l'énergie Trottier, tout en faisant également référence à des risques financiers éventuels.


«Québec prévoit compenser son échec à atteindre les cibles de 2020 par un achat sur le marché du carbone, ce qui représentera environ 200 millions $ de sortie de l'économie québécoise en 2020, un montant qui risque de monter rapidement à moins que le Québec ne réduise sérieusement ses émissions.»


Le marché du carbone, dont le nom officiel est le Système de plafonnement et d'échange de droits d'émission de gaz à effet de serre du Québec (SPEDE), est en quelque sorte une bourse d'échange de permis de polluer à laquelle participent les entreprises qui émettent plus de 25 000 tonnes de GES par an.


Le plafond d'émissions autorisé par Québec diminue d'année en année depuis 2015, donc les entreprises sont encouragées à réduire leurs émissions en pour ainsi revendre leurs crédits carbone à des entreprises plus polluantes. Le système fonctionne conjointement avec la Californie et bientôt l'Ontario.


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Marché du carbone: 215M$ pour le Fonds vert du Québec

C'était la première vente aux enchères du marché du carbone depuis le retrait de l’Ontario.

La tarification du carbone assouplie au Canada

Ces révisions surviennent alors que les grandes industries font face à des menaces concurrentielles venant du sud.

OPINION Climat: le Canada doit mettre les bouchées doubles
04/10/2017
Les nuages se dissipent au-dessus du marché du carbone
Édition du 09 Septembre 2017 | Antoine Dion-Ortega
Marché du carbone : le Québec subventionne-t-il la Californie ?
Édition du 12 Septembre 2015 | Antoine Dion-Ortega

À la une

Investir: «C’est le temps de garder plus de liquidités»

Conserver des liquidités n’est plus une garantie d’appauvrissement à Wall Street, croit David Kostin, de Goldman Sachs.

Pourquoi est-ce si difficile de donner?

BLOGUE INVITÉ. Quelques heures de bénévolat peuvent tout changer pour une personne, pour une cause.

CELI: le plafond passe à 6000$ en 2019

11:48 | Guillaume Poulin-Goyer

L’ARC vient de rendre publics les paramètres d’indexation du régime fiscal qui confirment la hausse du plafond du CELI.