Le prochain Boeing illustrera une nouvelle façon de vendre les avions

Publié le 16/07/2018 à 06:30

Le prochain Boeing illustrera une nouvelle façon de vendre les avions

Publié le 16/07/2018 à 06:30

Par AFP

(Photo: Boeing)

Le lancement attendu d'un nouvel avion de Boeing autour du «milieu de marché», entre moyen et long-courrier, vise à faire évoluer le modèle traditionnel de l'industrie en intégrant les services et en s'appuyant sur un système de production innovant.


«L'engagement avec nos clients est un engagement de long terme», explique Ihssane Mounir, le vice-président commercial de Boeing. «Aujourd'hui, nous adressons (abordons) les ventes d'une manière globale, non seulement l'avion qui est la plateforme principale, mais aussi avec les services. C'est le changement de notre business model en termes de ventes.»


«Nous combinons les deux, les services et les avions» qui permet de mieux maîtriser «les coûts de l'avion sur leur cycle de vie avec un portefeuille très fort dans tout ce qui est service, modification de l'avion, entretien, maintenance, services digitaux», a-t-il ajouté lors d'une rencontre avec l'Association des journalistes de la presse aéronautique en amont du salon de Farnborough.


Boeing tient depuis des mois l'industrie en haleine autour de ce nouvel appareil baptisé «Middle of Market» (MoM) ou «New Mid-Market Airplane» (NMA), mais son patron, Dennis Muilenburg, a indiqué dimanche à Londres que la décision de lancement n'est pas attendue avant 2019.


Le 797, ainsi que l'ont surnommé les spécialistes, serait le premier avion conçu dans le cadre de la nouvelle organisation du géant de Seattle, qui s'est doté fin 2016 d'une troisième division, Boeing Global Services (BGS), aux côtés de ses piliers dans l'aviation commerciale, la défense et l'espace. Il vise un chiffre d'affaires de 50 milliards de dollars dans cinq ans pour BGS, contre près de 15 milliards en 2017.


Cette stratégie lui permet d'avoir une offre plus agressive, qui ne tourne plus autour du seul prix de l'avion. «On parle beaucoup de prix, mais ce qui est intéressant, lorsque vous regardez les coûts, pour une compagnie aérienne le prix ne représente parfois que le tiers, le cinquième sur le cycle de l'avion de 20-25 ans», souligne Ihssane Mounir.


«Donc se focaliser sur le prix est un peu erroné dans le sens où ce que nous proposons, ce sont des avions qui ont des économies très importantes», ajoute-t-il. 


Chaîne de production révolutionnaire


Mais alors que sa gamme actuelle déjà en production n'a bénéficié qu'en partie des dernières innovations en termes de production, l'avionneur entend mettre en place un système articulé autour des nouvelles technologies numériques pour son prochain avion.


«Nous passons beaucoup de temps avec nos clients pour savoir exactement ce dont ils ont besoin, (et) avec les chaînes de production, les fournisseurs et équipementiers, pour nous assurer que nous allons avoir un bon système en place aussi bien pour les coûts que la chaîne de production», souligne Ihssane Mounir.


L'avionneur joue en revanche la carte de la prudence concernant les innovations à bord de l'appareil, tirant les leçons du 787 à bord duquel des technologies insuffisamment matures avaient été installées, engendrant surcoûts et retards.


«Pour nous, ce qui est le plus important, c'est de réussir du premier coup», insiste Ihssane Mounir. «Il y a la chaîne de production qui sera révolutionnaire, on essaie de tirer les leçons du 787 et du 777X, de la révolution digitale qu'on est en train d'appliquer aujourd'hui», poursuit-il.


«Et d'un autre coté, ce n'est pas un avion qui sera technologiquement plus avancé que ce que nous avons aujourd'hui. Ce qui sera très avancé, c'est la chaîne de production.»


Celle-ci s'appuiera largement sur les technologies numériques, de l’ingénierie au prototypage et à la simulation, et sur une numérisation de bout en bout de la chaine d'approvisionnement.


Le NMA «peut être un bon galop d'essai pour mettre en place de nouvelles méthodes de conception», estime Philippe Plouvier, directeur associé au Boston Consulting Group. «Tout le monde comprend qu'il va falloir faire un saut pour lancer une nouvelle génération d’avions, que l'idéal pour le faire c'est d'avoir un nouveau programme», poursuit-il.


«Le faire sur un nouveau programme aussi important que le moyen-courrier, sans être bien rodé en termes de nouvelles méthodes de conception, c'est une prise de risque colossale qui peut vous emmener au tapis. Donc effectivement, s'entrainer sur un petit programme, dont les enjeux sont moindres, peut être une bonne approche.»

À suivre dans cette section

Ryan Dermody
Édition du 22 Septembre 2018 | Les Affaires

image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

À surveiller: Bombardier, Embraer et Boeing

06/07/2018 | François Pouliot

Que faire avec les titres de Bombardier, Embraer et Boeing? Voici quelques recommandations qui pourraient influencer ...

Boeing met la main sur les avions commerciaux du brésilien Embraer

05/07/2018 | AFP

Le constructeur aéronautique américain Boeing va s'emparer de la totalité des activités ...

À la une

À surveiller: Uni-Sélect, Osisko et Alibaba

Il y a 54 minutes | François Pouliot

Que faire avec les titres d'Uni-Sélect, Osisko et Alibaba?

Uni-Sélect se met en vente, le PDG quitte

Mis à jour le 18/09/2018 | Dominique Beauchamp

Le PDG quitte subitement et Uni-Sélect embauche JP Morgan pour un examen stratégique.

Et si je ne suis pas d'accord avec une décision de la direction?

Il y a 1 minutes | Isabelle Lord

BLOGUE INVITÉ. Le leadership durable peut aider à sortir de l'impasse.