Faites mieux et plus avec moins

Publié le 22/07/2006 à 10:44

Faites mieux et plus avec moins

Publié le 22/07/2006 à 10:44

Par lesaffaires.com
L'environnement, ça nous tient à coeur. Mais dans notre entreprise, nous n'avons ni les ressources ni les moyens de faire plus pour le protéger." C'est le commentaire que j'entends le plus souvent venant des dirigeants de PME. Ironiquement, ceux qui affirment une telle chose jettent des milliers, voire des millions de dollars par la fenêtre ! Félix Gauthier, président du fabricant de vélos Devinci, de Saguenay, jetait par la fenêtre plus de 80 000 $ par année. Il appliquait la peinture à l'aide d'une technique de finition inefficace, qui consistait à pulvériser une peinture liquide diluée à 50 % dans un solvant. Résultat : il y avait pratiquement plus de peinture à côté du cadre que dessus. Avec l'aide de spécialistes d'Enviroclub, M. Gauthier a remplacé son système par un procédé d'application électromagnétique. Il a réduit l'utilisation de peinture de 32 % et celle des solvants de 80 %. La nouvelle technologie a aussi réduit les émissions de substances toxiques dans l'air, ce qui a contribué à améliorer les conditions de santé et de sécurité du travail. Êtes-vous éco-efficace ? Le développement durable doit respecter quatre conditions fondamentales. En théorie. En pratique, ce nouveau modèle de développement s'articule autour d'un modèle d'affaires complètement différent, défini par quatre principes (voir le tableau). Le premier principe est l'éco-efficacité. Il vise à réduire l'impact sur l'environnement de deux façons, en faisant "mieux avec moins". Rien de nouveau. Mais optimiser l'utilisation des ressources en fonction des conditions de la durabilité est un défi que peu de dirigeants relèvent. Et pour cause : ceux qui le font exigent des gains de productivité souvent considérés comme impossibles. La révolution industrielle du XIXe siècle a permis des gains de productivité inimaginables. L'éco-efficacité consiste à faire le prochain saut en cette matière. Pour y arriver, de petits changements suffisent parfois. Comme dans le cas de l'éclairage. À Lévis, la Ville a remplacé les 1 860 ampoules incandescentes de 115 watts des feux de circulation par des diodes DEL, de seulement 14 watts. Une amélioration de l'efficacité énergétique de plus de 80 %, pour une économie annuelle de 51 600 $. Les Canadiens gaspillent 30 milliards de dollars chaque année à cause d'ampoules inefficaces, d'appareils énergivores et de mauvaises habitudes de consommation, selon la Fondation David Suzuki. Dans d'autres circonstances, il faut repenser toute la conception d'un produit ou d'un procédé pour obtenir une amélioration significative. Par exemple, un assemblage de flottaison de toilette a été complètement modifié : le nombre de morceaux est passé de 14 à un seul - et le coût de fabrication est passé de 3,68 à 0,58 $ US l'unité. L'autre caractéristique de l'éco-efficacité est de"faire mieux". Cette approche est à contre-courant du modèle d'affaires traditionnel basé sur la séquence produire-acheter-jeter. Les produits de consommation sont en effet généralement conçus pour se briser rapidement. Un étudiant de l'École Polytechnique de Montréal a développé un nouveau modèle de brosse-à-dents : elle est dotée d'un manche durable en aluminium (recyclable) ou en bois (biodégradable) afin que l'utilisateur ne remplace que la brosse, comme pour les rasoirs. Autre exemple : le papier. Un dirigeant visionnaire, qui préfère taire son identité, trouvait qu'il s'en gaspillait énormément dans son entreprise d'envergure internationale. Il a formé un comité chargé de trouver des mesures pour réduire l'usage de papier et d'encre. Leur travail a permis à l'entreprise d'économiser des centaines de milliers de dollars de trois façons : > l'impression recto-verso dans les photocopieuses, les imprimantes et les télécopieurs; > l'achat d'appareils pouvant imprimer des deux côtés, bien qu'ils soient généralement plus coûteux que les autres; > la modification des comportements. Le comité a affiché près de chaque appareil un thermomètre. Au sommet, la quantité de papier utilisée l'année précédente représentait la limite à ne pas dépasser. Chaque semaine, la quantité de papier consommée était ajoutée, ce qui encourageait les employés à penser avant d'imprimer. L'effort est devenu collectif, et l'entreprise a réduit de 30 % ses coûts d'impression dès la première année, et de 60 % après trois ans, conséquence de nouvelles habitudes et des nouveaux appareils. Quatre principes à suivre 1 Produire mieux avec moins 2 Éliminer la notion de déchet 3 Développer une économie de services 4 Réinvestir dans la diversité"

image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

La vague des micro-distilleries frappe la Belle Province

Édition du 12 Janvier 2019 | Daniel Germain

Aujourd'hui, on trouve une dizaine de vodkas québécoises et trois fois plus de gins made in Quebec.

CGI, l'effet du «shutdown» américain dans la mire

Washington représente 12,7% des revenus de CGI, mais la majorité des contrats sont de nature essentielle.

Le «shutdown» pèse sur l'économie américaine

11:36 | AFP

Aucune solution immédiate n’apparaît pour mettre un terme à la fermeture partielle des administrations.