Bientôt disparu, le givre sur les éoliennes

Publié le 08/05/2008 à 10:08

Bientôt disparu, le givre sur les éoliennes

Publié le 08/05/2008 à 10:08

Par lesaffaires.com
MURDOCHVILLE - Un centre de recherche situé au coeur des monts Chic-Chocs, en Gaspésie, pourrait avoir trouvé une solution au principal problème des éoliennes en milieu nordique : le givre des pales. L'industrie éolienne est très intéressée par une technique qui pourrait rendre les pales d'éoliennes hydrophobes, explique Redouane Megateli, directeur du Centre Corus, un centre de recherche public lié au TechnoCentre éolien. Un procédé simple Grâce au bombardement par ions et à l'irradiation aux rayons ultraviolets des pales en fibre de verre, l'eau y glissera sans se fixer, comme sur le dos d'un canard, espère-t-il. Malgré sa description digne d'un roman de science-fiction, le procédé est simple à appliquer, assure le scientifique d'origine algérienne. C'est d'ailleurs une condition sine qua non de son adoption par l'industrie. Le procédé est à l'essai au laboratoire de l'Institut national de la recherche scientifique de Varennes, près de Montréal. S'il s'avère prometteur, il sera appliqué chez le fabricant de pales danois LM Glasfiber. En repoussant l'eau sous toutes ses formes, les pales ne souffriront plus d'accumulations de givre, de glace et de neige qui réduisent la production d'une éolienne tout en faisant grimper les dépenses d'entretien. En attendant le développement de cette technologie, le Centre Corus planche aussi sur d'autres projets qui doivent aider les opérateurs de parcs éoliens à composer avec le givre. À mi-chemin entre la neige et le verglas, le givre force les éoliennes à s'arrêter périodiquement au début et à la fin de l'hiver, réduisant ainsi la production des parcs éoliens situés en milieu nordique. "Le givre est encore mal compris, dit M. Megateli. La plupart des éoliennes sont situées dans des climats plus doux. Les fabricants d'éoliennes ne connaissent pas bien les milieux nordiques." Le plus souvent les gestionnaires des parcs éoliens immobilisent les pales lorsqu'ils craignent un épisode de givre. Les arrêts peuvent durer quelques heures ou quelques jours, au maximum. Il arrive que le givre appréhendé ne se matérialise pas, et qu'il aurait été préférable de laisser tourner les éoliennes. Une tour pour étudier la météo Ce printemps, l'équipe de Corus a installé une tour à 850 mètres d'altitude pour étudier la météo sur le mont Aiguille, niché entre les parcs éoliens des monts Miller et Copper."Il faut comprendre les conditions météorologiques qui causent le givre pour pouvoir le prévenir", dit-il. Pour ce faire, les instruments installés sur la tour enregistrent la pression atmosphérique, la température, l'humidité, le vent et le point de rosée avec une précision encore inédite dans l'industrie éolienne. Ce texte est tiré du journal Les Affaires du 10 au 16 mai 2008."

À la une

Banques: à quoi s'attendre pour finir l'année?

Le 4e trimestre s'annonce fort respectable, mais après un gain de 10% les banques doivent mériter leur évaluation.

Vendredi fou: question de survie pour les détaillants

Contrairement à ce que l’on a déjà observé aux États-Unis, aucune mort d'homme n'est encore envisagée.

«La Chine s'attaque au dollar sur les marchés pétroliers»

VIDÉO. La Chine pourrait ainsi s'imposer financièrement au niveau mondial...