Fini le gaspillage : la viande invendue est donnée à Moisson Montréal

Offert par Les Affaires


Édition du 06 Août 2015

Fini le gaspillage : la viande invendue est donnée à Moisson Montréal

Offert par Les Affaires


Édition du 06 Août 2015

Par François Normand

Le programme de Moisson Montréal pour récupérer la viande invendue de Metro et Loblaw est un bel exemple d’une initiative qui permet de réduire le gaspillage de nourriture et qui profite à la fois aux gens démunis et aux épiciers.


Implanté depuis octobre 2013, le Programme de récupération alimentaire en supermarchés a permis à la banque alimentaire d’économiser 2,7 millions de dollars et de récupérer plus de 180 000 kilogrammes de viande. Auparavant, cette viande était soit transformée en farine animale, soit jetée à la poubelle.


« Cette viande permet à 40 à 60 organisations de ne plus être obligées d’acheter pour nourrir des gens dans le besoin dans la région de Montréal », souligne Dany Michaud, directeur général de Moisson Montréal.


La viande invendue est bien entendu toujours bonne à la consommation. Il s’agit en fait de la viande que les épiciers retirent des tablettes après trois jours.


Moisson Montréal récupère la viande avec des camions réfrigérés, qu’elle affrète à ses frais.


La viande est ensuite congelée et livrée à des organismes tels que l’Accueil Bonneau. Elle est toujours cuisinée sur place ; personne ne peut en rapporter à sa résidence pour l’apprêter par la suite.


Salubrité assurée


Aujourd’hui, Metro et Loblaw collaborent avec Moisson Montréal dans ce projet de récupération de viande invendue. Mais il a toutefois fallu leur apporter de bons arguments pour les convaincre, au premier chef en ce qui a trait au respect de la chaîne de froid pour maintenir la salubrité de la viande, confie Dany Michaud. « Il y avait beaucoup de questions, notamment à propos de l’hygiène et sur le fait qu’il ne devait pas y avoir de revente de viande. »


Le pire cauchemar des épiciers ? Que des gens tombent malades après avoir consommé de la viande qu’ils auraient donnée à Moisson Montréal. Pour les rassurer, la banque alimentaire a fait faire des tests en laboratoire pour s’assurer que la viande congelée à la troisième journée soit toujours comestible, une fois dégelée et cuite sur-le-champ.


De plus, Moisson Montréal a créé un système de traçabilité de toutes les pièces de viande récupérées dans les épiceries, sans parler de données que la banque alimentaire partage régulièrement avec Metro et Loblaw. Toutes ces mesures ont finalement convaincu les deux chaînes d’alimentation de s’engager dans ce projet innovateur.


Réduction de coûts


« Nous avons 23 magasins où la viande est récupérée par Moisson Montréal, et nous en compterons 65 dans les prochains mois, à Montréal et sur la Rive-Sud », affirme Marie-Claude Bacon, directrice principale, services des affaires corporatives chez Metro.


Pour sa part, Loblaw a 45 magasins qui participent au projet de Moisson Montréal (Loblaws, Maxi, Provigo) à Montréal et sur la Rive-Sud. « Ce projet avec Moisson Montréal est gagnant-gagnant », affirme Johanne Héroux, directrice, affaires corporatives et communications pour Loblaw.


Ainsi, non seulement le programme permet-il de nourrir des gens démunis à moindre coût, mais il donne aussi à Loblaw la possibilité de réduire ses coûts de transport exigés par les firmes d’équarrissage et de renforcer l’image de marque de l’entreprise en matière de responsabilité sociale.


« Le rendement demeure un indicateur clé, voire le nerf de la guerre pour une entreprise comme la nôtre, où les marges sont minces, souligne Johanne Héroux. Un tel programme n’aurait pas pu voir le jour s’il s’était soldé par des coûts opérationnels supérieurs à ceux associés à la cueillette de la viande par les firmes d’équarrissage. »


À vrai dire, les épiciers diminuent leurs coûts d’exploitation en donnant la viande invendue, mais en même temps ils se privent de revenus, car la viande invendue en magasin est souvent achetée par des fabricants de farine animale. Le bilan du programme est donc neutre pour Loblaw.


Même chose chez Metro, explique Marie-Claude Bacon. « Nous n’y faisons pas de gains, du point de vue tant de la productivité [les employés ont des manipulations à faire dans les deux cas] que des dollars [les dépenses allouées aux sites d’élimination le sont maintenant au programme de récupération]. »


Les deux chaînes d’épicerie font toutefois remarquer que le gain est avant tout social.


Dans d’autres régions ?


Le projet de récupération de viande de Moisson Montréal est à ce point populaire qu’il pourrait être étendu dans d’autres régions du Québec, selon Dany Michaud.


D’octobre 2013 à juin 2015, la viande a représenté 36 % du poids de toutes les denrées récupérées par Moisson Montréal. En valeur, cela correspond à environ 68 % de la valeur des denrées amassées, laquelle s’élève à plus 4 M$.


Moisson Montréal est aussi en discussion avec Sobeys et IGA, et la banque alimentaire souhaiterait convaincre un jour Costco et Walmart de participer à ce projet.



image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Un géant mondial affamé de croissance en Amérique

BLOGUE. En 2017-2018, le chiffre d’affaires de la multinationale française Bonduelle a grimpé de ...

Le Japon renoue avec le blé canadien

Le Japon avait interrompu ses importations après la découverte de blé génétiquement modifié et non autorisé en Alberta.

À la une

La guerre en Asie est-elle inévitable?

Il y a 47 minutes | François Normand

ANALYSE - Les similitudes entre l'Europe en 1914 et l'Asie de l'Est en 2018 sont troublantes. Voici pourquoi.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

16/11/2018 | Martin Jolicoeur

Quelle entreprise a vu la valeur de son action dégringoler de 36,98% en cinq jours?

Que nous réservent les 10 prochaines années en Bourse?

16/11/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Nous sommes d’avis que les marchés boursiers offriront des rendements intéressants, mais plus modestes.