Les brèves de la semaine

Offert par Les Affaires


Édition du 06 Mai 2017

Les brèves de la semaine

Offert par Les Affaires


Édition du 06 Mai 2017

Par Les Affaires

[Photo : 123RF]

ALIMENTATION
Du sirop d'érable au Royaume-Uni et en Inde


Le sirop d'érable canadien pourrait bientôt apparaître dans un plus grand nombre de cuisines du Royaume-Uni et de l'Inde. L'industrie canadienne de l'érable recevra jusqu'à 1,5 million de dollars de l'État afin de développer de nouveaux marchés pour les produits de l'érable et d'accroître la demande des consommateurs pour ces produits. Ottawa en a fait l'annonce le 28 avril.


Dans sa croisade pour mieux faire connaître le sirop d'érable canadien, le gouvernement peut compter sur la Fédération des producteurs acéricoles du Québec, qui entend orienter ses activités de relations publiques et ses publicités vers la promotion des produits d'ici au Royaume-Uni. La Fédération lancera également des produits du sirop d'érable sur le marché indien.


Les moyens de promotion envisagés comprennent des articles dans les médias, des billets dans les médias sociaux et dans les blogues, une participation à des salons professionnels, à des événements gastronomiques et à des événements commerciaux, ainsi que des visites éducatives et des tournées de promotion.


DEVISES
Le huard traîne la patte


Le dollar canadien peine à profiter d’une conjoncture pourtant favorable. Depuis la fin du mois de février, le huard s’est maintenu entre 0,74 $ US et 0,75 $ US. Certains éléments militent pourtant pour une valeur un peu plus élevée : la croissance économique reste robuste au Canada et la Banque du Canada (BDC) a adopté un ton neutre à l’issue de sa rencontre de politique monétaire du 12 avril. Les probabilités d’une autre baisse des taux d’intérêt directeurs semblent maintenant très faibles, et l’attention pourra davantage être portée sur le début d’un éventuel resserrement monétaire. Un autre élément qui aurait dû aider le dollar canadien est la faiblesse renouvelée du billet vert. Le huard pourrait s’apprécier légèrement à très court terme, surtout si le dollar américain demeure en retrait et si les investisseurs revoient à la hausse leurs anticipations de resserrement monétaire au Canada. Les économistes de Desjardins croient cependant que la BDC attendra jusqu’au printemps 2018 avant d’annoncer une hausse de taux. Il s’agit d’un devancement de quelques mois par rapport à ce que Desjardins prévoyait auparavant.


Source : ­Études économiques Desjardins


ACQUISITION
SNC-Lavalin met la main sur la britannique ­WS ­Atkins


­SNC-Lavalin acquiert la britannique ­WS ­Atkins (Atkins) pour la somme de 3,6 milliards de dollars (G$). Le géant canadien cherche ainsi à étendre ses capacités mondiales en matière de ­services-conseils, de conception et de gestion de projet. Fondée en 1938, ­Atkins compte actuellement 18 000 employés, et ses produits pour 2016 s’élèvent approximativement à 2 milliards de livres sterling (3,46 G$). La société est présente aux ­États-Unis, au ­Moyen-Orient et en ­Asie, en plus d’occuper une position dominante au ­Royaume-Uni et en ­Scandinavie. Cette transaction, selon ­SNC-Lavalin, dote le groupe de capacités nouvelles dans certains secteurs d’activité, en plus de renforcer sa présence dans les régions où ­Atkins est établie. En vertu de l’entente, ­SNC-Lavalin achète la totalité du ­capital-actions émis ou devant être émis d’Atkins au prix de 20,80 livres sterling (35,94 $) en espèces par action. ­L’acquisition représente une valeur d’entreprise de 4,2 G$.


Source : ­CNW ­Telbec

Sur le même sujet

Jean Coutu: «Vendre à Metro, c’est comme laisser partir son enfant»

29/11/2017 | Stéphane Rolland

Jean Coutu parle de la transaction, du prochain chapitre de sa vie et de l’avenir de l’entreprise qu’il a fondée.

Saputo prend une grosse bouchée en Australie

27/10/2017

Une acquisition stratégique qui permet à la multinationale montréalaise de se positionner pour l'Asie.

À la une

La véritable égalité passe par l'homme blanc

13:42 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. La naissance de ma première fille m’a ouvert les yeux sur une triste réalité.

MTY-Imvescor: les points forts de la téléconférence

Le prix de 4,10$ pour Imvescor est un compromis entre un prix juste et celui que MTY était prête à payer.

Le cadeau empoisonné du patron

BLOGUE. Des avantages offerts par l’employeur sont parfois accompagnés d’une note fiscale salée. Faut-il les refuser?