«Bombe météorologique» sur le nord-est des États-Unis

Publié le 02/03/2018 à 15:31

«Bombe météorologique» sur le nord-est des États-Unis

Publié le 02/03/2018 à 15:31

Par AFP

La tempête a forcé l'annulation de nombreux vols, notamment à New York et à Boston. (Photo: Getty)

Une tempête frappe le nord-est des États-Unis depuis jeudi soir, mêlant importantes chutes de neige, fortes pluies et rafales de vent, et a déjà entraîné l'annulation de centaines de vols ainsi que la fermeture de services administratifs. 


Cette tempête hivernale baptisée Riley touche une zone allant du Maryland au Massachusetts, et devait durer jusqu'aux premières heures de la matinée de samedi.


Son intensité a été augmentée par un phénomène dit de «bombe météorologique», caractérisé par une baisse brutale de la pression atmosphérique.


Dans la région de Washington, les conditions climatiques marquées par des rafales de vent annoncées à 120 km/h, ont incité le gouvernement à fermer l'ensemble des services administratifs fédéraux de l'agglomération. Les écoles de la capitale fédérale sont restées fermées, tout comme celles des comtés alentours dans le Maryland et en Virginie.


Inspiré par les images de palissades ou d'arbres abattus autour de la capitale, le surnom «Windmageddon» (combinaison des mots «wind» pour vent et «Armageddon» pour apocalypse) a fleuri sur les réseaux sociaux.


Plus au nord, du New Jersey au Massachusetts, le service de météorologie nationale (NWS) a mis en garde contre des risques de submersion côtière et d'inondations à l'intérieur des terres. 


Les fortes précipitations observées depuis la fin de la nuit de jeudi à vendredi, ainsi que des rafales de vent, ont entraîné l'annulation de plus de mille vols au départ ou à destination d'aéroports de la zone. 


L'aéroport new-yorkais de LaGuardia était le plus affecté, avec plus de 600 vols supprimés, selon le site spécialisé FlightAware. 


Selon la même source, plus d'un tiers des vols étaient annulés vendredi en provenance ou à destination d'un autre aéroport new-yorkais, Newark Liberty, mais aussi de Boston (Logan) et Washington (Reagan).


À JFK, le troisième aéroport de New York, des rafales à plus de 100 km/h ont été constatées et la direction a annoncé, en début d'après-midi, que les départs étaient «très limités».


Peu après la mi-journée, l'opérateur ferroviaire national Amtrak a annoncé l'annulation de tous les trains circulant entre Washington et Boston. 


Sur l'ensemble de la zone frappée par Riley, plus de 100 000 foyers ont été, à un moment ou un autre, privés d'électricité vendredi, selon les différentes companies qui déservent la région. 


Dans les régions côtières du New Jersey, de l'État de New York et du Massachusetts, la température légèrement supérieure à 0°C donnait un mélange de neige fondue, de grêle et de pluie.


Plus de dix centimètres de précipitations en 30 heures étaient attendues dans certaines parties de Long Island, près de New York. 


À Boston, la ville a enregistré vendredi la troisième plus forte marée depuis que des mesures régulières ont commencé à être effectuées, il y a 90 ans. 


Plus à l'intérieur des terres, les chutes de neige ont déjà atteint jusqu'à 30 centimètres dans le centre de l'Etat de New York, selon la météorologie nationale, et devaient se poursuivre toute la journée de vendredi.


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

À la une

New York et Toronto terminent en ordre dispersé

22/06/2018 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

La dégradation des relations commerciales entre les États-Unis et le reste du monde continuent d'inquiéter les marchés.

Risque élevé de guerre commerciale à l'échelle mondiale, estime Leitao

Le risque d'une guerre commerciale globale est élevé, selon le ministre des Finances Carlos Leitao, qui ...

Bourse: l'été ne sera pas de tout repos

BLOGUE. Gracieuseté de la bravade de Donald Trump, les stratèges craignent un été mouvementé.