Le Canada se retire de Kyoto

Publié le 05/12/2011 à 14:23

Le Canada se retire de Kyoto

Publié le 05/12/2011 à 14:23

Par AFP

Le gouvernement conservateur a confirmé lundi à Durban, en Afrique du Sud, qu'il ne signerait pas une deuxième période d'engagement sous le protocole de Kyoto à l'issue de la première qui s'achève fin 2012.


"Le Canada a clairement indiqué cette année qu'il ne s'engagerait pas dans une deuxième période de Kyoto", a déclaré le ministre de l'Environnement, Peter Kent, au cours d'un point de presse à Durban en marge des négociations sur le réchauffement climatique sous l'égide de l'ONU.


"Nous pensons qu'un nouvel accord qui englobe tous les principaux émetteurs (de gaz à effet de serre) de la planète à la fois parmi les pays développées et les pays en développement est la seule façon" de réduire les émissions, a-t-il ajouté.


Certaines rumeurs évoquaient depuis quelques jours un possible retrait pur et simple du Canada de ce protocole conclu en décembre 1997 et entré en vigueur en février 2005.


Outre le Canada, le Japon et la Russie avaient déjà indiqué avant la réunion de Durban qu'ils n'étaient pas favorables à de nouveaux engagements dans un traité qui n'impliquerait pas tous les grands pollueurs de la planète.


Seule l'Union européenne s'est montrée ouverte à l'idée de s'engager pour une seconde période.


Le protocole de Kyoto est le seul outil juridique contraignant qui limite les émissions de gaz à effet de serre, à l'origine du réchauffement de la planète.=


Il impose aux 36 pays industrialisés qui l'ont ratifié et à l'Union européenne des réductions d'émissions des six principales substances responsables du réchauffement de l'atmosphère, au premier rang desquelles le CO2. Le traité leur impose des "objectifs différenciés": -8% pour l'UE à +15,0% pour la Russie, -6% pour le Japon ou encore le Canada qui n'a pas, loin s'en faut, atteint ses objectifs.


Plus de 190 pays sont réunis jusqu'à vendredi à Durban sous l'égide de l'ONU avec un objectif: enclencher une dynamique qui permette de réduire drastiquement les émissions mondiales de gaz à effet de serre pour limiter la hausse de la température de la planète à +2°C, seuil au-delà duquel la machine climatique pourrait s'emballer.

Sur le même sujet

États-Unis: baisse surprise des dépenses des consommateurs

29/08/2014

Il s'agit du premier recul depuis janvier, au moment où l'économie américaine était grippée par l'hiver rigoureux.

Économie canadienne: solide croissance au deuxième trimestre

29/08/2014 | lesaffaires.com

Le PIB affiche sa plus forte croissance en près de trois ans, porté par les exportations et les dépenses des ménages.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

L'entrée en Bourse d'Alibaba profitera grandement à l'OIRPC

L'entrée en Bourse d'Alibaba profitera grandement à l'Office d’investissement du Régime de pensions du Canada.

Les 10 plus grosses entrées en Bourse de l'histoire

10:35

Avec un total de 25G$, le groupe chinois Alibaba devient la plus grande introduction en Bourse de l'histoire.

Immobilier: «2015, la pire année de la décennie» pour la construction neuve

L'APCHQ prévoit que 2015 sera très faible pour les mises en chantier au Québec, en raison de trois grands obstacles.