La québécoise Creepex choisie par SpaceX d'Elon Musk

Publié le 12/03/2018 à 15:38

La québécoise Creepex choisie par SpaceX d'Elon Musk

Publié le 12/03/2018 à 15:38

Par La Presse Canadienne

Un fabricant d'équipement de garage de Québec a été sélectionné par la firme SpaceX, majoritairement détenue par Elon Musk, pour lui fournir des chariots de mécanicien spécialement conçus pour effectuer des travaux et inspections sous ses fusées Falcon 9.


Creepex a conçu les appareils URM _ pour Under Rocket Mobility _ après avoir été contacté par un ingénieur de SpaceX.


Les chariots permettent aux ingénieurs de travailler confortablement sous les fusées. Ils comportent un dossier qui peut s'incliner jusqu'en position couchée et des espaces pour contenir des outils.


Creepex, fondée en 2011, conçoit, fabrique et distribue de l'équipement de garage, principalement des chariots de mécanicien.


De son côté, SpaceX conçoit et fabrique des fusées et vaisseaux orbitaux et géostationnaires et supervise leur lancement. Elle compte plus de 7000 employés à son usine de Hawthorne, à Los Angeles, et dans ses installations de McGregor, au Texas, et de Cap Canaveral, en Floride.


Elle a réalisé, plus tôt en mars, son 50e lancement de fusée Falcon 9.


 


 


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

À la une

Hydro-Québec réclame des tarifs «dissuasifs» pour la crypto

BLOGUE. L'énergéticien demande de tripler le prix du kilowattheure pour décourager l’industrie blockchain.

Gestion de l’offre: ce que Trump et cies ne vous disent pas

16/06/2018 | François Normand

ANALYSE GÉOPOLITIQUE - Un débat d’idées est le bienvenu, mais encore faut-il considérer tous les éléments. Les voici.

Les Bourses au rouge, sur fond de début de «guerre froide commerciale»

15/06/2018 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

«On savait que la menace de tarifs sur la Chine était réelle mais on pensait que Washington allait finir par négocier»