Belles terrasses pour chouettes 5 à 7

Offert par Les Affaires


Édition du 30 Mai 2015

Belles terrasses pour chouettes 5 à 7

Offert par Les Affaires


Édition du 30 Mai 2015

slide-image

Les Terrasses Bonsecours, Vieux-Montréal

Après l'époque du Belvédère et celle du Café des Éclusiers, c'est au tour des Terrasses Bonsecours d'attirer les adeptes de 5 à 7 dans le Vieux-Port de Montréal. Depuis 2009, l'ancien centre d'observation, qui offre une vue exceptionnelle sur le fleuve et la ville, a fait place à quatre terrasses, à des lieux privés pouvant accueillir jusqu'à 300 personnes ainsi qu'à un bistro ouvert 7 jours sur 7, de midi à 15 heures. «On accueille régulièrement plus de 1 000 personnes par soir», précise le propriétaire, Andy Aboushaybeh. Deux réceptionnistes se consacrent exclusivement aux réservations. M. Aboushaybeh dit investir chaque année plus de 150 000 $ pour rafraîchir les lieux et former les 120 employés. L'an prochain, 500 000 $ seront investis pour aménager une vaste piscine.

Les Terrasses Bonsecours, Vieux-Montréal
slide-image

Auberge Godefroy, Bécancour

Il n'y a pas que les restaurateurs qui peuvent profiter des retombées d'une jolie terrasse. Certains hôteliers peuvent en faire autant. Mobilier en rotin haut de gamme, fontaine, grands parasols, barbecue... La direction de l'Auberge Godefroy, à Bécancour, a investi plus de 350 000 $ pour aménager une cour intérieure de 150 places. Les retombées ont été immédiates. «Depuis l'ouverture de la terrasse en 2009, nos ventes de nourriture et de boissons augmentent de 12 à 17 % par année», dit Marie-Ève Boisclair, vice-présidente, ventes et marketing. En plus d'attirer la clientèle d'affaires locale, la terrasse est devenue un argument de vente pour séduire les organisateurs de congrès. «Difficile d'évaluer combien de congrès nous rapporte cette terrasse, mais toutes les organisations de passage en saison estivale profitent de notre installation», dit Mme Boisclair.

Auberge Godefroy, Bécancour
slide-image

Restaurant Le Richmond, Griffintown

Quand des restaurateurs décident de consacrer près de la moitié des places de leur restaurant à une terrasse, ils ont avantage à ce qu'elle soit fréquentée. C'est la raison pour laquelle le chef Paul Soucie et le designer de mode Luc Laroche, propriétaires du Restaurant Le Richmond, dans Griffintown, ont investi plus de 250 000 $ pour aménager une terrasse trois saisons à l'arrière de leur resto. Équipée d'un toit rétractable, l'infrastructure de 130 places demeure accessible d'avril à décembre. «C'est l'une des rares terrasses de cour intérieure dans le quartier. Il y a de la verdure, des arbres matures, et les clients mangent au son du chant des oiseaux», affirme M. Laroche. En février, Le Richmond a remporté le prix «Terrasse» lors des Grands prix du design présenté par Architecture du Québec.

Restaurant Le Richmond, Griffintown
slide-image

Restaurant Aviatic, Québec

Le restaurant Aviatic n'est pas seulement une institution depuis 25 ans, à Québec, mais c'est l'une des terrasses les plus courues. En fait, il est maintenant question de deux terrasses. L'année dernière, les propriétaires ont investi 60 000 $ pour aménager une seconde terrasse de 75 places. La première en compte 100. «Aménagée à l'arrière de la gare du Palais, cette deuxième terrasse sert davantage lors des soirées privées», dit l'un des propriétaires, Richard Demers. Les terrasses de l'Aviatic, qui mettent en vedette une généreuse carte d'une quarantaine de cocktails, génèrent plus du quart du chiffre d'affaires du restaurant. «Voire plus de 30% lorsque la météo ne nous joue pas de tours», indique M. Demers.

Restaurant Aviatic, Québec
slide-image

Atelier Archibald, Granby

Le chef Laurent Godbout ne lésine pas sur le décor de la terrasse de son restaurant, l’Attelier Archibald. Foyer, coussins rouges, chute d’eau, verdure, auvents, chauffe-terrasse… Depuis l’ouverture en 2009, près d’un quart de million de dollars ont été injectés pour faire de cette terrasse de 75 places (120 si on déplace le mobilier) l’une des plus belles de la région. Et ça paye. « Chaque semaine, on reçoit des dizaines d’entreprises à l’heure du lunch ou pour des 5 à 7. Et les week-ends de beau temps, on attire plus de 400 clients », mentionne Johanne Gagnon, copropriétaire du restaurant. La terrasse représente plus de 30 % de son chiffre d’affaires. 

Atelier Archibald, Granby
slide-image

Brasseurs du temps, Gatineau

En installant leur microbrasserie rue Montcalm, dans le Vieux-Hull, les proprios des Brasseurs du temps n’ont jamais douté du succès de leur terrasse. Bordée par le ruisseau de la Brasserie, la terrasse de 265 places est régulièrement bondée les midis et les soirs d’été. Même chose pour la terrasse privée de 40 places, aménagée près de la chute. « Des groupes la réservent plus de quatre fois par semaine pour des cocktails, des conférences de presse, des lancements de livre, des vernissages », fait savoir Marc Godin, vice-président et responsable du développement des affaires aux Brasseurs du temps. Notez que la popularité des lieux a contribué à la revitalisation du quartier. Depuis l’ouverture de la brasserie en 2009, plusieurs galeries d’art ont ouvert leurs portes dans le secteur. La sommelière Véronique Rivest y a même ouvert le bar à vin Soif.

Brasseurs du temps, Gatineau
slide-image

Edgar Café Bar, Sept-Îles

Les Septiliens sont loin de bénéficier de la plus longue saison estivale du Québec. Qu’à cela ne tienne, la propriétaire du restaurant Edgar Café Bar, à Sept-Îles, a investi, en 2013, plus de 20 000 $ pour ajouter une 2e terrasse à l’étage de son établissement. Et cela a valu le coup. « Au total, ce sont 50 places de plus qui sont offertes de juin à septembre, soit la saison de l’année la plus achalandée », indique la propriétaire, Claudine Lejeune. Notez qu’il n’y a pas de chauffage sur les terrasses, mais la maison fournit une bonne trentaine de couvertures...

Edgar Café Bar, Sept-Îles
slide-image

Point-Virgule, Saint-Georges

Lors des importantes rénovations de 5 M$ dont a fait l’objet Le Georgesville, à Saint-Georges, la direction en a profité pour aménager une terrasse de 75 places en 2010. Un toit rétractable a été ajouté en 2011. Depuis, l’infrastructure, qui surplombe la ville et la rivière Chaudière, fait un tabac. « Les gens réservent leurs places avant même que la terrasse n’ouvre en juin. D’ailleurs d’année en année, on doit devancer la date d’ouverture », mentionne Sophie Faubert, déléguée commerciale.  

Point-Virgule, Saint-Georges
slide-image

Savini, Québec

Aménagée sur Grande Allée, à Québec, cette terrasse est de loin la plus illuminée en ville. Les proprios ont injecté au bas mot 100 000 $ pour y installer un système de lumières qui embellit la populaire artère de la Haute-Ville. L’établissement, très couru par les visiteurs de la colline parlementaire, ne prend malheureusement aucune réservation. Mais la terrasse de 80 places acquiert du volume au fur à mesure que l’été avance, signale Jean-Benoît Morin, directeur adjoint de l’établissement. Quarante nouvelles places s’ajoutent lors de la Saint-Jean-Baptiste et quarante autres pendant le Festival d’été.

Savini, Québec
slide-image

Saint-Mo bistro gourmand, Shawinigan

Pour plusieurs restaurants, la terrasse correspond à plus de 50 % des recettes estivales. Ce qui est justement le cas au St-Mo bistro gourmand, à Shawinigan. En plus d’offrir 250 places réparties sur deux étages, la terrasse donne vue sur la rivière Saint-Maurice et la Cité de l’Énergie. « Cela nous permet d’accueillir des dizaines de 5 à 7 par semaine organisés par les entreprises locales », souligne la propriétaire, Julie Rheault. Chaque année Mme Rheault investit un peu plus de 3 000 $ pour embellir la terrasse de fleurs et de verdure. Cette année, on change également toutes les tables extérieures.

Saint-Mo bistro gourmand, Shawinigan
slide-image

Bar Bistro L’Entracte, Val-d’Or

Il ne suffit pas d’avoir une terrasse avec des chaises et des tables pour attirer les 5 à 7 d’entreprises. C’est la raison pour laquelle cette terrasse de Val-d’Or dispose depuis l’an dernier d’un tout nouveau mobilier qui s’ajuste aux demandes de la clientèle. La propriétaire, Louiselle Blais, a investi 15 000 $ pour renouveler la signature de sa terrasse de 40 places assises. L’espace, qui peut recevoir jusqu’à 100 personnes à la demande du client, accueille également des conférences de presse et des lancements de produits.  

Bar Bistro L’Entracte, Val-d’Or
Par Claudine Hébert

Plusieurs restaurateurs n'hésitent pas à investir des dizaines de milliers de dollars pour faire de leur section extérieure une destination incontournable des événements d'affaires. Voici quelques terrasses dignes de mention dans les régions de Montréal, Trois-Rivières et Québec.


À lire aussi:
10 conseils pour un gala réussi
Des verres consignés pour les grands événements


image

Gestion de l'innovation

Jeudi 20 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

À la une

Entreprises québécoises: comment se conformer au RGPD?

Édition du 22 Septembre 2018 | Jean-François Venne

L’entrée en vigueur, en mai 2018, du Règlement général sur la protection des données (RGPD) dans l’Union européenne...

America inc. exhorte Trump à garder le Canada dans l'ALÉNA

19/09/2018 | François Normand

Les poids lourds d’America Inc. demandent aussi trois choses aux négociateurs.

ALÉNA: encore du travail avant de parvenir à un accord entre Washington et Ottawa

19/09/2018 | AFP

Beaucoup de travail reste à faire au cours des discussions de haut niveau qui ont repris mercredi à Washington.