Vidéo: Jean-Pierre Léger explique pourquoi il a vendu St-Hubert à Cara

Publié le 31/03/2016 à 13:50

Vidéo: Jean-Pierre Léger explique pourquoi il a vendu St-Hubert à Cara

Publié le 31/03/2016 à 13:50

Par Denis Lalonde








Le président du conseil et chef de la direction de Groupe St-Hubert, Jean-Pierre Léger, dit avoir vendu le célèbre rôtisseur québécois à la société ontarienne Cara pour assurer sa pérennité.


Selon lui, la transaction offre un potentiel de croissance à St-Hubert sur le marché canadien. L'entreprise pourra mettre à profits son expertise dans la vente de produits en épiceries pour les bannières contrôlées par Cara, incluant Swiss Chalet, Kelsey's, East Side Marios et Casey's. D'ici quelques années, le chiffre d'affaires de St-Hubert pourrait ainsi passer de 200 millions $ à 300 millions $.


M. Léger, qui a célébré ses 70 ans l'automne dernier, entend jouer un rôle plus effacé au sein de Cara. Il compte toutefois demeurer actif pour faire avancer des dossiers qui profiteraient à tous les restaurateurs de la province.


À lire également sur le même sujet:


St-Hubert: Pas de garantie d'emplois pour le Québec


Pas de grosse pancarte «à vendre» sur le Québec


St-Hubert, Rona, le Cirque: ne mettons pas tout dans le même sac!


St-Hubert avalée par Cara pour 537M$


 


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

À la une

Des obstacles à court terme pour les actions?

Mis à jour le 23/09/2018 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Octobre a déjà mauvaise réputation. La Fed et la saison des résultats pourraient offrir des surprises.

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.