Mode: Montréal veut faire sensation au prochain Magic de Las Vegas

Publié le 12/12/2017 à 12:14

Mode: Montréal veut faire sensation au prochain Magic de Las Vegas

Publié le 12/12/2017 à 12:14

Par Martin Jolicoeur

Pajar fera partie de la délégation montréalaise qui se rendra à Las Vegas en février.

L’industrie de la mode montréalaise entend, pour la première fois, marquer un grand coup à l’occasion du prochain Magic 2018 de Las Vegas, le plus important rendez-vous de mode en Amérique du Nord.


Mmode, le secrétariat de la grappe de l’industrie de la mode à Montréal, espère profiter de l’occasion pour promouvoir le savoir-faire des entreprises d’ici dans ce secteur et, par la force du nombre et du regroupement, contribuer à mieux positionner Montréal comme plaque tournante de l'industrie au Canada. 


«Les gens, et plus encore aux États-Unis, ne réalisent pas toujours à quel point Montréal est importante. Pourtant, Montréal se classe au troisième rang dans le secteur de la confection de vêtements en Amérique du Nord, tout juste après Los Angeles et New York, soutient Eric Wazana, président de Yoga Jeans et co-responsable de cette première mission mode du Québec à Las Vegas. Par cette mission commerciale, nous souhaitons que cela change.»


Le Magic, une initiative de UBM Fashion, est considéré comme la plus importante foire commerciale du secteur de la mode en Amérique du Nord. Du 12 au 14 février prochains, on s’attend à ce qu’il rassemble plus de 4 000 exposants et quelque 58 000 professionnels de l’industrie à travers le monde.  Lors de sa dernière édition, en août 2017, à l’occasion de la présentation des collections printemps/été 2018, le Magic avait attiré quelque 76 000 visiteurs, des professionnels de l’industrie pour la plupart. 


Plusieurs entreprises montréalaises sont déjà des habituées de cette foire professionnelle, aussi qualifiée de B2B. En s'y rendant, les entrepreneurs courent la chance de tisser des liens avec l’énorme marché que constitue les États-Unis (70% des exportations canadiennes dans le secteur). Deux fois l'an, créateurs, grossistes et acheteurs de la plupart des grands distributeurs et détaillants de la planète s'y donnent rendez-vous.


«En nous y présentant ensemble cette année, réunis au sein d’un groupe plutôt que séparément comme par le passé, nous espérons mettre en valeur le leadership de Montréal comme plaque tournante de la mode, explique Debbie Zakaib, directrice générale de Mmode.


«Nous souhaitons aussi en profiter pour aider des plus petits joueurs qui, autrement, pourraient se sentir intimidés ou perdus devant un évènement d’une telle envergure, poursuit Mme Zakaib. C’est LE lieu pour rencontrer les bonnes personnes, décrocher de vrais contrats, ou se faire des contacts qui peuvent faire une différence dans la vie d'un entrepreneur. Nous voulons aider à rendre de telles rencontres possibles.»


Plus de 60 entreprises à Vegas


Pour l’heure, un total de 62 entreprises québécoises ont confirmé leur présence à Las Vegas. Parmi elles, des entreprises connues comme Buffalo Jeans, Pajar, Quartz, Stefanka et Lolë. Et d'autres, moins connues du grand public, comme Lemur kids, Gorski Group ou Wolfie Furs Canada.


Leur nombre devrait continuer de croître au cours des prochaines semaines. «Mais avec déjà plus de 60 entreprises, pour une première, nous estimons déjà notre mission comme une réussite», affirme M. Wazana, non sans fierté. Devraient aussi participer à cette mission, Export Québec, Montréal International et la Chambre de commerce du Montréal Métropolitain.


Mmode travaille actuellement à la confection d’un espace de plus de 1000 pi2,  avantageusement situé au carrefour le plus en vue du salon principal du Mandalay Bay Convention Center. Haut en couleurs et éléments visuels, ce pavillon baptisé Mtlstyle servira «de galerie, ou de vitrine à la créativité, à l’innovation montréalaise», explique-t-on. Un nouveau magazine mode, avec Céline Dion en couverture, sera distribué. Enfin, quatre autres lounges satellites, répartis dans différentes sections du salon, viendront compléter l’offre montréalaise. 


Offensive de 2,5 M$


Selon les organisateurs, une telle offensive commerciale représente pour les entreprises des investissements totaux variant entre 1,5M$ et 2,5M$. On s’attend à ce que le gouvernement du Québec mette l’épaule à la roue pour aider financièrement la mission ou les entreprises participantes. Mais au moment d’écrire ces lignes, le montant de sa contribution demeurait un mystère.


L’écosystème complexe du secteur de la mode à Montréal engrange annuellement de ventes de 7G$ en biens manufacturés et vêtements des grossistes-distributeurs. Avec plus de 1 850 intervenants (fabricants, grossistes, distributeurs et créateurs), ce secteur industriel regrouperait à Montréal quelque 28 000 travailleurs, ou 48% des emplois du secteur au Canada, selon Mmode


En y ajoutant les emplois dans le commerce de détail de toute la province, Mmode estime qu'il faut compter quelque 55 000 travailleurs de plus, pour un total de 83 000 travailleurs. Enfin, globalement, on estime que 70% de ces emplois liés à la mode au Québec sont situés dans le Grand Montréal.


Créée en mai 2015, la Grappe métropolitaine Mmode dispose depuis 2017 d’un budget de fonctionnement de 1M$, financé principalement par les membres de l’industrie. En 2016, Québec a contribué pour quelque 181 000$ à son fonctionnement et la Communauté métropolitaine de Montréal pour 200 000$.


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

Sur le même sujet

Un bâtiment à l'image de Coalision

Édition du 30 Avril 2016 | Jean-François Venne

En quittant la Rive-Sud pour un immeuble patrimonial du Vieux-Montréal, à l'orée du quartier des affaires, Coalision ...

OPINION

À la une

Le rouge s'impose sur les Bourses de Toronto et New York

17:25 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

L'activité industrielle américaine et son secteur de l'automobile commencent à pâtir des sanctions de la Chine.

«La Fed va tuer le marché haussier»

David Rosenberg, économiste en chef de Gluskin Sheff + Associates, croit qu'on a déjà atteint le sommet du cycle.

Hydropothecary gradue au S&P/TSX demain, son action gagne 6%

Le producteur de pot de Gatineau qui multiplie par 30 sa capacité de production ambitionne de se hisser parmi les grands