Les changements climatiques transforment l'agriculture en casino

Publié le 09/02/2013 à 13:49, mis à jour le 11/02/2013 à 14:29

Les changements climatiques transforment l'agriculture en casino

Publié le 09/02/2013 à 13:49, mis à jour le 11/02/2013 à 14:29

Par AFP

Plus que jamais, la production agricole est soumise aux caprices de la météo. Photo: Bloomberg

L'agriculture a de tous temps été soumise aux caprices de la météo. Mais le réchauffement climatique et sa cohorte d'incidents extrêmes contribue à transformer le marché des céréales, désormais largement globalisé, en un investissement très spéculatif.


Pour Michel Portier, directeur général du cabinet de conseil Agritel, le mauvais temps génèrerait 80% de l'instabilité des cours.


A l'heure du changement climatique, "les années normales n'existent plus", constate Pierre du Peyroux, consultant de la société de conseil Horizon Soft Commodities. Et "la mondialisation de l'information relaie tout événement climatique sur les marchés" céréaliers et affecte les cours, souligne-t-il.


Les courtiers parlent d'un "weather market", une situation où la tendance du marché est dictée par les fluctuations de la météo.


Ce marché du mauvais temps est particulièrement important en hiver et en été dans l'hémisphère nord, et de la mi-octobre à la fin du mois de février dans l'hémispère sud.


"Il faut une compétence d'agronome pour évaluer le degré de gravité d'un incident météorologique sur le stade de développement d'une plantule" de blé, de maïs ou de soja, reprend Michel Portier qui regarde aussi de près les bilans mondiaux que dresse chaque mois le Département américain de l'Agriculture (USDA).


"Si la météo réduit la production dans un bilan déjà extrêmement tendu, le +weather market+ aura un impact fort". D'autant plus quand le climat frappe un acteur majeur du marché.



 Etats-Unis et Argentine en première ligne face à la sécheresse


Sur le même sujet

Le boeuf, une source de protéines qui coûte cher à l'environnement

21/07/2014

La production de viande de boeuf induit un coût environnemental bien plus élevé que celle de ...

Gestion de l'offre : le Canada n'est pas le seul pays à protéger son agriculture

Édition du 19 Juillet 2014 | François Normand

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, le Canada n'est pas le seul pays à avoir un système de la gestion de ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Préparez-vous à un monde plus instable

Il y a 27 minutes | François Normand

ANALYSE - Les foyers de tensions géopolitiques prolifèrent, compliquant la vie des entreprises et des investisseurs.

La force de Facebook c'est que vous ne pouvez pas le quitter

25/07/2014 | Jean Gagnon

Essayez seulement de fermer votre compte Facebook, et vous comprendrez ce qui fait la force de ce réseau social. ...

Bombardier : l'art de gagner du temps

Au minimum Bombardier trouve un moyen de faire patienter les investisseurs et leur donnent une nouvelle raison d'espérer