Les voitures qui agissent comme des téléphones intelligents s'en viennent

Publié le 31/08/2012 à 12:07

Les voitures qui agissent comme des téléphones intelligents s'en viennent

Publié le 31/08/2012 à 12:07

Par La Presse Canadienne

Ce n'est pas demain que les automobilistes pourront converser avec leur voiture comme le faisaient David Hasselhoff et KITT dans la célèbre série télévisée "Knight Rider" (K2000), mais la reconnaissance vocale compte parmi les tendances les plus marquées au sein de l'industrie automobile.


Depuis quelques années déjà, les automobilistes férus de technologie peuvent s'adresser à leur voiture quand ils veulent écouter de la musique, régler la climatisation ou trouver leur chemin. Plus besoin de quitter la route des yeux, il suffit de demander et la voiture obéit.


La reconnaissance vocale et d'autres technologies sophistiquées devraient se propager au cours des prochains mois et des prochaines années, les constructeurs automobiles rivalisant pour satisfaire l'appétit des consommateurs pour des voitures branchées.


Sur le même sujet

Quand assemblage rime avec innovation

Édition du 15 Novembre 2014 | Marc Bouchard

Les grands constructeurs possèdent des dizaines d'usines partout dans le monde. La production mondiale avoisine les 88 ...

Simuler pour mieux comprendre

Édition du 15 Novembre 2014 | Marc Bouchard

La simulation est un exercice bien connu dans l'aviation. En fait, les heures passées sur un simulateur sont non ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Pétrole: l'OPEP divisée, les prix chutent à un bas de quatre ans

Il y a 14 minutes

Le baril de Brent, référence au Québec, poursuit son plongeon tandis qu'une réduction de production semble écartée.

Qu'est-ce qui vous motive à fond au travail?

Il y a 35 minutes | Olivier Schmouker

BLOGUE. Découvrez ici quels sont les vrais moteurs de votre motivation. Et comment en user pour briller au travail.

Immobilier: l'accessibilité à la propriété à son mieux en quatre ans au Québec

26/11/2014 | Yannick Clérouin

Le segment des copropriétés a connu l'amélioration la plus marquée, en raison de l'abondance de l'offre.