Le centre-ville de Montréal alimenté au gaz naturel

Publié le 24/02/2010 à 17:54

Le centre-ville de Montréal alimenté au gaz naturel

Publié le 24/02/2010 à 17:54

Par lesaffaires.com
La centrale CCUM, qui chauffe la Place Ville-Marie et 20 autres immeubles de Montréal, passe au gaz naturel et songe à développer l'énergie solaire.

Quand la Place Ville-Marie s'est connectée au réseau de la chaufferie centrale du Canadien National, en 1960, la direction de l'usine a accepté de cesser de brûler du charbon pour utiliser plutôt le mazout. Un demi-siècle plus tard, les gestionnaires de ce gratte-ciel phare de Montréal innovent, et forcent la chaufferie à opter pour un carburant plus propre : le gaz naturel. La direction de l'usine pense même installer d'ici la fin de l'année un système pour exploiter également l'énergie solaire !

La Place Ville-Marie, la Gare centrale, la Place Bonaventure, Le 1 000 De La Gauchetière et le Fairmont Reine-Elizabeth sont tous chauffés par les quatre chaudières à vapeur de la centrale, aujourd'hui exploitée par l'entreprise Climatisation et Chauffage Urbains de Montréal (CCUM). Installée depuis 1947 à côté de l'actuelle autoroute Bonaventure, la CCUM alimente 21 grands édifices en vapeur ou en eau chaude par un réseau de 2,5 kilomètres de conduites souterraines. Dans le centre-ville et dans la Cité du multimédia, l'usine chauffe un total de 1,7 million de mètres carrés (18 millions de pieds carrés).

En ce moment, les chaudières peuvent brûler soit du mazout, soit du gaz naturel. Jusqu'ici, les contrats étaient indexés au moins cher des deux. Mais le mazout est beaucoup plus polluant que le gaz. C'est pourquoi CCUM et ses clients sont en train d'éliminer complètement son utilisation.

" La Place Ville-Marie a demandé que son contrat soit indexé seulement sur le prix du gaz naturel, jusqu'en 2029 ", dit Jean-Claude Michel, directeur de CCUM, qui appartient à parts égales à Gaz Métro et à Dalkia, une filiale de la française Veolia. Du coup, CCUM s'engage à fournir à la Place Ville-Marie de la vapeur produite à partir de ce combustible.

Conséquence de cette décision : la chaufferie diminuera ses émissions de gaz à effet de serre, puisque le gaz en produit 30 % moins que le mazout. Mais surtout, la centrale ne contribuera plus au smog. Elle éliminera presque entièrement ses émissions de particules fines et d'oxyde de soufre.

L'Agence d'efficacité énergétique a accordé à CCUM une subvention de deux millions de dollars pour installer une nouvelle chaudière à gaz dernier cri, beaucoup plus efficace que les équipements actuels de la chaufferie. " C'est un investissement de plus de cinq millions ", précise M. Michel.

Place à l'énergie solaire

Ce n'est pas tout. Sur le toit de la chaufferie, le directeur de CCUM veut exploiter l'espace inutilisé entre les panaches de vapeur qui sortent des cheminées. " J'étudie la possibilité d'installer des panneaux solaires pour préchauffer l'air qui alimente les chaudières, explique M. Michel. Ce seraient des BTU de moins à dépenser en gaz. " Il pense pouvoir réaliser ce projet d'ici un an.

C'est tout un changement par rapport à 2007. Cette année-là, la chaufferie a surtout brûlé du mazout, à cause des prix qui avantageaient ce carburant à l'époque. En ce moment, le gaz naturel coûte moins cher.

Désormais, le contrat de CCUM avec Gaz Metro comprend une clause qui l'oblige à utiliser le gaz pour au moins 85 % de sa capacité. En fait, CCUM ne garde du mazout que pour parer à une panne du réseau gazier.

À mesure que les contrats arrivent à échéance avec les gestionnaires des autres immeubles, CCUM négociera avec eux des contrats indexés uniquement au prix du gaz.

Pour Le 1 000 De La Gauchetière et l'édifice de la Sunlife, cela devrait être facile : SITQ et sa filiale Bentall en sont les gestionnaires.

Un nouveau marché à l'est

L'entreprise surveille attentivement la planification du nouveau Quartier Bonaventure, qui sera construit après la destruction de l'autoroute du même nom.

" Je veux convaincre les responsables d'opter pour le chauffage à eau chaude à basse température ", dit M. Michel. Jusqu'ici, les clients de CCUM prennent de la vapeur à haute température, ce qui oblige à laisser échapper la vapeur moins chaude dans l'atmosphère, faute de pouvoir l'utiliser à bon escient. En revendant de la vapeur à basse température à des édifices dotés d'un système adapté, CCUM pourrait les fournir en énergie peu coûteuse, sans brûler trop de carburant supplémentaire.


image

Marketing de contenu

Mercredi 19 avril


image

Objectif Nord

Mardi 25 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 26 avril


image

Femmes Leaders

Mardi 16 mai


image

FinTech

Mercredi 31 mai


image

Communication interne

Mercredi 07 juin


image

Fusions-acquisitions

Mercredi 07 juin


image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Gestion de l'innovation

Jeudi 21 septembre


image

Transports

Mardi 03 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre

À la une

Nous exagérerons la menace nord-coréenne

Mis à jour il y a 13 minutes | François Normand

ANALYSE. La probabilité que la Corée du Nord attaque les États-Unis (ou leurs alliés) est très mince. Voici pourquoi.

Voilà ce qui risque le plus de stopper la hausse des marchés

24/03/2017 | Jean Gagnon

Qu’est-ce qui mettra fin à la hausse boursière? Pour plusieurs gestionnaires, il n'y a pas de doute.

Nouveau rallye boursier en vue, dixit le trésorier des États-Unis

24/03/2017 | AFP

Le marché boursier «pourrait monter de façon significative», pressent le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin.