La prostitution mondiale organisée sur un «modèle capitaliste exemplaire»

Publié le 21/11/2012 à 06:32, mis à jour le 21/11/2012 à 06:38

La prostitution mondiale organisée sur un «modèle capitaliste exemplaire»

Publié le 21/11/2012 à 06:32, mis à jour le 21/11/2012 à 06:38

Par AFP

La prostitution est devenue un marché économique «très porteur», dénonce un rapport. Photo: Bloomberg

La prostitution, qui s'est largement mondialisée sous l'emprise du crime organisé, est devenue un marché économique «très porteur», basé sur un modèle capitaliste «exemplaire», dénonce la Fondation Scelles, un organisme militant contre la prostitution, dans son rapport annuel rendu public mercredi.


Selon le rapport de 480 pages intitulé «Exploitation sexuelle: prostitution et crime organisé», qui fait un bilan de la prostitution dans 54 pays, les proxénètes ont organisé la traite «sur un modèle capitaliste exemplaire».


Démantèlement d'un réseau de proxénétisme roumain en Espagne, procès aux Emirats arabes unis de trafiquants de femmes du Bangladesh, condamnation d'un chef de réseau russe prostituant de jeunes femmes en Finlande, démantèlement d'un réseau chinois exploitant des Thaïlandaises en Australie: «On a une sorte de grand marché où la mainmise du crime organisé est particulièrement frappante», explique à l'AFP Yves Charpenel, président de la Fondation Scelles qui milite contre la prostitution.


En France, où 80% des prostituées sont étrangères, le démantèlement d'une quarantaine de réseaux criminels en 2011 à Paris, Caen, Bordeaux ou Strasbourg a permis de découvrir des victimes colombiennes, chinoises, équatoriennes, nigérianes, roumaines.


Les victimes de la traite "sont "produites" à peu de frais dans des pays pauvres et/ou en proie aux conflits armées ou aux guerres civiles, et importées sur les marchés les plus porteurs en terme de marge réalisée», note le document.


«Achetées parfois seulement quelques euros», elles rapportent «une moyenne de 150000 euros net par an dans les pays occidentaux», insiste la Fondation.


«Si on multiplie ce chiffre par 2,5 millions, qui est l'estimation de l'ONU sur le nombre de victimes de la traite des êtres humains (dont 85% victimes d'exploitations sexuelles), ça commence à faire de l'argent, en ne parlant que la prostitution en réseau», note M. Charpenel.

Sur le même sujet

La femme d'un tueur mafieux finance Construction Ulisse

Mis à jour le 26/04/2013

La femme d’un tueur lié à la mafia agit depuis peu dans le financement de construction. Ada ...

Attentat au Métropolis: Pauline Marois croit que le tireur voulait l'assassiner

Mis à jour le 03/12/2012

La première ministre du Québec, Pauline Marois, croit que l'homme qui a ouvert le feu au ...

OPINION
Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Immobilier: n’achetez jamais à l’aveuglette

18/04/2014 | Yvan Cournoyer

BLOGUE. En immobilier, on jongle avec des milliers de dollars à chaque étape. Un mauvais coup peut être onéreux.

Avez-vous vraiment confiance en vous?

18/04/2014 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Pour s'en faire une idée, un petit quiz qui vous prendra trois minutes de votre temps.

Pourquoi vouloir imiter Warren Buffett quand on peut acheter Berkshire au rabais

Édition du 12 Avril 2014 | Yannick Clérouin

Comment constituer un portefeuille qui imiterait celui de Berkshire Hathaway, à l'image des FNB? Réponse à notre lecteur