Le Québec en bref (Édition du 25 avril 2015)

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Avril 2015

Le Québec en bref (Édition du 25 avril 2015)

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Avril 2015

Par Les Affaires

Éric Côté, président de Groupe Soucy, et André Todd, directeur général de Soucy International. [Photo: Gilles Delisle]

CENTRE-DU-QUÉBEC


Groupe Soucy : un investissement de 108 M$


Groupe Soucy vient de réaliser, en collaboration avec les gouvernements d'Ottawa et de Québec, le plus important investissement manufacturier dans l'histoire de Drummondville, en injectant une somme de 107,8 millions de dollars. De cette somme, le ministre de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations, Jacques Daoust, a confirmé l'attribution, par l'entremise d'Investissement Québec, de prêts totalisant 17,8 M$ à Groupe Soucy, tandis que le ministre de l'Agence de développement économique du Canada, Denis Lebel, a annoncé une contribution financière remboursable de 9 M$. Le président et chef de l'exploitation de l'entreprise, Éric Côté, a précisé que cet investissement créera 162 emplois, dont 140 à Drummondville et 22 chez Soucy Techno à Sherbrooke. «Cet investissement servira au moulage de chenilles de caoutchouc plus performantes et plus spécialisées [pour les secteurs agricole et de la défense], au développement de nos expertises et à l'aménagement d'un centre d'essais», a expliqué M. Côté. — L’EXPRESS, DRUMMONDVILLE


MONTÉRÉGIE


Tonnage record au Port de Valleyfield


Le Port de Valleyfield a enregistré un tonnage de marchandises de 641 835 tonnes en 2014, la plus forte activité de son histoire. Il s'agit d'une hausse de 18 % par rapport à l'année précédente. Les 112 bateaux qui ont accosté au Port représentent une légère baisse, mais il reste que le seuil des 100 navires est atteint pour une quatrième année de suite. Selon le directeur général du Port, Michel Gadoua, la croissance du tonnage en 2014 est attribuable au marché du sel routier, qui a presque doublé, notamment pour les besoins de l'autoroute 30, et au cargo à destination du Grand Nord, une spécialité du port municipal campivallensien. «On a atteint un sommet en 2014 et l'élan va se poursuivre en 2015 avec l'arrivée de nouveaux clients et le développement de nouveaux marchés», soutient le président du CA, Jocelyn Demers. — LE SOLEIL DE SALABERRY-DE-VALLEYFIELD, VALLEYFIELD


ESTRIE


Trop de clubs de golf?


Bien que l'Estrie soit reconnue pour le prix très abordable d'une carte de membre de golf, plusieurs clubs de la région doivent absorber une baisse du nombre de leurs membres depuis quelques années. Si le nombre de membres diminue, peut-on alors en déduire qu'il y a maintenant trop de clubs de golf en Estrie ? «Il y en a trop par rapport au nombre de golfeurs que nous avons. Certains clubs tirent la patte», juge Guy Faucher, professionnel en titre du Club de golf Milby, situé près de Sherbrooke. Bien que le nombre de membres ne soit plus ce qu'il était à Milby, le nombre de rondes de golf disputées chaque année reste cependant le même. Au début des années 1990, Milby regroupait plus de 500 membres, alors qu'il en compte aujourd'hui 275. Selon le professionnel, les golfeurs ne sont plus animés du même sentiment d'appartenance que par le passé. — SHERBROOKE EXPRESS, SHERBROOKE


BAS-SAINT-LAURENT


Les producteurs de bois privés peuvent couper plus de bois


À preuve que la reprise est bien installée dans l'industrie forestière, les propriétaires de boisés privés du Bas-Saint-Laurent peuvent maintenant couper plus de bois, car ils ne sont plus assujettis au respect d'un contingent. Les négociations avec les transformateurs sont suffisamment avancées pour permettre au Syndicat des producteurs forestiers d'aller de l'avant. «Les producteurs n'ont plus de contingent à respecter, mais ils doivent respecter leur possibilité forestière», explique le directeur général du Syndicat, Charles-Edmond Landry. Selon lui, il ne fait pas de doute que les producteurs pourront écouler tout le bois qu'ils couperont. L'année 2014 s'est terminée par une augmentation de 3,8 % des quantités de bois négociées par l'agence de vente du syndicat. En valeur, la production globale est passée de 43,05 à 46,07 millions de dollars, ce qui est encore loin des 66 M$ de 2005, avant le début de la crise. — L’AVANTAGE, RIMOUSKI


ABITIBI–TÉMISCAMINGUE


La mine Young-Davidson passe aux mains d'Alamos


Après avoir tenté de mettre la main sur Mines Aurizon, qui a été acquise depuis par Hecla Québec, la société torontoise Alamos Gold met la main sur des éléments d'actif de la Faille de Cadillac en fusionnant avec AuRico Gold. Le 13 avril, les deux sociétés ont annoncé la signature d'une entente pour réunir leur actif en une seule entité, dont le nom reste encore à déterminer. Ceux-ci comprennent la mine Young-Davidson d'AuRico, située à 60 kilomètres à l'ouest de Kirkland Lake, en Ontario, et les mines El Chanate (AuRico) et Mulatos (Alamos), toutes deux au Mexique. La valeur de la transaction est évaluée à 1,5 milliard de dollars américains. Elle devrait permettre à la nouvelle société de produire de 375 000 à 425 000 onces d'or en 2015. La production annuelle pourrait grimper à 700 000 onces d'or dans un proche avenir, prévoit l'entreprise, avec l'ajout de plusieurs projets qui sont bien avancés au Manitoba, aux États-Unis et au Mexique. — LA FRONTIÈRE, ROUYN-NORANDA

À suivre dans cette section


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

Quels sont les titres boursiers qui ont le plus marqué la semaine? Du nombre: du pétrole, du yoga et du... cannabis.

Une perspective à long terme remet les pendules à l'heure

BLOGUE INVITÉ. Malgré nos impressions, la volatilité en 2018 était un peu sous la moyenne des 20 dernières années.

Les tarifs: bref historique et perspective actuelle

BLOGUE INVITÉ. La guerre des tarifs entre la Chine et les États-Unis fait bien peur, mais ce n'est rien de nouveau!