Démocrate ou républicain: quel est le meilleur parti pour l'économie canadienne?

Offert par Les Affaires


Édition du 29 Octobre 2016

Démocrate ou républicain: quel est le meilleur parti pour l'économie canadienne?

Offert par Les Affaires


Édition du 29 Octobre 2016

Par François Normand

Malgré la montée du protectionnisme aux États-Unis, une victoire de Hillary Clinton devrait être favorable à l'économie canadienne, car le Canada et ses entreprises se portent mieux quand les administrations démocrates, plutôt que républicaines, dirigent le pays.


«Depuis les années 1950 et 1960, la performance de l'économie canadienne est meilleure lorsque la Maison-Blanche est contrôlée par les démocrates», affirme Pierre Martin, professeur de science politique et directeur de la Chaire d'études politiques et économiques américaines au Centre d'études et de recherches internationales de l'Université de Montréal (CÉRIUM).


À lire aussi :


→ Élections américaines 2016 : les principaux enjeux pour le Québec


Ce n'est donc pas le discours protectionniste de Donald Trump qui rend l'élection de Hillary Clinton souhaitable pour le Canada. Historiquement, quatre indicateurs démontrent que les démocrates ont été bons pour l'économie canadienne, selon les travaux de Pierre Martin :


> la croissance du PIB par habitant au Canada ;


> le taux de chômage annuel au pays ;


> la croissance annuelle des exportations canadiennes vers les États-Unis ;


> la croissance annuelle de la production réelle des manufacturiers au Canada.


Par exemple, de 1961 à 2015, le PIB par habitant au Canada a progressé en moyenne de 2,61% par année sous les administrations démocrates. Or, ce rythme a été deux fois moins élevé quand les républicains contrôlaient la Maison-Blanche, à 1,3 %.



Les exportations sont plus dynamiques


On observe le même écart au chapitre des exportations. Ainsi, de 1972 à 2015, les exportations canadiennes aux États-Unis ont bondi en moyenne de 10,9 % par an quand un démocrate était à la Maison-Blanche, comparativement à 7,3 % pour un républicain.


Comment expliquer cet écart ?


L'influence positive des administrations démocrates tient au fait que leurs politiques visent surtout à stimuler la demande interne aux États-Unis, explique Pierre Martin. Cela fouette l'économie américaine ainsi que la demande de biens et services en provenance du Canada.


«Quand l'économie américaine va bien, cela se reflète sur notre économie», dit le professeur de science politique.


Même la Bourse canadienne se porte mieux avec les démocrates. Et pour le démontrer, Pierre Martin a créé deux portefeuilles fictifs, constitués en 1953, avec une mise initiale de 1 000 $ CA. Les portefeuilles sont tous les deux investis dans l'indice S&P/TSX de la Bourse de Toronto.


Le premier n'a opéré que sous les administrations démocrates, le second, que pendant les administrations républicaines, et ce, de janvier 1953 à octobre 2016. Résultat ? Le portefeuille DEM TSX a pratiquement multiplié sa mise par 20, à 19 576 $, tandis que le portefeuille REP TSX a un peu plus que doublé sa mise, à 2 171 $.


 


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

À la une

L'Action de grâce arrive tôt en Bourse

BLOGUE. Les investisseurs en mal de bonne nouvelles ont eu droit à une véritable superfecta pour terminer la semaine.

La guerre en Asie est-elle inévitable?

17/11/2018 | François Normand

ANALYSE - Les similitudes entre l'Europe en 1914 et l'Asie de l'Est en 2018 sont troublantes. Voici pourquoi.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

17/11/2018 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.