Les consommateurs pourront connaître le bilan carbone de leurs achats

Publié le 27/02/2012 à 12:13, mis à jour le 27/02/2012 à 13:58

Les consommateurs pourront connaître le bilan carbone de leurs achats

Publié le 27/02/2012 à 12:13, mis à jour le 27/02/2012 à 13:58

Par La Presse Canadienne

Si tout va comme prévu, les consommateurs québécois pourront, d'ici quelques années, connaître le "bilan carbone" de chacun des produits qu'ils achètent.


Imitant des pays comme la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, le Japon, la Corée du Sud, la Thaïlande et la Suède, le gouvernement du Québec a lancé lundi un projet-pilote qui doit mener à l'implantation à large échelle de la certification de l'empreinte carbone des produits et des services.


Pour les produits de grande consommation, par exemple, le nombre de grammes de CO2 générés tout au long du "cycle de vie" (fabrication, distribution, utilisation et disposition) seront indiqués sur l'emballage.


Dans le secteur des produits industriels comme l'aluminium et le bois d'oeuvre, le gouvernement espère que la certification permettra aux exportateurs québécois de se démarquer du fait qu'ils sont généralement moins polluants que leurs concurrents d'autres régions.


Le principal défi du projet pilote sera d'harmoniser les différentes méthodologies qui existent dans le monde quant au calcul, à la vérification, à la certification et à la communication des émissions de gaz à effet de serre.


Québec versera aux entreprises qui veulent faire certifier leurs produits à faible empreinte carbone une aide financière pouvant atteindre 40 pour cent des dépenses admissibles, et ce jusqu'à concurrence de 150 000 $. Le gouvernement a réservé 24 millions $ au total pour l'initiative.


Dix entreprises participent au projet-pilote: Bell (TSX:BCE), Chantiers Chibougamau, Yoplait, Rio Tinto Alcan, Alcoa, Aluminerie Alouette, Fibrek (TSX:FBK), Enerkem, Interplast et Laboratoire M2.

Sur le même sujet

Entrevue n°214: Jay Coen Gilbert, cofondateur B Lab

Édition du 23 Août 2014 | Diane BĂ©rard

Jay Coen Gilbert est cofondateur du B Lab, un organisme Ă  but non lucratif de la Pennsylvanie qui accorde la ...

Ristigouche Sud-Est demande de l'aide pour se défendre en justice

29/07/2014

Épuisée financièrement, Ristigouche Sud-Est sollicite l'aide du public pour se défendre contre une pétrolière.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Gates dans le train gagnant, mais pas Buffett

En misant sur le CN, Bill Gates s’est enrichi de 1,8 G$ en 2014.

RĂ©vision des programmes: Martin Coiteux demande l'avis des citoyens

16:15

Alors qu'il s'apprĂŞte Ă  revoir la pertinence de l'ensemble des services gouvernementaux, le gouvernement ...

Fermeture de l'usine Laurentide de Produits Forestiers RĂ©solu de Shawinigan

16:34

L'usine Laurentide de Produits forestiers Résolu située à Shawinigan, fermera ses portes et fera 275 mises à pied.