VersaCold achète Coastal Pacific Xpress

Publié le 14/03/2016 à 12:00

VersaCold achète Coastal Pacific Xpress

Publié le 14/03/2016 à 12:00

Par François Normand

VersaCold, le cinquième manutentionnaire d'aliments réfrigérés en Amérique du Nord, achète sa compatriote canadienne Coastal Pacific Xpress, un transporteur réfrigéré présent sur la côte ouest.


Cette annonce faite ce lundi survient trois mois après l'acquisition de Gary Heer Transport par VersaCold, en février, et la création d'une nouvelle filiale, Solutions de transport nord-américaines de VersaCold limitée (STNAV).


Le montant de la transaction n'est pas public. La transaction, qui est assujettie aux conditions habituelles de clôture, y compris l'obtention d'approbations réglementaires pertinentes, devrait être finalisée au cours du premier semestre de 2016.


L'achat de Coastal Pacific Xpress permet donc à VersaCold, dont le siège social est à Vancouver, de poursuivre sa croissance en Amérique du Nord.


«Cette acquisition fort intéressante est un grand pas vers l'atteinte de notre objectif d'être le premier fournisseur en importance au Canada de solutions de chaîne d'approvisionnement totales et entièrement intégrées», indique dans un communiqué Douglas Harrison, président et chef de la direction de VersaCold.


L'entreprise est présente dans toutes les provinces canadiennes, à l'exception de l'Île-du-Prince-Édouard. Au Québec, elle exploite un centre de distribution à Montréal, dans l'arrondissement Lachine.


Pour sa part, Coastal Pacific Xpress a des activités en Colombie-Britannique et en Alberta, en plus de desservir des États de la côte ouest américaine.


Cette transaction survient alors que l'industrie logistique nord-américaine tourne au ralenti en raison du ralentissement économique au Canada et ailleurs dans le monde, notamment en Europe et en Chine.


Aussi, malgré cette consolidation, les entreprises qui utilisent les services de VersaCold ou de Coastal Xpress n'ont pas à craindre des hausses de tarifs, estime Christian Sivière, président de Solimpex, une firme de consultant et de formation en commerce international.


«Comme les tarifs sont à la baisse en Amérique du Nord, ce type de transaction peut au mieux les stabiliser, mais pas les faire augmenter», dit-il lors d'un entretien téléphonique.


Avec l'Autriche et les Pays-Bas, le Canada est l'un des marchés dans le monde où les capacités d'entreposage de produits réfrigérés progressent le moins vite, selon l'International Association of Refrigerated Warehouses.


De 2008 à 2014, les capacités ont augmenté de 4,69% en moyenne par année au Canada comparativement à 9,29% aux États-Unis.


Ce sont dans les économies émergentes où les capacités d'entreposage progressent le plus vite. Par exemple, sur la même période, elles ont bondi de 68,11% en Turquie et de 43% en Inde.


Le Royaume-Uni est l'exception qui confirme la règle avec une hausse de 31,21%.


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

La politique canadienne polluerait les négociations de l'ALÉNA

21/09/2018 | AFP

«Il s’agit d’un très bon accord, élaboré pour séduire le Canada », croit un conseiller économique de la Maison-Blanche.

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: