Le Pen a 35% de chances de gagner, selon Eurasia Group

Publié le 01/05/2017 à 12:45

Le Pen a 35% de chances de gagner, selon Eurasia Group

Publié le 01/05/2017 à 12:45

Par François Normand

Le fondateur et président d'Eurasia Group, Ian Bremmer (source photo: Eurasia Group)

Bien qu’Emmanuel Macron soit le favori pour remporter le second tour de l’élection présidentielle en France du 7 mai, Marine Le Pen a néanmoins 35% de chances de créer une surprise comme Donald Trump aux États-Unis, selon Eurasia Group, une firme spécialisée dans l’analyse du risque politique.


Nous avons joint Ian Bremmer, le fondateur et le président d’Eurasia Group dont le siège social est à New York, pour comprendre comme sa firme est arrivée à cette prévision et pour évaluer l’impact d’une éventuelle victoire de la leader du Front national sur l’Union européenne.


Q - Eurasia Group estime à 35% la probabilité d’une victoire de Marine Le Pen au second tour. Pourquoi?


Nous venons d'assister à une élection [le premier tour du 23 mai] dans laquelle les candidats représentant les deux principaux partis traditionnels ont terminé troisième [la droite républicaine] et cinquième [le parti socialiste]. Ce qui indique que l'électorat a encore de l’appétit pour un candidat antisystème.


Oui, Macron a créé un nouveau mouvement politique, mais il n'a jamais été élu auparavant.


De plus, je ne suis pas convaincu que les électeurs de droite de Fillon ou les partisans de Mélenchon vont voter pour un ancien banquier qui appuie la Commission européenne, qui a servi dans le gouvernement de François Hollande et qui croit fermement aux institutions européennes, au libre-échange et aux frontières ouvertes.


Je crois aussi que les partisans de Le Pen seront plus enclins à aller voter le 7 mai que les partisans de Macron. Il est du reste possible que le consensus des médias français (et des médias internationaux) selon lequel Le Pen ne peut pas gagner entraîne une complaisance chez les partisans de Macron. 


Cela dit, je crois que Macron va gagner. Par contre, le discours selon lequel la course est déjà terminée [en faveur de Macron] est malsain.



Q - Quel serait l'impact d’une victoire de Marine Le Pen sur l'Union européenne?


Le Pen voudra entamer des négociations bilatérales sur la monnaie, l'accès au marché, sur l’espace Schengen et l’intégration européenne.


Par contre, elle ne pourra pas organiser un référendum [sur l’appartenance à l’UE et à la zone euro], car elle n'aura pas beaucoup de soutien à l'Assemblée nationale française. Or, elle a besoin de la majorité des députés pour pouvoir tenir un référendum.


Cela dit, sa victoire au second tour du 7 mai créerait un choc sur les marchés, une ruée sur les banques en France et une fuite de capitaux qui entraîneraient une crise au sein de l’Union européenne.


Cela pourrait même être le début de la fin de l’intégration européenne.


Q - Depuis la fondation de la cinquième République en 1958, c’est la première fois que le parti socialiste et la droite républicaine sont absents du deuxième tour lors d'une élection présidentielle en France. Comment peut-on expliquer cette situation?


C’est en partie en raison du populisme et du nativisme [un mouvement politique qui s’oppose à l’immigration]. Le terrorisme et la crise des migrants ont engendré la colère et la peur à propos des frontières ouvertes, et ce, dans le pays ayant la plus grande proportion de musulmans en Europe.


Cela tient aussi aux inégalités des revenus et aux importantes dépenses du secteur public qui vont essentiellement aux citoyens les plus âgés de la France, alors que les jeunes voient moins d'occasions, d'emplois et d'avenir pour eux-mêmes.


Cela dit, Macron est un socialiste modéré. Le duel Macron-Le Pen ressemble d’ailleurs beaucoup au duel Clinton-Trump aux États-Unis.


 


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

Sur le même sujet

Europe: faut-il retirer le soutien à l'économie?

09:44 | AFP

Il y a une division croissante à ce sujet au sein des membres de la banque centrale européenne.

Crise politique en Allemagne : mais quelle crise?

25/11/2017 | François Normand

ANALYSE - L'incapacité de former un gouvernement de coalition est loin d'être une crise nationale. Voici pourquoi.

À la une

La persévérance scolaire, le premier jalon de l'innovation de demain

Édition du 24 Février 2018 | Les Affaires

Chaque année, à l'ÉTS, nos 11 000 étudiants contribuent à créer, innover, proposer de nouvelles idées et à ...

Faut-il investir dans Tesla?

Édition du 24 Février 2018 | Carl Simard

Avec Tesla, Elon Musk a révolutionné la vente de véhicules électriques. Faut-il pour autant investir dans le titre ...

10 choses à savoir jeudi

Amazon révèle le site de son HQ2, de la pub dans votre prochaine auto, ce gratte-ciel de 70 étages est tout en bois!