L'appel qui a tout changé

Publié le 15/10/2015 à 08:00

L'appel qui a tout changé

Publié le 15/10/2015 à 08:00

Par lesaffaires.com








«C’était un mardi matin de décembre, soit plus de deux mois après avoir envoyé les échantillons à la Vodka Masters. Nous n’avions toujours aucunes nouvelles et, à ce point-là, j’avais même oublié y avoir participé ! Je venais de sortir promener mon chien, Roméo, quand j’ai reçu un appel. Il s’agissait d’un numéro international. Sur le coup, j’ai cru que c’était mon père, qui vit en France. Quand il m’appelle, une dizaine de chiffres apparaissent sur mon téléphone. J’ai répondu, et ce n’était pas mon père ; c’était une dame avec un fort accent britannique. Elle demandait à parler au « vice-président communication quelque chose de PUR Vodka », bref, un titre qui avait l’air prestigieux. Je lui ai dit que c’était moi. (Peu importe le titre qu’elle aurait donné, j’étais seul au beau milieu d’une ruelle !)


Elle m’a aussitôt félicité : « Congratulations ! You have just won ! » Immédiatement, j’ai pensé aux fameuses croisières aux Bahamas que je « gagnais » souvent. Mais non, elle a répété : « Congratulations ! You just won the Vodka Masters ! You’ve just been named world’s best vodka ! » J’avais de la difficulté à la comprendre. En fait, je ne comprenais rien. Je regardais Roméo, Roméo me regardait, et je n’arrivais pas à parler. Après quelques secondes de mutisme, j’ai dit à la dame que j’étais dans ma voiture et que je l’entendais mal ! C’était faux mais, devant une nouvelle de cette ampleur, je voulais une preuve. Je lui ai donc demandé de m’envoyer un courriel. À cette étape de ma vie, j’avais besoin d’une confirmation ; c’était trop beau pour être vrai !


La dame a acquiescé et raccroché. Quelques secondes ont suffi pour que je reçoive son courriel. Plus je le lisais, plus des sentiments contradictoires m’envahissaient. Je n’arrivais pas à le croire : nous venions de remporter le titre de la meilleure vodka du monde avant même d’avoir vendu notre première bouteille, avant même qu’elle soit offerte dans un seul point de vente à travers la planète ! Nous étions de purs inconnus et nous venions de rafler le premier prix de la plus prestigieuse compétition de vodka du monde !


Mon premier réflexe a été d’appeler Karolyne, puis Christopher. Ils ne répondaient pas. J’étais en train de devenir fou, dans la ruelle avec Roméo. J’avais reçu la meilleure des nouvelles ; j’avais envie de hurler de joie, de sauter dans les bras de tout le monde que je croisais ! Nous venions de remporter la plus prestigieuse compétition du monde, de battre les vodkas les plus renommées, de nous faire un nom ! Quelques minutes plus tard, Karolyne m’a rappelé. Elle venait tout juste de se lever. J’ai pris quelques secondes à lui apprendre la nouvelle ; j’avais le souffle coupé. Immédiatement, Karolyne s’est mise à pleurer de joie. Presque en même temps, j’ai reçu un appel de Christopher. Il ne me croyait pas, il n’en revenait pas. Quelques semaines auparavant, nous avions vécu un revers cinglant, un coup que nous croyions fatal de la part de la SAQ et, là, nous nous retrouvions avec le titre de la meilleure vodka du monde ! Pas du Québec, pas du Canada… du monde !


Cette journée reste l’une des meilleures de ma vie. J’étais tellement heureux que je me sentais comme sur un nuage. Cette victoire était la reconnaissance de toutes ces années de travail et de sacrifices, le signe de la vie qu’il faut toujours persévérer, ne jamais abandonner. Tout à coup, chaque minute que j’avais passée à laver des planchers me semblait en avoir valu la peine. J’étais bombardé de demandes d’entrevue par des journaux et des revues spécialisées. Mon téléphone n’arrêtait pas de sonner. Tous les journalistes du milieu voulaient recueillir mes commentaires… mais surtout savoir qui nous étions ! Je les comprends : nous étions d’illustres inconnus, sans site Web, sans page Facebook, sans historique de vente… Nous n’avions rien, sauf le titre de la meilleure vodka du monde !


Vers 15 h ce jour-là, la réalité m’a toutefois rattrapé. L’espace de quelques heures, j’avais oublié l’hôpital, oublié que, malgré cette victoire, j’avais absolument besoin de travailler. J’avais beau avoir la meilleure vodka du monde, je n’avais pas un sou en poche ; il fallait que je me rende au boulot. Cette fois-là, cependant, les choses ont été différentes. J’avais hâte de partager la nouvelle avec mes amis, de leur montrer que je n’avais pas travaillé toutes ces années pour rien. Depuis des années, j’avais gardé mes aspirations plus ou moins secrètes. Je préférais réserver les détails ma vie personnelle à mes proches et à quelques amis mais, là, j’avais envie de crier ma victoire sur tous les toits !


Ce soir-là, je travaillais à l’urgence. Ceux qui m’ont aperçu n’ont pas dû comprendre mon état. Ils ne verront certainement plus jamais un préposé à l’entretien aussi content de ramasser des poubelles et de passer la « moppe » ! J’avais un sourire collé aux lèvres. Même si je lavais des planchers, j’avais la meilleure vodka du monde, et personne ne pouvait m’enlever ça. J’étais si fier. Plus rien ne pouvait m’arrêter.


Les semaines suivantes ont été des semaines de transition. Nous étions maintenant sur le radar de certains distributeurs, et il y avait une forte demande pour notre produit dans plusieurs pays. Christopher et moi avions à prendre d’importantes décisions concernant la direction de notre entreprise. Commencions-nous l’exportation tout de suite ? Nous concentrions-nous plutôt sur le marché local afin de bâtir une base solide ? C’était l’heure des décisions, et il fallait prendre les bonnes. Quelques semaines plus tard, nous recevions une autre excellente nouvelle : la SAQ acceptait notre produit et nous allions pouvoir commencer à le vendre sous peu… finalement !»


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

eCommerce

Mardi 30 janvier


image

Financement PME

Mercredi 31 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril

Sur le même sujet

Avec 81% d'alcool, cette vodka ontarienne ne doit pas être consommée

03/03/2017 | LesAffaires.com et AFP

Plus de 600 bouteilles de Georgian Bay ont dû être rappelées car elles présentaient une teneur en alcool à haut risque.

Comment l'alcool québécois s'en sort face aux géants du secteur

Édition du 03 Décembre 2016 | Jean-François Venne

Où en est la production d'alcool au Québec ? Le marché se transforme et de petits acteurs tentent d'y faire leur place.

OPINION Alcool: comment les herbes et les épices québécoises tirent leur épingle du jeu
Édition du 03 Décembre 2016 | Jean-François Venne
Du houblon et des vignes locales
Édition du 03 Décembre 2016 | Jean-François Venne
L'aventure douce-amère d'une bière québécoise aux États-Unis
14/06/2016 | Matthieu Charest

À la une

Ventes agressives: Bell n'en a trouvé aucune preuve

«Un tel comportement serait tout à fait contraire aux valeurs de Bell», se défend l’opérateur canadien.

La France veut devenir une «startup nation»

Voici l'ambitieux plan de match de Paris pour stimuler la création d'entreprises et d'emplois en France.

Bourse: la nouvelle prévision audacieuse du stratège de BMO

15:38 |

BLOGUE. Son pronostic a de quoi attirer l'attention.