La persévérance scolaire, le premier jalon de l'innovation de demain

Offert par Les Affaires

Publié le 21/02/2018 à 06:00

La persévérance scolaire, le premier jalon de l'innovation de demain

Offert par Les Affaires

Publié le 21/02/2018 à 06:00

Par Les Affaires

[Photo : Pixabay]

Chaque année, à l'ÉTS, nos 11 000 étudiants contribuent à créer, innover, proposer de nouvelles idées et à développer de nouvelles technologies. Cette capacité d'innovation qui fait notre fierté et celle du Québec est le fruit d'un long processus de formation de nos étudiants qui commence dès la petite enfance et qui, souvent, culmine à l'université.


La première condition pour que cette grande capacité d'innovation perdure est que chaque jeune Québécois et Québécoise poursuive son parcours scolaire afin de réaliser son plein potentiel. Un sondage rendu public récemment dans le cadre des Journées de la persévérance scolaire montre que 34 % des jeunes qui ont songé à décrocher pendant leurs études secondaires et 19 % de ceux qui sont retournés aux études après avoir décroché ont poursuivi leurs études jusqu'à l'université. Ce sont peut-être eux nos leaders technologiques de demain.


À tous les niveaux


On ne peut ignorer que le décrochage scolaire soit également une réalité universitaire. Aussi est-il de notre devoir d'intervenir auprès de nos propres étudiants afin d'optimiser leur réussite. Notre mission est de former la relève en génie. Nous nous devons de créer un milieu et un environnement propices à favoriser leur cheminement universitaire et, qui plus est, à les encourager à poursuivre leurs études aux cycles supérieurs.


L'ÉTS a ceci de caractéristique que la formation axée sur l'innovation technologique et la pratique qu'elle offre à ses étudiants est particulièrement attrayante pour des jeunes curieux et créateurs. Cela signifie que nous formons des étudiants qui possèdent de bonnes connaissances techniques et stimulons leur esprit entrepreneurial. Leur désir d'aller plus loin et d'« apprendre autrement », nous le constatons tous les jours dans nos laboratoires. Nous le voyons aussi concrètement lors d'activités organisées par nos étudiants, tel le Lan ETS, le plus grand tournoi de jeux vidéo de la côte est de l'Amérique du Nord, qui rassemble plus de 2 000 joueurs de toute la province.


Chaque geste compte


Nous savons que chaque geste compte en matière de persévérance scolaire et qu'il est important de maintenir nos actions en ce sens. C'est pourquoi nous avons été particulièrement touchés de constater, dans une enquête réalisée récemment auprès de l'ensemble de nos diplômés, que près de 40 % des ingénieurs que nous avons formés au fil des années souhaitent soutenir les jeunes afin de développer leur intérêt pour le génie.


Nous ne pouvons savoir maintenant qui seront nos futurs leaders technologiques, mais nous sommes convaincus qu'il faut tous se mobiliser pour ne plus échapper aucun jeune, car ce sera peut-être lui, notre Elon Musk de demain.


Pierre Dumouchel, ing., Ph.D., directeur général de l'École de technologie supérieure


image

Efficacité énergétique

Vendredi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Le patron d'Amazon crée une nouvelle fondation pour l'éducation

13/09/2018 | AFP

Son don qui correspond à 1% de sa fortune reste bien inférieur aux efforts philanthropique d'autres multimilliardaires.

Comment ces 60 technos québécoises comptent faciliter la réussite scolaire

11/09/2018 | Alain McKenna

BLOGUE. «Ce qu’on a constaté, c’est que plusieurs étudiants manquent d’organisation.»

À la une

Comment consomment les plus de 65 ans ?

Édition du 15 Septembre 2018 | Chloé Machillot

Brisant les clichés d'une vieillesse monotone et ennuyeuse, la génération des aînés actuelle se distingue des ...

À surveiller: Mediagrif, Savaria et Magna

Que faire avec les titres de Mediagrif, Savaria et Magna?

Le titre de Médiagrif pourrait valoir 12 à 17 $ dans une vente

Mis à jour le 20/09/2018 | Dominique Beauchamp

Le PDG tire sa révérence, ce qui déclenchera sans doute la mise en vente de l'exploitant de cybermarchés.