Et si ça avait été collectif?

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Décembre 2017

Et si ça avait été collectif?

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Décembre 2017

[Photo : 123RF]

Les manchettes récentes au sujet d'entreprises à risque de disparaître à cause des frasques de leur patron fondateur ont été nombreuses. Il n'y a clairement pas de quoi rire. En plus des victimes directes d'inconduites alléguées, qui méritent nos premières considérations, plusieurs travailleurs sont à risque de perdre leur emploi sans être coupables de quoi que ce soit. Que la responsabilité d'une seule personne compromette l'avenir de toute une entreprise a de quoi laisser songeur. N'y a-t-il pas quelque chose qui cloche dans ce paysage? Comment peut-on faire en sorte que seuls les fautifs subissent les conséquences de leurs actes? L'entrepreneuriat collectif constitue un bon début de réponse.


Ce mode de développement économique, aussi appelé économie sociale, regroupe au sens de la loi les entreprises à propriété collective ayant un volet marchand. On y inclut donc les OBNL, les coopératives et les mutuelles dont les activités consistent notamment en la vente ou l'échange de biens et de services. Au dernier décompte, l'entrepreneuriat collectif regroupait au Québec au-delà de 7000 entreprises dans tous les secteurs d'activité, procurait un emploi à plus de 210000 personnes et affichait un chiffre d'affaires de 40 milliards de dollars. C'est une contribution gigantesque à notre PIB et une caractéristique distinctive de notre économie, assez pour faire du Québec un leader mondial dans le domaine. Pourtant, c'est un exploit qui demeure encore aujourd'hui relativement méconnu.


En quoi l'entrepreneuriat collectif aurait-il changé quoi que ce soit dans le contexte des événements récents? En plus de son potentiel pratiquement illimité de création d'emplois et de prospérité dans tous les secteurs d'activité économique, il repose sur certains traits caractéristiques essentiels dans son fonctionnement qui place l'intérêt collectif au centre des décisions.


Cet article vous est offert par Les Affaires. Il vous plaît? Abonnez-vous à notre édition papier et électronique.


Il s'appuie sur une gouvernance démocratique qui fait en sorte que le destin de l'entreprise repose moins sur les épaules d'une seule personne. Le concept d'actionnaire majoritaire y est inexistant puisque sa gouvernance fonctionne sur une base d'«une personne, un vote», plutôt que d'«une action, un vote».


Qui plus est, le problème de trouver un acquéreur en temps de crise qui puisse assurer la survie de l'entreprise, ou celui de tenter tant bien que mal de déterminer sa valeur de revente ne se pose pas du tout de la même manière. Dans les faits, on ne met pas un OBNL ou une coopérative à vendre au plus offrant. L'entreprise appartient collectivement à ses membres, si bien que si des événements malheureux survenaient qui sont de la responsabilité d'une personne en particulier, l'entreprise risque beaucoup moins de couler avec ladite personne.


Certes, le développement économique en mode collectif n'est pas un long fleuve tranquille et plusieurs défis y sont identiques à ceux auxquels sont confrontées les entreprises «inc.» à propriété individuelle ou à capital-actions : gestion du personnel et des ressources financières et matérielles, adaptation à une économie en pleine transformation, etc. Cependant, les statistiques officielles montrent que le taux de survie des entreprises collectives est de loin supérieur à celui des autres entreprises. Le leadership partagé et l'absence d'un one-man show, avec toute la concentration du risque que cela comporte, y sont sans conteste pour quelque chose.


L'entrepreneuriat collectif jouit actuellement d'une popularité certaine auprès de jeunes entrepreneurs remplis de projets et dont la mesure de succès tient davantage à l'impact positif sur leur collectivité qu'à l'accumulation monétaire et matérielle. Peut-être est-ce un signe des temps. Cette vogue, que l'on espère plus que passagère, cadre bien avec la recherche d'une solution de rechange à un modèle de développement dominant qui montre de plus en plus ses limites sur le plan de la distribution des richesses et des dommages collatéraux sur le plan environnemental. De plus, ils sont de plus en plus nombreux, jeunes ou moins jeunes, à trouver dans l'entreprise collective un mode de développement économique plus conforme à leurs valeurs de solidarité et d'équité.


Il n'est pas question ici de souhaiter la transformation de tout ce qui bouge en OBNL ou en coopérative, mais plutôt d'intégrer davantage le réflexe de l'entrepreneuriat collectif comme l'une des voies à considérer. Pour y arriver, il faudra entre autres que l'économie sociale soit plus présente dans le contenu des cursus scolaires pour initier dès le départ les futurs entrepreneurs et décideurs à ce mode de développement. Par ailleurs, on pourra aussi favoriser la reprise en mode collectif des très nombreuses entreprises qui sont à la recherche de relève ou d'acquéreur, ce qui aura pour effet positif additionnel de freiner les pertes de sièges sociaux qui nous privent du pouvoir local de décision. Décidément, le Québec a tout avantage à ce que l'entrepreneuriat collectif soit de plus en plus connu et soutenu.


Biographie
Jean-Martin Aussant est directeur général du Chantier de l'économie sociale. Il a été directeur exécutif et vice-président de MSCI à Londres (ancienne division de Morgan Stanley) ainsi que gestionnaire de portefeuille principal chez Investissements PSP à Montréal. Il a également été consultant indépendant en finance quantitative avant d'être impliqué en politique active, entre autres comme député à l'Assemblée nationale de 2008 à 2012, puis comme chef de parti de 2011 à 2013.

Sur le même sujet

Économie sociale : les boursiers CHNGR, des étudiants d'impact

Édition du 17 Septembre 2016 | Diane Bérard

En novembre prochain, les étudiants de HEC Montréal auront droit à une journée carrière un peu différente. On ...

Mesurer la performance, la prochaine étape

Édition du 18 Juin 2016 | Étienne Plamondon Émond

ACHAT RESPONSABLE. De plus en plus d'organisations affirment leur engagement en matière d'achat responsable, ...

À la une

Terres rares: le géant japonais JOGMEC tourne le dos à un projet au Québec

Sans tambour ni trompette, la société s’est retirée d’un projet d’exploration de terres rares près de Schefferville.

Bulletin Les Affaires–JLR: la hausse s'est maintenue en novembre

Mis à jour à 13:48 | Les Affaires - JLR

Les prix augmentent plus vite que l'inflation et les ventes de condos grimpent.

Investir dans le bitcoin rapporte le plus... les lundis

BLOGUE. Voilà le genre de lecture qui pourrait vous faire aimer le début de la semaine. Ou le détester encore plus...