En avons-nous pour notre argent ?


Édition du 30 Avril 2016

Depuis cinq ans, le gouvernement du Québec et des organisations financées par des fonds publics ont investi et dépensé au moins 647 millions de dollars pour attirer ou retenir des entreprises étrangères. Ces interventions rapportent-elles plus au trésor public qu'elles ne lui en coûtent ? Impossible de le savoir avec précision, car personne ne compile cette information, révèle une enquête de Les Affaires.


Prise de participation, subventions, crédit d'impôt, dépenses de représentations, etc. Le montant total des efforts faits pour séduire les entreprises étrangères dépasse certainement les 647 M$ que nous avons recensés.


En effet, seulement cinq organisations ont été en mesure de nous dire combien d'argent public a été investi ou dépensé depuis cinq ans pour attirer ou retenir des sociétés étrangères au Québec. Il s'agit d'Investissement Québec, de Montréal International, de Québec International, de Finance Montréal et du ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation (MESI). Nous sommes arrivés à la somme de 647 M$ en additionnant leurs investissements et leurs dépenses, données qu'ils ont colligées à notre demande.





Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

Geneviève Morin, la nouvelle PDG d'Anges Québec Capital

11/02/2019 | lesaffaires.com

Elle était déjà membre du conseil d’administration d’Anges Québec.

PAPE: le monde financier s'organise pour convaincre la CAQ

28/01/2019 | Stéphane Rolland

Les «principaux acteurs» du milieu financier montréalais tentent de présenter une position commune.

À la une

Sommes-nous à la veille d'une crise économique?

BLOGUE INVITÉ. Je ne veux pas être alarmiste, mais c’est normalement aux 8 à 10 ans qu’une crise se fait sentir.

Téo Taxi avait trois prises dès le départ

10:57 | Valérie et Sylvia Gilbert

BLOGUE INVITÉ. La gestion des opérations est le nerf de la guerre en affaire. Or, elle est déficiente chez Téo Taxi.

Hypothèque à taux révisable annuellement : une bonne idée?

Notre lectrice s’est fait proposer un type de prêt hypothécaire dont elle n’avait jamais entendu parler.