Les 15 conséquences du réchauffement climatique

Publié le 17/11/2015 à 11:12

Les 15 conséquences du réchauffement climatique

Publié le 17/11/2015 à 11:12

Par AFP

Si l'on ne réduit pas les émissions de gaz à effet de serre, la température sur Terre augmentera de 4° par rapport à l'ère pré-industrielle d'ici à la fin du siècle, entraînant des impacts "graves, étendus et irréversibles", selon le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat. Voici les 15 principaux impacts:


Élévation du niveau des océans



  • L'océan va encore se réchauffer et s'acidifier.

  • L'élévation du niveau des mers va se poursuivre à un rythme encore plus rapide: elle pourrait aller de 26 cm à 82 cm, en fonction des émissions, entre 1986-2005 et la fin du 21e siècle; la hausse ne sera pas uniforme sur le globe.

  • Avec une hausse de 2 degrés de la température mondiale, des zones habitées par 280 millions de personnes seraient submergées, selon Climate Central, un centre de recherche basé aux Etats-Unis. Ces changements interviendraient dans un délai pouvant atteindre 2.000 ans. 


Évènements météorologiques extrêmes



  • Les vagues de chaleur seront plus fréquentes, les vagues de froid moins fréquentes sur la majeure partie de la planète.

  • Les changements concernant les précipitations ne seront pas uniformes: précipitations annuelles en hausse dans le Pacifique équatorial, aux latitudes élevées et dans les régions humides aux latitudes moyennes, baisse dans les régions subtropicales sèches.

  • Les fortes pluies risquent de provoquer des inondations poussant les populations à fuir leur domicile, et détruisant habitations et récoltes.


Fonte des glaces



  • Le volume global des glaciers, à l'exception de l'Antarctique, devrait baisser de 15 à 55% avec le scénario d'émissions le plus faible et de 35 à 85% avec la trajectoire la plus élevée. Les glaciers des Pyrénées pourraient avoir disparu en 2050.

  • La banquise arctique d'été se réduit et il est de plus en plus probable, selon les climatologues, de voir l'océan Arctique libre de glace d'ici à 2050.


Biodiversité



  • Risques accrus d'extinction pour de nombreuses espèces (animales ou végétales) qui ne pourront pas se déplacer assez vite pour s'adapter. 20 à 30% des espèces animales et végétales sont menacées d'extinction en cas de hausse des températures de 1,5 à 2,4° par rapport aux 20 dernières années du XXe siècle. 


Impacts socio-économiques



  • La sécurité alimentaire sera affectée notamment dans les régions dépendant de la pêche.

  • Baisse des rendements céréaliers (blé, riz, maïs) dans les régions tempérées et tropicales.

  • Baisse des ressources d'eau potable dans les régions subtropicales sèches.

  • Risques accrus dus aux inondations, glissements de terrain, tempêtes.

  • Hausse des déplacements de population.

  • Risques de conflits accrus pour l'accès aux ressources.


Les chiffres et faits à retenir


La conférence de Paris tentera de parvenir à un accord pour limiter à 2 degrés le réchauffement planétaire. Voici quelques éléments clés sur ce phénomène, selon des données du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (Giec).


GAZ A EFFET DE SERRE (GES)


L'effet de serre est un phénomène naturel consistant en l'absorption par un certain nombre de gaz d'une partie du rayonnement infrarouge de la Terre, retenant ainsi de la chaleur. Ce phénomène est accentué par le relâchement plus important dans l'atmosphère de gaz dû aux activités humaines. Ce surplus provoque un réchauffement accéléré du climat.


Le dioxyde de carbone (CO2, gaz carbonique) est le principal gaz à effet de serre d'origine anthropique (76% des émissions). Les autres sont le méthane (16%), le protoxyde d'azote (6%) et les gaz fluorés (2%). Chaque gaz a une capacité différente à retenir de la chaleur. 


ÉMISSIONS DE GES


Les émissions annuelles de GES sont plus élevées que jamais. En 2010, elles ont atteint 49 gigatonnes d'équivalent CO2.


La hausse des émissions s'accélère: 2,2% par an de 2000 à 2010, contre 1,3% par an entre 1970 et 2000.


Les énergies fossiles et l'industrie ont représenté 78% des émissions entre 1970 et 2010.


Les secteurs les plus émetteurs de GES sont: la production d'énergie (35%), l'agriculture et la forêt (24%), l'industrie (21%), les transports (14%), le bâtiment (6%).


Les principaux pays émetteurs sont: la Chine (environ 24%), les Etats-Unis (15,5%), l'Union européenne (11%), l'Inde (6,5%), la Russie (5%). 


CONCENTRATION DANS L'ATMOSPHERE


Les concentrations actuelles de GES dans l'atmosphère sont les plus élevées depuis 800.000 ans.


La concentration moyenne de GES était de 430 ppm CO2eq (équivalent CO2 en parties par million) en 2011.


Pour avoir la meilleure chance (entre 66 et 100%) de limiter la hausse de la température globale à 2°C, cette concentration ne doit pas dépasser environ 450 ppm CO2eq en 2100.


HAUSSE DES TEMPERATURES


La moyenne globale à la surface de la planète a gagné 0,85°C entre 1880 et 2012. Selon l'Institut météorologique britannique, en 2015, la hausse des températures mondiales aura atteint +1° par rapport à l'ère pré-industrielle.


La hausse n'est pas homogène: elle est plus importante sur les continents et au niveau des pôles.


Les trois dernières décennies ont été successivement les plus chaudes depuis 1850. La température à la surface des océans s'est élevée de 0,11°C par décennie entre 1971 et 2010.


EVOLUTION DES ÉMISSIONS 


Quatre scénarios ont été modélisés par le Giec: en l'absence de nouvelles mesures pour réduire les émissions, la hausse globale des températures atteindra probablement à la fin du 21e siècle 3,7 à 4,8°C par rapport à 1850-1900.


Le seuil de 2°C implique que les émissions cumulées ne dépassent pas environ 2.900 Gt de CO2.


Il implique de réduire de 40 à 70% les émissions de GES d'ici 2050 (par rapport à 2010) et de les faire disparaître en 2100.


Réduire fortement les émissions exige des investissements de plusieurs centaines de milliards de dollars par an d'ici à 2030.


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

À la une

Des obstacles à court terme pour les actions?

Mis à jour à 09:44 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Octobre a déjà mauvaise réputation. La Fed et la saison des résultats pourraient offrir des surprises.

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.