Il faut apprendre d'un échec et valoriser ce qui reste de Téo Taxi


Édition du 09 Février 2019

CHRONIQUE — L'aventure de Téo Taxi est terminée. Ce n'est pas la fin du monde. Bien sûr, les dommages sont importants : perte d'emploi pour les 455 chauffeurs et 90 autres salariés (mécaniciens, gestionnaires, programmeurs, etc.) ; perte de plus de 60 millions de ...

Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

Pierre Karl Péladeau confirme son intérêt pour Téo Taxi

Mis à jour le 05/02/2019 | La Presse Canadienne

On ignore pour le moment si M. Péladeau sollicitera de l’aide de la part du gouvernement Legault.

L'échec de Téo Taxi est un échec pour tout le Québec

31/01/2019 | Alain McKenna

«On a vraiment la mèche courte, au Québec.»

À la une

CDPQ : des enjeux de gouvernance font ombrage aux bons résultats

21/02/2019 | Daniel Germain

Les déboires de la filiale Otéra Capital ouvrent la voie à une réflexion plus large.

Michael Sabia à la défense de SNC-Lavalin

21/02/2019 | Stéphane Rolland

« C’est important de comprendre l’ampleur du changement qu’il y a eu dans cette société», rappelle-t-il.

La Caisse échappe aux pertes

21/02/2019 | Stéphane Rolland

La Caisse a affiché un rendement de 4,2% en 2018, malgré une année difficile sur les marchés boursiers mondiaux.