Alexion avale la montréalaise Enobia

Publié le 29/12/2011 à 14:10, mis à jour le 29/12/2011 à 17:10

Alexion avale la montréalaise Enobia

Publié le 29/12/2011 à 14:10, mis à jour le 29/12/2011 à 17:10

Par Martin Jolicoeur

La société américaine Alexion Pharmaceuticals avale Enobia Pharma, une compagnie biopharmaceutique privée, établie à Montréal, et à Cambridge, au Massachusetts.


Par cette transaction, évaluée à près d'un milliard de dollars, Alexion acquerra l'ensemble des droits mondiaux de développement et de commercialisation de l’asfotase alfa (l'ENB-0040), le principal produit candidat développé par Enobia. Ce traitement est destiné aux patients atteints d’hypophosphatasie (HPP), une maladie génétique de type métabolique, «extrêmement rare et souvent létale», pour laquelle les autorités réglementaires n’ont encore approuvé aucun traitement.


Alexion entend verser, pour se faire, 610M $ au comptant au moment de la conclusion de la transaction et un maximum de 470M $ au comptant à l’atteinte d’un certain nombre de jalons liés à l’atteinte d’objectifs réglementaires et de ventes. Cette transaction pourrait donc atteindre une somme maximale de 1, 08G$.


Enobia avait bénéficié plus tôt cette année d'un nouveau financement de près de 40M$. Aujourd'hui, les sociétés en capital-risque Orbimed Advisors, Fonds CTI Sciences de la vie, le Fonds de solidarité de la FTQ, Desjardins Capital de risque, Lothian Partners et T2C2/Bio 2000 devraient profiter des produits de cette vente.


Pas d'émission d'actions


Le conseil d’administration de chacune des deux sociétés aurait déjà approuvé la transaction qui, si l'on en croit le communiqué émis, sera menée à terme avant la fin du premier trimestre de 2012.


Sur le même sujet

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Hausse des tarifs des CPE: pas de solutions fiscales miracles, mais ...

Voici quelques solutions fiscales pour atténuer l’impact de la hausse des frais de garde décrétée par Québec.

Poutine joue Ă  la roulette russe

ANALYSE. La politique étrangère de Vladimir Poutine risque de plonger la Russie dans une longue crise économique.

Donner, ça se calcule

Édition de Novembre 2014 | Dominique Froment

Les dons spontanés, c'est bon pour le moral, mais ce n'est pas la meilleure façon de soutenir une ...