Ce que coûte et ce que rapporte une franchise

Offert par Les Affaires


Édition du 28 Février 2015

Ce que coûte et ce que rapporte une franchise

Offert par Les Affaires


Édition du 28 Février 2015

Par François Pouliot

Combien coûte une franchise, et combien peut-elle rapporter ?


À lire aussi:
Le potentiel boursier de franchiseurs publics


Complexe question s'il en est une, et, malheureusement, il y a autant de réponses que de projets et d'enseignes.


«Des franchises, il y en a pour tous les prix, dit Stéphane Breault, consultant du secteur et président d'Imagine Franchise. On peut les classer dans quatre ou cinq catégories, en fonction de l'importance des projets.»


Les franchises aux prix les plus élevés nécessitent des investissements d'un million de dollars ou plus. On trouvera dans cette catégorie des noms comme St-Hubert, McDonald's, Forzani, IGA, Rona et des concessions automobiles.


Un peu en dessous, dans ce qu'on pourrait appeler le milieu supérieur, se trouvent des projets qui vont de 500 000 $ à 1 M$. C'est la catégorie des Burger King, A&W, Cora et du détaillant l'Aubainerie.


Ensuite, de 350 000 $ à 500 000 $, logent des cafés comme Tim Hortons, La Prep, et des détaillants comme Panda, alors qu'un peu plus bas, de 200 000 $ à 350 000 $, se trouve la plus petite restauration : Subway et des enseignes comme celles du groupe MTY (Valentine, Thaï, Tiki-Ming, etc.).


Dans la dernière catégorie, celle des franchises les moins chères, on trouvera surtout des enseignes qui offrent des services à domicile, du genre Qualinet ou Adèle.


Une mise de fonds qui varie de 30 % à 40 % du coût du projet


«Le noyau des projets d'investissement en franchise se situe généralement entre 500 000 $ et 2 M$», dit l'avocat Jean H. Gagnon, qui oeuvre depuis plusieurs années dans le domaine.


Évidemment, il n'est pas nécessaire d'avoir la totalité du montant dans ses poches pour obtenir une franchise. Les banques, et même les franchiseurs, dans plusieurs cas, sont en mesure d'avancer le financement.


«Dans les bonnes franchises, il faut généralement prévoir une mise de fonds équivalente de 30 à 35 % du coût total du projet», dit Stéphane Breault. Même son de cloche de M. Gagnon, qui mentionne de 35 à 40 % pour la mise de fonds, selon les secteurs et la valeur des immobilisations sur lesquelles peuvent s'appuyer les prêteurs.


À lire aussi:
Le potentiel boursier de franchiseurs publics


À suivre dans cette section


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

DavidsTea vendra maintenant ses thés en épicerie

14/08/2018 | Martin Jolicoeur

Il s'agit d'un revirement de stratégie complet pour la montréalaise, inscrite au Nasdaq.

Le fabricant montréalais Dorel craint l'impact des tarifs américains contre la Chine

Les tarifs douaniers des États-Unis auraient un impact important pour ses trois principaux secteurs d'activité

À la une

Stella-Jones est entre de bonnes mains, après le départ des fondateurs

Le transfert d'actionnariat réglé, le fabricant de poteaux et de traverse peut se consacrer à son plan de relance.

DavidsTea vendra maintenant ses thés en épicerie

14/08/2018 | Martin Jolicoeur

Il s'agit d'un revirement de stratégie complet pour la montréalaise, inscrite au Nasdaq.

D-Box réduit sa perte nette au premier trimestre

14/08/2018 | Denis Lalonde

D-Box a vu sa perte nette reculer à 229 000$ pour son 1er trimestre, grâce à une hausse de 17% de ses revenus.