La FTQ-Construction continue son ménage

Publié le 01/06/2010 à 12:11

La FTQ-Construction continue son ménage

Publié le 01/06/2010 à 12:11

Par Jean-Paul Gagné

Photo: lesaffaires.com

Blogue. Une semaine à peine après l’annonce de la nomination d’Yves Ouellet comme directeur général intérimaire de la FTQ-Construction, voilà que cette dernière confirme la nomination de celui-ci comme directeur général permanent du puissant syndicat de la construction.


Cela signifie que le controversé Richard Goyette restera en congé de maladie et ne reviendra pas dans son ancien poste.


Mais soyez sans crainte, M. Goyette ne sera pas dans la rue. L’argent entre abondamment à la FTQ-Construction et on ne se gène pas pour la dépenser comme l’ont révélé les comptes de dépenses faramineux de Jocelyn Dupuis, prédécesseur et ami de M. Goyette. Ce dernier avait succédé à Jocelyn Dupuis au terme d’une lutte épique avec un adversaire et élu par deux voix de majorité.


Depuis que les étonnants comptes de dépenses de Jocelyn Dupuis ont été rendus publics, ce dernier a été accusé de fraude par le procureur de la Couronne, la FTQ ne s’étant pas occupée de récupérer l’argent versé en trop à son ex-directeur général.


À l’abri de l’impôt


Il faut savoir que si l’argent coule autant à la FTQ-Construction, c’est pour plusieurs raisons :


1. l’obligation d’appartenir à un syndicat pour travailler dans la construction; la FTQ-Construction compte 70 000 membres (sur les 160 000 que compte l’industrie);


2. les importantes cotisations syndicales payées par les travailleurs de la construction. Ces cotisations sont déductibles du revenu imposable des travailleurs;


3. le statut d’organisme à but non lucratif des syndicats, qui n’ont pas de compte à rendre au fisc, sauf s’ils exercent des activités à but lucratif. Puisque les gouvernements ont une peur bleue des syndicats, il serait bien étonnant que ceux-ci exercent une grande vigilance à l’endroit des activités financières de ces derniers;


4. les finances syndicales sont aussi opaques qu’impénétrables, aucun rapport ne leur étant demandé par les gouvernements. Or, il se paierait entre 700 et 800 millions de dollars de cotisations syndicales au Québec, ce qui est beaucoup d’argent à l’abri du fisc. La CSN semble toutefois une exception, son rapport annuel étant publié sur son site. Ce rapport inclut plusieurs états financiers.


Remarquez que les associations patronales sont aussi des organismes à but non lucratif, mais, à la différence des syndicats, celles-ci recueillent leurs cotisations par des contributions volontaires. Pour cette raison, ces dernières disposent de budgets beaucoup plus modestes que ceux du mouvement syndical. Les ordres professionnels sont aussi des organismes à but non lucratif et recueillent des cotisations auprès de tous leurs membres.


Plus de transparence


Puisque les syndicats, les associations patronales et les ordres professionnels bénéficient tous d’avantages fiscaux, ne serait-il pas légitime que leurs états financiers soient rendus publics ?


Nous verrions alors un peu mieux à quoi servent les déductions fiscales dont bénéficient ces organisations.


 


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Une nouvelle loi pour encadrer le secteur de la construction

Ces nouvelles mesures qui entrent mardi en vigueur veulent rendre plus intègre ce secteur.

Retard de paiement en construction, bientôt chose du passé?

Le projet pilote prévoit d’abord un calendrier de paiement obligatoire.

À la une

Dieu du Ciel: faire mousser la croissance

14:38 | Fanny Bourel

PME DE LA SEMAINE. Il y a 20 ans ce mois-ci, la microbrasserie Dieu du Ciel lançait son premier pub à Montréal.

Une référence pour les exportateurs et les investisseurs canadiens

Nous publions un livre numérique regroupant les meilleures analyses géopolitiques du journaliste François Normand.

Le titre de Médiagrif pourrait valoir 12 à 17 $ dans une vente

Mis à jour à 15:42 | Dominique Beauchamp

Le PDG tire sa révérence, ce qui déclenchera sans doute la mise en vente de l'exploitant de cybermarchés.