Investissement de 50 M$ à Place Sainte-Foy

Publié le 20/01/2015 à 12:13

Investissement de 50 M$ à Place Sainte-Foy

Publié le 20/01/2015 à 12:13

Par Valérie Lesage

Au milieu d’un concert de mauvaises nouvelles dans le commerce de détail, après les faillites ou fermetures annoncées de Mexx, Jacob, Bedo, Target et d’autres, Ivanohé Cambridge annonce un investissement de 50 M$ à Place Sainte-Foy à Québec. Et à cinq jours de la fermeture du magasin Holt Renfrew, la direction du centre commercial annonce l’arrivée prochaine de Lululemon (printemps) et Nespresso (2016)– qui ne vont toutefois pas s’installer sur la nouvelle surface vacante.


«La démarche qu’on fait ce mardi matin, c’est de ramener de la nouvelle positive parce que, pour être honnête, les dernières nouvelles entendues dans les médias étaient négatives. On doit renverser la vapeur et dire qu’il y a des choses positives qui se passent», a affirmé Jean Landry, vice-président centres commerciaux Québec chez Ivanohé Cambridge, ajoutant être aussi en négociations finales avec la chaîne Zara pour l’agrandissement de son magasin.


Le magasin Atmosphère va être déplacé et agrandi, en cohabitation avec Sports Experts, dans un nouveau concept qui mettra la technologie au bénéfice du service à la clientèle. Il occupera un espace dans la vaste zone (65 000 pieds carrés) qui se libérera bientôt avec le départ de Les Ailes de la mode.


L’aire de restauration rapide sera déplacée et Place Sainte-Foy va aussi bonifier l’offre de restaurants avec des concepts où le client passera plus de temps, ce qui est une demande exprimée par la clientèle, dit-on.


«Le consommateur aujourd’hui sait davantage où il peut obtenir ses produits (grâce à Internet), alors l’objectif est de rallonger sa visite au centre commercial. Un des moyens est d’offrir des concepts de divertissement. La restauration en est un exemple. Ça permet aussi d’attirer une clientèle qui vient de la périphérie parce que dans le même centre commercial, on obtient tout ce dont on a besoin. On peut introduire aussi des cinémas», a fait valoir M.  Landry, précisant analyser toutes les options.


En croissance, le commerce en ligne, qui se chiffre à 7,4 G$ selon le CEFRIO, n’empêche pas les dirigeants de Place Sainte-Foy d’avoir suffisamment confiance en l’avenir des magasins physiques pour investir. Le 50 M$ annoncé est seulement une première phase, disent-ils.


«Ce n’est pas audacieux, c’est nécessaire. Le commerce en ligne est là pour exister, mais je pense qu’il est complémentaire à l’expérience de magasinage, estime M. Landry. L’achat en ligne fait partie des nouvelles habitudes, il y a des articles qui sont plus naturels d’acheter en ligne, mais nous sommes principalement dans la mode et vous ne pourrez jamais remplacer l’expérience en magasin, où on peut apprécier les coupes et la texture du vêtement.»


Néanmoins, il reconnaît que trouver de nouveaux locataires pour reprendre les espaces laissés libres par Holt Renfrew et les Ailes de la mode représente un défi.


L’achalandage, à 8,6 millions de visiteurs par an, est en hausse. Les ventes n’ont progressé que de 1% au cours de la dernière année à Place Sainte-Foy, mais sur un horizon de cinq ans, la progression est de 30% grâce à l’agrandissement de Simons.


Les ventes moyennes annuelles à Place Sainte-Foy totalisent 665$ du pied carré, ce qui en fait le centre le plus productif de la région de Québec, selon son directeur Donald Larose.

À suivre dans cette section


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

Saputo se déleste d'une importante usine en Australie

18/07/2018 | Julien Arsenault, PC

En la cédant à l'un de ses principaux rivaux dans ce marché, Bega Cheese, pour 244 millions de dollars canadiens.

À surveiller: Couche-Tard, Aritzia, GM

Que faire avec les titres d’Alimentation Couche-Tard, Aritzia et GM?

À la une

Des données «portables» pour les internautes

20/07/2018 | AFP

Des géants de la tech, dont Facebook, promettent de faciliter la portabilité des données

Le Club Med «made in Quebec» porte maintenant un nom

20/07/2018 | Catherine Charron

Dites bonjour au Club Med Québec Charlevoix.

Le Japon renoue avec le blé canadien

Le Japon avait interrompu ses importations après la découverte de blé génétiquement modifié et non autorisé en Alberta.