Couche d'ozone: la Chine accusée de produire des CFC

Publié le 09/07/2018 à 06:28

Couche d'ozone: la Chine accusée de produire des CFC

Publié le 09/07/2018 à 06:28

Par AFP

Une association écologiste a accusé lundi la Chine de continuer à produire secrètement des CFC, des gaz qui détruisent la couche d'ozone et sont interdits par le Protocole de Montréal signé en 1987.


L'Agence d'enquête environnementale (Environmental Investigation Agency, EIA), une association basée aux États-Unis, affirme dans un rapport que 18 usines réparties dans dix provinces de Chine ont reconnu qu'elles continuaient à utiliser des chlorofluorocarbures (CFC) en dépit de l'interdiction internationale.


En 1987, un accord international, le Protocole de Montréal, avait été signé pour supprimer progressivement les CFC (utilisés dans la réfrigération et les aérosols), responsables du fameux «trou» dans cette couche gazeuse protégeant la Terre de rayons qui provoquent cancers de la peau, dégâts oculaires et immunitaires.


Des employés de ces entreprises ont déclaré à des membres de l'EIA, qui se faisaient passer pour des acheteurs potentiels, que la majorité du secteur chinois de la mousse en polyuréthane utilisait des CFC-11 en raison de leur qualité et de leur coût.


Ce rapport corrobore une étude publiée en mai par un groupe d'experts internationaux selon lesquels le rythme de diminution du niveau de CFC-11 dans l’atmosphère avait ralenti de moitié depuis 2012. L'étude en déduisait l'existence de violations au Protocole de Montréal, dont elle plaçait l'origine en Asie orientale.


Conformément au Protocole de Montréal, la production des CFC a officiellement pris fin en 2010 dans les pays en développement. La Chine pour sa part affirme y avoir mis un terme en 2007.


Selon le rapport de l'EIA, certaines entreprises incriminées produisent les CFC elles-mêmes ou bien s'en procurent auprès d'usines travaillant hors licence. Elles exportent les produits ainsi fabriqués ailleurs en Asie ou au Moyen-Orient en trichant sur les étiquettes.


«Si la Chine ne met pas un terme à cette production illégale, cela mettra en péril notre couche d'ozone, qui est en phase de guérison lente», a déclaré le directeur de l'EIA aux États-Unis, Alexander von Bismarck.


«Le CFC-11 est aussi un gaz hautement responsable du réchauffement climatique, il s'agit donc d'une menace grave pour le climat», a-t-il dénoncé.


Le rapport de l'EIA est publié juste avant l'ouverture cette semaine à Vienne d'une réunion internationale sur le Protocole de Montréal, lors de laquelle la question des violations au traité pourrait être à l'ordre du jour.


Le ministère chinois de l'Environnement n'était pas joignable lundi à Pékin pour commenter ces accusations.

À suivre dans cette section


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

Sur le même sujet

Le libre-échange Canada-Chine est-il encore possible?

16/10/2018 | François Normand

Ottawa est pris entre l'arbre et l'écorce en raison de la nouvelle politique commerciale américaine hostile à la Chine.

La Chine creuse son écart commercial avec les États Unis

Les exportations chinoises vers le marché américain ne semblent pas souffrir des tarifs douaniers.

À la une

La montée des inégalités est un (mauvais) choix de société (2)

20/10/2018 | François Normand

ANALYSE - Les entreprises doivent mieux partager la richesse, selon des patrons. C'est bien, mais il faut en faire plus.

C'est le temps de penser à votre planification de fin d'année

C'est le moment d'examiner vos finances et de profiter des possibilités de planification fiscale avant le 31 décembre.

Après les Panama papers, les banques françaises encore épinglées

19/10/2018 | AFP

Trois banques françaises sont à nouveau épinglées par des révélations de presse sur un scandale d'optimisation fiscale.