Rona: Lowe's veut encore acheter au Canada

Publié le 19/11/2012 à 11:56, mis à jour le 19/11/2012 à 12:39

Rona: Lowe's veut encore acheter au Canada

Publié le 19/11/2012 à 11:56, mis à jour le 19/11/2012 à 12:39

Par Martin Jolicoeur

L'américaine Lowe's se dit toujours prête à acheter au Canada. Photo: Bloomberg

Malgré son revers des derniers mois avec Rona, la direction l’américaine Lowe’s continue de se dire intéressée par l’acquisition d’entreprises au Canada.


Robert A. Niblock, président et chef de la direction de Lowe’s l’a confirmé ce matin, à l’occasion de la présentation de ses résultats du troisième trimestre de 2012.


«Nous aimons le marché que représente le Canada et nous sommes satisfaits de notre performance de nos 32 magasins ouverts dans ce pays jusqu’à maintenant, a-t-il dit. Il nous faut maintenant accroître notre portée dans ce pays, au moyen notamment d'ouverture d'un plus de grande nombre de magasins entrepôts, et d'autres formats.»


En plus de l’ouverture de nouvelles succursales aux cours des prochains mois, l’entreprise a lancé en octobre un site Web au Canada, par lequel Lowe’s rend maintenant disponible quelques 30 000 de ses items au pays.


Mais il faudra plus. Est-ce que l'acquisition de Rona fait toujours partie des plans? Sur ce, M.Niblock s'est montré muet.


«Nous allons continuer d’observer les possibilités d’acquisitions (dans ce pays), comme moyen de prendre de l’expansion. Toutes les options seront évaluées», a-t-il déclaré, refusant de préciser sa pensée, tant en terme de territoires que de bannières visées.


À suivre dans cette section

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Procter & Gamble, ou ce qu'il faut éviter de faire de son portefeuille

24/10/2014 | Philippe Leblanc

BLOGUE. Hier matin, le géant Procter & Gamble a annoncé qu’il comptait se séparer de sa ...

Les marchés doivent-ils craindre l'Ebola?

24/10/2014 | Pierre Czyzowicz

BLOGUE. L'épidémie actuelle d'Ebola est la plus importante depuis la découverte du virus en 1976. Au-delà de la tragédie humaine, quels sont les impacts financiers et économiques?

La marche est haute pour les Québécoises BRP et Uni-Sélect

Face à leurs rivales Polaris et O'Reilly, la marche est vraiment haute pour BRP et Uni-Sélect.