En avons-nous pour notre argent ?


Édition du 30 Avril 2016

Depuis cinq ans, le gouvernement du Québec et des organisations financées par des fonds publics ont investi et dépensé au moins 647 millions de dollars pour attirer ou retenir des entreprises étrangères. Ces interventions rapportent-elles plus au trésor public qu'elles ne lui en coûtent ? Impossible de le savoir avec précision, car personne ne compile cette information, révèle une enquête de Les Affaires.


Prise de participation, subventions, crédit d'impôt, dépenses de représentations, etc. Le montant total des efforts faits pour séduire les entreprises étrangères dépasse certainement les 647 M$ que nous avons recensés.


En effet, seulement cinq organisations ont été en mesure de nous dire combien d'argent public a été investi ou dépensé depuis cinq ans pour attirer ou retenir des sociétés étrangères au Québec. Il s'agit d'Investissement Québec, de Montréal International, de Québec International, de Finance Montréal et du ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation (MESI). Nous sommes arrivés à la somme de 647 M$ en additionnant leurs investissements et leurs dépenses, données qu'ils ont colligées à notre demande.





Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

Nouvelles de la communauté

Édition du 10 Novembre 2018 | Les Affaires

L'Association québécoise des technologies a nommé Amilia entreprise techno de l'année dans le cadre du concours PME ...

Nouvelles de la communauté

Édition du 20 Octobre 2018 | Les Affaires

Les Médailles de la paix ont été remises lors d'un souper-gala bénéfice annuel au profit des YMCA du Québec, où ...

À la une

Combien êtes-vous prêt à payer une tomate qui ne goûte pas l'eau?

BLOGUE. Voici une 3e tentative québécoise de bâtir un réseau de distribution pour petits agriculteurs locaux: Arrivage.

Un krach boursier pour démarrer sa retraite, inquiétant?

C’est la hantise de ceux qui s’approchent de la retraite. Y a-t-il matière à s’énerver?

Vous avez des questions au sujet des finances personnelles?

Posez-les à notre journaliste spécialisé Daniel Germain. Il y répondra dans sa chronique.