Robert Chevrier passe de la présidence du conseil de Quincaillerie Richelieu à celle de Rona

Publié le 21/01/2013 à 08:33, mis à jour le 21/01/2013 à 08:55

Robert Chevrier passe de la présidence du conseil de Quincaillerie Richelieu à celle de Rona

Publié le 21/01/2013 à 08:33, mis à jour le 21/01/2013 à 08:55

Par La Presse Canadienne

Le géant québécois Rona a annoncé lundi la nomination de Robert Chevrier à la présidence de son conseil d'administration, dans le cadre de changements convenus avec deux de ses plus importants actionnaires, la Caisse de dépôt et placement du Québec et Invesco Canada.


M. Chevrier est le président du conseil et administrateur d'Uni-Sélect. Il était aussi le président du conseil et administrateur de Quincaillerie Richelieu, poste qu'il quitte après avoir accepté la présidence du conseil de Rona.


M. Chevrier remplace Robert Paré, qui quitte ses fonctions de président du conseil, mais continue de siéger à titre de membre du conseil.


Deux membres du conseil d'administration de Rona, Alain Michel et Patrick Palerme, démissionnent immédiatement et de nouveaux membres ont été recrutés au sein d'un conseil élargi.


Bernard Dorval, Wesley Voorheis, Barry Gilbertson et Guy G. Dufresne se joignent immédiatement au conseil d'administration de Rona.


 

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Plus de femmes aux conseils! Oui, mais comment?

14/10/2015 | Yvan Allaire

Le taux de présence des femmes aux conseils d’administration de sociétés cotées en Bourse est faible. Pourtant...

Les brèves de la semaine

Édition du 03 Octobre 2015 | Les Affaires

Voici les brèves de la semaine ...

OPINION CA: le surveillant
Édition du 26 Septembre 2015 | Géraldine Martin
Les administrateurs québécois valent-ils leur salaire ?
Édition du 26 Septembre 2015 | Diane Bérard
Femmes et CA
Édition du 26 Septembre 2015 | Diane Bérard

À la une

Pétrole d'Anticosti: l'incompréhensible position du gouvernement

09/02/2016 | François Pouliot

BLOGUE. Disons-le, puisqu'il s'agit d'Anticosti: une approche avec moins de panache aurait diminué le risque financier.

Rona: c'est Ottawa qui tranchera, concède Anglade

09/02/2016 | AFP

C'est ultimement Ottawa qui décidera si les garanties fournies par Lowe's pour acquérir Rona sont suffisantes.

Voici la preuve que les employés ont moins de pouvoir qu'avant

09/02/2016 | Julien Abadie

La menace de démissionner n'est clairement plus un levier de négociation efficace...