Ce que coûte et ce que rapporte une franchise

Offert par Les Affaires


Édition du 28 Février 2015

Ce que coûte et ce que rapporte une franchise

Offert par Les Affaires


Édition du 28 Février 2015

Par François Pouliot

Combien coûte une franchise, et combien peut-elle rapporter ?


À lire aussi:
Le potentiel boursier de franchiseurs publics


Complexe question s'il en est une, et, malheureusement, il y a autant de réponses que de projets et d'enseignes.


«Des franchises, il y en a pour tous les prix, dit Stéphane Breault, consultant du secteur et président d'Imagine Franchise. On peut les classer dans quatre ou cinq catégories, en fonction de l'importance des projets.»


Les franchises aux prix les plus élevés nécessitent des investissements d'un million de dollars ou plus. On trouvera dans cette catégorie des noms comme St-Hubert, McDonald's, Forzani, IGA, Rona et des concessions automobiles.


Un peu en dessous, dans ce qu'on pourrait appeler le milieu supérieur, se trouvent des projets qui vont de 500 000 $ à 1 M$. C'est la catégorie des Burger King, A&W, Cora et du détaillant l'Aubainerie.


Ensuite, de 350 000 $ à 500 000 $, logent des cafés comme Tim Hortons, La Prep, et des détaillants comme Panda, alors qu'un peu plus bas, de 200 000 $ à 350 000 $, se trouve la plus petite restauration : Subway et des enseignes comme celles du groupe MTY (Valentine, Thaï, Tiki-Ming, etc.).


Dans la dernière catégorie, celle des franchises les moins chères, on trouvera surtout des enseignes qui offrent des services à domicile, du genre Qualinet ou Adèle.


Une mise de fonds qui varie de 30 % à 40 % du coût du projet


«Le noyau des projets d'investissement en franchise se situe généralement entre 500 000 $ et 2 M$», dit l'avocat Jean H. Gagnon, qui oeuvre depuis plusieurs années dans le domaine.


Évidemment, il n'est pas nécessaire d'avoir la totalité du montant dans ses poches pour obtenir une franchise. Les banques, et même les franchiseurs, dans plusieurs cas, sont en mesure d'avancer le financement.


«Dans les bonnes franchises, il faut généralement prévoir une mise de fonds équivalente de 30 à 35 % du coût total du projet», dit Stéphane Breault. Même son de cloche de M. Gagnon, qui mentionne de 35 à 40 % pour la mise de fonds, selon les secteurs et la valeur des immobilisations sur lesquelles peuvent s'appuyer les prêteurs.


À lire aussi:
Le potentiel boursier de franchiseurs publics



image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

Sur le même sujet

La Caisse de dépôt investit gros dans Frank and Oak

13/02/2018 | Martin Jolicoeur

La Caisse de dépôt devient actionnaire. Et l'aidera à faire meilleur usage de l'intelligence artificielle.

Faire face à Amazon... et tenter de lui survivre

Édition du 10 Février 2018 | Martin Jolicoeur

Dire que l'Américaine Amazon bouleverse l'industrie du commerce du détail est devenu un euphémisme. Les difficultés ...

À la une

La polémique du pourboire partagé entre serveurs et cuisiniers

12:06 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Restaurateurs et syndicats s'affrontent de nouveau sur la question. Et si on supprimait le pourboire?

Banques: un dernier hourra au premier trimestre?

Il y a 44 minutes | Dominique Beauchamp

Difficile de dire si les résultats trimestriels des banques serviront d’étincelle pour leurs titres ...

Attirer des jeunes fonctionnaires avec des bureaux neufs, vraiment?

Il y a 59 minutes | Simon De Baene

BLOGUE INVITÉ. Québec investit 20M par année pour rénover ses bureaux. Les milléniaux sont jeunes, mais pas dupes.