Bromont planifie son développement jusqu'en 2030

Publié le 30/04/2011 à 00:00, mis à jour le 11/05/2011 à 16:20

Bromont planifie son développement jusqu'en 2030

Publié le 30/04/2011 à 00:00, mis à jour le 11/05/2011 à 16:20

La ville de Bromont a entrepris une vaste démarche de consultation publique en développement durable. Tout au long de 2011, 10 groupes de représentants de la communauté proposeront des actions à poser sur autant de facettes du développement durable - transports, milieux naturels, vie économique et touristique, etc. - fédérées sous le concept " Pense ta ville ".


Leurs propositions seront transmises à un comité de représentants locaux du monde des affaires, de l'environnement, du tourisme, de la culture et d'élus municipaux, chargés de fixer les priorités. Le plan directeur sera rendu public en 2012; il sera suivi d'une autre consultation citoyenne, avant son adoption ultime et sa mise en place.


Conjuguer croissance et développement durable


Bromont est une ville étonnante. Peu comme elles au Québec offrent un agencement aussi étroit entre récréotourisme et haute technologie. Ici, en effet, se côtoient Ski Bromont, dont l'expansion se rit du réchauffement climatique, et un parc industriel tout aussi florissant, avec notamment IBM, Dalsa et General Electric.


Ces attraits ne passent pas inaperçus. La population bromontoise est passée de 6 049 à 7 396 résidents permanents de 2006 à 2011. Une hausse conséquente avec la vaste démarche de consultation publique amorcée par Bromont en novembre dernier pour définir sa politique de développement durable d'ici 2030. " C'est une bonne façon de renforcer le sentiment d'appartenance des citoyens et de les amener à s'engager, dit Marie-Claude Cabana, conseillère municipale. Le développement de Bromont leur appartient tout autant qu'aux élus et aux gens d'affaires. "


Des actions concrètes


Bromont n'en est pas à ses premiers pas en matière de développement durable. En 2005, elle s'est engagée, avec l'organisme Conservation de la nature, à créer un réseau d'aires protégées à perpétuité équivalant à 8 % de son territoire. Ses élus participent activement aux conférences liées au développement durable, avec une attention particulière aux gestes posés dans les villes canadiennes dotées de centres de ski, comme Collingwood, en Ontario, et Whistler en Colombie-Britannique, des références en ce qui a trait au développement durable.


Pour élaborer sa politique et encadrer la démarche actuelle, Bromont investit 125 000 $, un montant auquel s'ajoute une subvention de 125 000 $ de la Fédération canadienne des municipalités. Il aurait été moins coûteux de faire les choses à l'interne, sans consultation, concède la mairesse, Pauline Quinlan, mais les résultats auraient été inférieurs. " Nous avons acquis des expertises et des données pour alimenter nos groupes de réflexion, comme une étude sur nos dépenses énergétiques. "


Pauline Quinlan souligne également la cohésion résultant de la consultation. " IBM, par exemple, une entreprise reconnue pour sa gestion des matières résiduelles, s'est associée à notre démarche. Nombre des 2 800 employés s'y rendent en automobile. Nous pourrons trouver avec IBM une façon de diminuer ses émissions de gaz à effet de serre. "


En fin de compte, l'administration municipale devra revoir ses priorités budgétaires. Par exemple, décider d'augmenter le réseau des pistes cyclables ou d'investir dans la réfection des rues. Elle se dotera aussi d'un mode de suivi des actions retenues dans le cadre du plan de développement durable. " Trop de municipalités ont un beau plan qui demeure sur les tablettes, affirme Mme Quinlan. Nous voulons léguer à Bromont quelque chose dont tous pourront être fiers. "


Une participation record des Bromontois


Quatre cents Bromontois sont inscrits aux groupes de travail de la consultation publique. Un des plus hauts taux de participation à un exercice du genre au Canada, selon Mme Quinlan. " C'est beaucoup, confirme Jean Plichon, président d'Optim Ressources, la firme de conseil en développement durable encadrant le processus. Ça nous pose un beau problème : faire en sorte que le processus demeure harmonieux et transparent. "


Selon M. Plichon, la plupart des municipalités québécoises engagées dans une politique de développement durable ont consulté les citoyens en amont ou en aval. " Les dernières en date l'ont fait dès le départ; procéder à des consultations deviendra presque incontournable. "


+ 18 % Augmentation de la population de Bromont, de 2006 à 2011. Elle est passée de 6 049 à 7 396 résidents pendant cette période.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Rio Tinto expérimente la mine sans mineur

Édition du 19 Avril 2014 | Suzanne Dansereau

Afin de mieux traverser la crise financière qui les secoue, les minières doivent investir davantage dans l'innovation.

Immobilier: n’achetez jamais à l’aveuglette

18/04/2014 | Yvan Cournoyer

BLOGUE. En immobilier, on jongle avec des milliers de dollars à chaque étape. Un mauvais coup peut être onéreux.

Pourquoi le secteur de l’énergie peut continuer à se démarquer

Le secteur de l’énergie devrait profiter des cours du pétrole et du gaz et de la rotation vers les secteurs sous-évalués