Du camping sans souci

Publié le 13/06/2012 à 10:03, mis à jour le 13/06/2012 à 13:37

Du camping sans souci

Publié le 13/06/2012 à 10:03, mis à jour le 13/06/2012 à 13:37

Par Claudine Hébert

Parc national du Mont-Orford, Dominic Boudreault, Sépaq

Tenté par l’aventure du camping sauvage sans avoir à vous soucier de l’équipement et de l’installation de l’abri de toile? Essayez la formule prêt-à-camper.


Deux chambres avec très grands lits, cuisinette toute équipée, table à manger... Avouez que cette description évoque davantage un séjour à l’hôtel que des vacances sur un terrain de camping. Or, il s’agit bien de l’intérieur des tentes dédiées au prêt-à-camper que l’on trouve dans l’ensemble des parcs, des réserves et centres touristiques de la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ).


Depuis 2008, ces tentes connues sous les noms d’Huttopia et d’Hékipia connaissent un succès fou. De 60 au départ, elles sont aujourd’hui près de 325 (249 Huttopia et 75 Hékipia). Et leur taux d’occupation frôle régulièrement les 90% en juillet et août.


Ces tentes, dont le coût de location revient à moins de 110$ par nuit, peuvent accueillir jusqu’à cinq personnes. Seul le sac de couchage et la glacière remplie de vivres sont requis. Bref, voilà du camping qui vous laisse le loisir de relaxer, ou au contraire, de multiplier les activités de randonnées, de sorties en canot et de vélo plus longtemps.


L’engouement pour ce type d’hébergement coïncide avec l’émergence du glamping (combinaison des mots glamour et camping) à l’échelle planétaire. Cette nouvelle façon de profiter du plein air recrute une catégorie de campeurs qui souhaitent se rapprocher de la nature sans pour autant devoir transporter des tonnes d’équipements…et compromettre leur précieux confort.


Remarquez, certaines destinations ont hautement raffiné le concept du glamping. À Dubaï, la quarantaine de suites de l’Al Maha Desert Resort, aménagées sous des tentes bédouines en plein désert, sont toutes équipées de télévision satellite, de lecteur DVD, d’Internet haute vitesse, d’une spacieuse salle de bains avec douche de taille walk-in et d’une piscine privée. Les trois repas, tout comme la balade à dos de chameau, sont inclus dans le forfait qui démarre à plus de 800$ CDN la nuit.


Cela dit, c’est au parc national du Mont-Tremblant que l’on retrouve le grand nombre de tentes prêt-à-camper au Québec, soit 35. Les parcs nationaux de Plaisance, du Bic, des Hautes-Gorges-de-la-rivière-Malbaie, d’Oka ainsi que le Centre touristique du Lac Simon, en Outaouais, en comptent plus d’une vingtaine.


À vous de choisir où camper.


 

Sur le même sujet

Des sports extrêmes en pleine ville, même à Montréal

Édition du 20 Décembre 2014 | Marc Gosselin

Le temps d’une journée, le 6 décembre, la rue Saint-Denis, entre les rues Sherbrooke et Ontario, ...

Québecor devient propriétaire des Remparts de Québec

27/11/2014 | Marc Gosselin

Québecor a annoncé cet après-midi l'achat de la franchise des Remparts de Québec.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Poutine joue à la roulette russe

20/12/2014 | François Normand

ANALYSE. La politique étrangère de Vladimir Poutine risque de plonger la Russie dans une longue crise économique.

Hausse des tarifs des CPE: pas de solutions fiscales miracles, mais ...

20/12/2014 | Stéphane Rolland

Voici quelques solutions fiscales pour atténuer l’impact de la hausse des frais de garde décrétée par Québec.

Combien ça coûte un bar chez soi?

Édition de Novembre 2014 | Steeve Proulx

S'équiper pour veiller tard, ça revient à combien ?