Bell-Astral : un autre refus serait «épouvantable pour le Québec»

Publié le 22/11/2012 à 09:31, mis à jour le 26/11/2012 à 17:07

Bell-Astral : un autre refus serait «épouvantable pour le Québec»

Publié le 22/11/2012 à 09:31, mis à jour le 26/11/2012 à 17:07

Par Martin Jolicoeur

En prévision de sa fusion avec Astral, Bell veut accroître ses liens avec l'industrie culturelle québécoise.

Convaincue qu’un nouveau refus du CRTC serait dommageable pour la province, Bell entend redoubler d’efforts pour convaincre le milieu culturel québécois des bienfaits de son projet d’acquisition d’Astral Media.


Au cours des prochains mois, Bell cherchera par tous les moyens à multiplier les rencontres, échanges, et discussions avec les artisans de l’industrie culturelle québécoise, a appris LesAffaires.com.


«Nous voulons parler avec les gens, les rassurer, leur dire ce qu’on veut faire au Québec», a confié mercredi la vice-présidente exécutive de Bell pour le Québec, Martine Turcotte. «Il y a beaucoup de craintes dans le milieu culturel québécois. Je parlerais même de méconnaissance. Je voudrais que ça change.»


Le 19 novembre dernier, Bell et Astral ont présenté un nouveau projet de fusion au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC). Un mois plus tôt, ce dernier avait refusé d’autoriser la transaction de 3,4G$, prétextant qu’elle ne servirait pas l'intérêt des Canadiens ni celui du système canadien de radiodiffusion.


Des craintes injustifiées


En entrevue avec LesAffaires.com, la vice-présidente de Bell Canada au Québec a fait valoir que les craintes du milieu culturel québécois n’étaient pas justifiées. «Nous avons un très grand respect pour le Québec et comprenons à quel point son identité est différente. Les gens qui nous connaissent le savent.


Ce serait le cas par exemple de clients de Bell comme le Cirque du Soleil, Evenko et Spectra, énumère-t-elle au passage. «Demandez à Alain Simard (président de Spectra) ce qu’il en pense. Il n’a aucun problème à travailler avec Bell. Ni maintenant, ni après (ne fusion avec Astral).»


Sur le même sujet

BlackBerry achète la société qui sécurise le téléphone d'Angela Merkel

29/07/2014 | AFP

BlackBerry continue de se renforcer dans le marché de la sécurité des communications pour entreprises.

10 choses à savoir lundi

21/07/2014 | Gaële Fontaine et Yannick Clérouin

Les fusions et acquisitions à un sommet de 7 ans, PKP pourrait devoir placer ses actions en fiducie, recul à Wall Street

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Comment j'ai épargné près de 1 000$ en planifiant un voyage d'affaires avec Flightfox

BLOGUE. Grâce à une start-up montréalaise, on peut optimiser un itinéraire de voyage de manière à économiser beaucoup.

Québecor presse Ottawa avant d'investir dans une expansion pancanadienne

L'expansion pancanadienne dans le sans-fil se fera si l'entreprise peut minimiser ses risques financiers, dit le PDG.

Bombardier: la vente d'une division n'est pas exclue

Bombardier n’exclut pas la possibilité de vendre, en tout ou en partie, une ou plusieurs de ses nouvelles entités.