" Ma génération doit provoquer le changement "

Publié le 29/01/2011 à 00:00, mis à jour le 07/02/2011 à 14:06

" Ma génération doit provoquer le changement "

Publié le 29/01/2011 à 00:00, mis à jour le 07/02/2011 à 14:06

Par Diane Bérard

[Photo : Gilles Delisle]

François-Philippe Champagne, Directeur du développement stratégique et membre du comité de direction, AMEC. Ce Québécois fait partie des jeunes leaders qui proposent aux gestionnaires de prêter serment pour un capitalisme plus responsable.


C'est votre deuxième participation à Davos. Quelle est votre contribution cette année ?


En compagnie d'autres membres du Young Global Leaders, un sous-groupe du Forum économique mondial, je présenterai le serment mondial de la communauté d'affaires (global business oath, www.globalbusinessoath.org). Il s'agit d'un texte d'une page que nous avons écrit il y a deux ans, dans la foulée de la crise financière. Nous sommes partis du constat que celle-ci fut d'abord une crise de valeurs qui a mené à une crise économique. Le serment vient forcer les gestionnaires à reconnaître qu'ils ont un rôle à jouer à l'extérieur de leur entreprise, dans la société. Il contient huit engagements liés à des thèmes aussi variés que les pots-de-vin, la divulgation du risque et les droits de l'homme. Pour l'instant, les diplômés aux MBA d'une vingtaine d'universités le prononcent. J'espère que les universités canadiennes adhéreront au mouvement. À Davos, nous présenterons ce serment à une cinquantaine de pdg de multinationales, en souhaitant qu'ils l'adoptent et l'intègrent à leur code d'entreprise.


Était-ce le rôle de votre génération, les 35-40 ans, de proposer ce serment ?


Je crois que oui. Nous sommes la génération intermédiaire, celle qui doit bâtir les ponts entre l'ancien et le nouveau capitalisme.


Davos réunit l'élite mondiale. Quelle place y a-t-il pour la relève ?


Une place bien plus importante que je ne laurais imaginée, pour trois raisons. Dabord, cette élite vient seule, sans son entourage habituel. Nous avons donc accès à ces personnes sans intermédiaire. Ensuite, elle a été catapultée d'un monde de certitudes à un autre de doutes. Or, douter vous rend plus ouvert aux suggestions venues d'autres univers. Finalement, nous sommes passés d'un système où l'âge donnait la crédibilité à un autre où les idées priment. Des succès comme celui de Mark Zuckerberg changent les perceptions et le rapport de force. Ce n'est plus l'orientation sexuelle, l'âge, le sexe ou la couleur qui comptent, ce sont les idées que vous apportez. Jadis, l'information donnait le pouvoir. Aujourdhui, tout le monde a accès à la même information en même temps. Reste les idées. Si les vôtres peuvent contribuer à réparer le système, on vous écoutera jusqu'au bout.


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Voici LE livre à lire avant d'entamer 2019!

10/12/2018 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Un indice : ce livre exceptionnel peut vraiment vous permettre d'enfin faire des choix éclairés à l'avenir.

Voici comment avoir des réunions vraiment utiles!

BLOGUE INVITÉ. L'un des trucs, c'est de vous demander combien coûte chacune des réunions auxquelles vous participez.

À la une

Pierre Lassonde : bien plus qu'un donateur

Édition du 08 Décembre 2018 | René Vézina

Pierre Lassonde a fait fortune dans le secteur de l'or. Et ce sont désormais les lingots de philanthropie qu'il a ...

Bourse: Wall Street termine en hausse une séance volatile

Mis à jour le 10/12/2018 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. «Beaucoup de gens semblent vouloir se préparer pour le scénario du pire», avance un spécialiste.

À surveiller: Banque Royale, Champion et Cogeco

10/12/2018 | François Pouliot

Que faire avec les titres de la Banque Royale, Champion Iron Ore et Cogeco Communications?