L’ex-ministre Jacques Saada quitte l’AQA

Publié le 09/12/2011 à 12:52, mis à jour le 09/12/2011 à 15:56

L’ex-ministre Jacques Saada quitte l’AQA

Publié le 09/12/2011 à 12:52, mis à jour le 09/12/2011 à 15:56

Par Martin Jolicoeur

L’ex-ministre Jacques Saada a quitté ses fonctions de président-directeur général de l’Association québécoise de l’aérospatiale (AQA).


Ce départ inattendu a été confirmé peu avant midi, par voie de communiqué du conseil d’administration de l'association. 


En entrevue avec LesAffaires.com, vers 15 heures, son président Gullermo Alonso a expliqué que le départ de M. Saada était volontaire et que le conseil d'administration n'a eu qu'à se plier à sa volonté. «Ce n'est pas un congédiement, a-t-il précisé. Et non, nous ne l'avons pas invité à partir. C'est sa décision, une décision que nous acceptons.»


D'un même souffle, M. Alonso explique que l'AQA entreprend actuellement une réflexion en profondeur de son fonctionnement et de son mandat, chose qui, suggère-t-il, a pu entraîner le désir de partir de M. Saada, en poste depuis quatre ans.


Pression politique


Nommé en septembre 2007 au poste de président-directeur général de l’AQA, M. Saada a été auparavant leader du gouvernement et ministre responsable de la réforme démocratique.  Au sein du gouvernement de Paul Martin, en 2003 et 2004, il a aussi été ministre de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec et ministre responsable de la Francophonie.


Appelé à commenter son propre départ, M. Saada s'est montré évasif, si ce n'est pour écarter toute rumeur voulant que des pressions politiques fédérales aient pu entraîner son départ. «Il n'y a eu aucune pression politique fédérale à mon sujet, a tranché net M. Saada, en réponse à une de nos questions. Mes relations avec le gouvernements fédéral et provincial sont excellentes à tous les niveaux». 


Dans une lettre écrite par M. Saada,  et dont LesAffaires.com a obtenu copie, l'ex-président affirme plutôt avoir «été amené à quitter» ses fonctions à la suite d'une «décision importante du conseil d'administration» (...) à laquelle, il précise, ne pas avoir été invité à participer. 


Congédiement passé


On se rappellera que la question des contrats militaires avait provoqué, en avril 2007, le congédiement du Susan Dabrowski, la prédécesseur de M. Saada à la tête de l'AQA.


Dans un communiqué, l'AQA avait alors expliqué son geste par " une divergence de vues sérieuse (...) quant à la direction stratégique et les priorités de l'association et ce, dans le seul but de protéger adéquatement les membres de l'association. Une source proche du dossier nous avait aussi souligné à quel point les PME hésitaient à critiquer le fédéral par peur de voir un contrat leur filer entre les doigts.


Jusqu'à nouvel ordre,  M. Saada sera remplacé par intérim par François Chagnon, trésorier de l’AQA et président de NegoConsult. Il a également œuvré à tire de vice-président de CAE, Cascades, Bell Helicopter Textron Canada et de la Société Générale de financement du Québec (SGF), entre 2001 et 2003.




image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Le ménage n'est pas terminé dans les dépenses de Bombardier

Mis à jour le 13/11/2018 | AFP et La Presse Canadienne

Bombardier continuera de produire les CRJ, mais devra encore réduire la taille de l'entreprise.

Frustration et inquiétude chez les employés de Bombardier

08/11/2018 | Martin Jolicoeur

«Ces annonces nous laissent dans le noir quant à la suite des choses», déplore le directeur général d'Unifor au Québec.

À la une

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

16/11/2018 | Martin Jolicoeur

Quelle entreprise a vu la valeur de son action dégringoler de 36,98% en cinq jours?

Que nous réservent les 10 prochaines années en Bourse?

16/11/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Nous sommes d’avis que les marchés boursiers offriront des rendements intéressants, mais plus modestes.

L'Action de grâce arrive tôt en Bourse

BLOGUE. Les investisseurs en mal de bonne nouvelles ont eu droit à une véritable superfecta pour terminer la semaine.