Black Friday: les détaillants canadiens veulent leur part du gâteau

Publié le 23/11/2012 à 06:00, mis à jour le 23/11/2012 à 07:46

Black Friday: les détaillants canadiens veulent leur part du gâteau

Publié le 23/11/2012 à 06:00, mis à jour le 23/11/2012 à 07:46

Par Stéphane Rolland

Photo:Bloomberg

Pour les Américains, le magasinage du «Vendredi noir» est une véritable messe de la consommation. Les détaillants canadiens contre-attaquent pour ne pas perdre leurs fidèles tandis que le commerce en ligne et le dollar à parité accroissent la tentation des consommateurs du pays.


Le Vendredi noir ou Black Friday est la journée qui succède à l’Action de grâce américaine (Thanksgiving). Cette journée ouvre officiellement la période du magasinage des fêtes.


Visionnez notre diaporama qui montre la folie du magasinage aux États-Unis


Des milliers de consommateurs campent devant les magasins et se ruent dans les allées dans l’espoir de payer un item à moindre prix. La frénésie donne toujours lieu à de tristes nouvelles insolites : bagarres, attaque au poivre de cayenne, piétinement, etc.


L’arrivée du commerce en ligne a donné naissance à son pendant virtuel : le «cyberlundi», soit une journée où les détaillants offrent des aubaines en ligne.


Depuis trois ou quatre ans, les détaillants canadiens emboîtent le pas avec cette tradition américaine dans le but de retenir leurs clients. «Ça s’est vraiment répandu aux détaillants canadiens, raconte Gaston Lafleur, pdg du Conseil québécois du commerce de détail (CQCD). J’ai même vu des publicités pour vendre des avions et des bateaux.»


Chez Future Shop Canada, c’est la troisième année où l’on présente une offre promotionnelle en lien avec le Cyber lundi et le Vendredi noir. L’engouement est tel que les ventes de Future Shop ont bondi de 50 % l’an dernier durant la journée du Cyber lundi. «On a vu qu’il y avait un intérêt et qu’il avait plus de monde en ligne cette journée», explique Thierry Lopez, porte-parole de la chaîne de magasins de produits électroniques.


Selon un sondage effectué pour le compte de Staples, l’exploitant de Bureau en Gros au Québec, 60 % des Canadiens anticipent que les promotions du Vendredi noir seront plus intéressantes que celle du « Boxing Day ».


De nombreux détaillants ont conçu une stratégie publicitaire canadienne pour ces deux journées. Parmi eux, on compte Sears, Walmart, Bureau en Gros et Toys R Us. Certains détaillants ont même décidé d’ouvrir leurs portes plus tôt afin d’accueillir davantage de consommateurs.


Une façon de dynamiser leurs ventes à un moment où les consommateurs du pays montrent des signes d'essoufflement. Jeudi, Statistique Canada a dévoilé des ventes au détail décevantes pour septembre au Canada.


D’autres entreprises sont même entrées dans la danse. Dans le secteur financier, la Banque Laurentienne offre un rendement bonifié sur ses certificats de placements garantis (CPG) achetés durant cette période.


Concurrence


Sur le même sujet

La nouvelle arme des consommateurs pour faire baisser les prix

Mis à jour le 08/10/2013

L'essor des téléphones multimédias influence le comportement des acheteurs, qui utilisent de plus ...

É.-U.: hausse de 21% des ventes par Internet pendant le « Black Friday »

Mis à jour le 18/10/2013

Les ventes par internet ont augmenté de près de 21% sur un an pendant la journée du « Black ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Immobilier: n’achetez jamais à l’aveuglette

18/04/2014 | Yvan Cournoyer

BLOGUE. En immobilier, on jongle avec des milliers de dollars à chaque étape. Un mauvais coup peut être onéreux.

Rio Tinto expérimente la mine sans mineur

Édition du 19 Avril 2014 | Suzanne Dansereau

Afin de mieux traverser la crise financière qui les secoue, les minières doivent investir davantage dans l'innovation.

Pourquoi vouloir imiter Warren Buffett quand on peut acheter Berkshire au rabais

Édition du 12 Avril 2014 | Yannick Clérouin

Comment constituer un portefeuille qui imiterait celui de Berkshire Hathaway, à l'image des FNB? Réponse à notre lecteur